Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Jeudi 21 mars 2019

Intranet

Accueil > Développement durable > Bonnes pratiques > Une organisation sociale et économique adaptée à une zone (...)

Enregistrer au format PDF

Une organisation sociale et économique adaptée à une zone fragile

Bolivie - culture quinoa - Agronomes et Vétérinaires sans Frontières

2008

Entre les deux déserts de sel boliviens, se trouve la zone Intersalar. Entre 3600 et 4700 mètres d’altitude et en zone sèche, seules deux productions sont envisageables : le quinoa et le lama. Mais ces dernières années, l’intensification de la production de quinoa pour répondre à la demande régionale, notamment du Pérou, puis mondiale, a mis en péril le fragile équilibre environnemental, économique et social.


De nombreux paysans sont devenus dépendants des revenus du quinoa. L’intensification de la production a provoqué une augmentation de la mise en culture de zones de plaines, plus sensibles à l’érosion et où apparaissent de nouvelles maladies en raison de la diminution des temps de repos entre deux cultures. L’élevage de lamas tend à être délaissé malgré son rôle essentiel dans la préservation de l’écosystème, la fertilisation des parcelles et le revenu des familles par la commercialisation des animaux, de la viande séchée, du cuir et de la laine.

Depuis 2001, Agronomes et Vétérinaires sans Frontières contribue à rétablir l’ancienne complémentarité agriculture/élevage par un appui aux producteurs et à leurs organisations pour valoriser l’élevage de lamas (formations des producteurs, mise en place d’un système de santé animale, augmentation du rendement des pâturages) ; et par l’amélioration de systèmes durables de culture de quinoa. L’action principale consiste à accompagner les organisations originaires indiennes (« ayllus ») et les communautés paysannes à redéfinir des normes collectives de gestion du territoire qui leur permettent de limiter une extension non contrôlée de la quinoa et préserver les zones de pâturages. Huit ayllus ont ainsi redéfini ces normes communales sur la gestion des pâturages, des terres de culture et la mise en place de réservoirs d’eau pour les animaux.

En France, Agronomes et Vétérinaires sans frontières a promu avec Max Havelaar la mise en place d’une filière de commerce équitable de quinoa et la définition des critères correspondants du cahier des charges pour les organisations de producteurs et les importateurs, qui sont à la fois économiques, sociaux et environnementaux.

- www.avsf.org

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires