Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Vendredi 15 novembre 2019

Intranet

Accueil > Nos projets & actions en cours > Egalité & genre > Genre et économie en Afrique de (...) > Paroles d’actrices et d’acteurs > Présentation des paroles d’actrices et d’acteurs ouest (...)

Enregistrer au format PDF

Programme Genre et économie, les femmes actrices du développement

Présentation des paroles d’actrices et d’acteurs ouest africains

Interviews réalisées entre 2010 et 2012 par Bénédicte Fiquet, Adéquations

Mardi 18 août 2015


Le programme Genre et économie, les femmes actrices de développement a rassemblé, entre 2009 et 2013, 12 ONG françaises et 30 organisations ouest africaines au Bénin, Burkina Faso, Mali, Niger, Sénégal, Togo, autour de projets dans les filières agricoles et alimentaires, artisanales et de l’entreprenariat, en milieu rural ou urbain.

Financé par le ministère des Affaires Etrangères sur un FSP (Fonds de solidarité prioritaire), le programme Genre et économie avait pour ambition d’accroître l’expertise en genre des ONG françaises et de leurs partenaires ouest africains, notamment par un mode de gouvernance original : un travail conjoint d’associations spécialisées dans l’accompagnement économique et techniques des femmes et d’associations ou personnes expertes dans l’approche de genre. Les objectifs étaient les suivants :

• faire évoluer les pratiques et les projets de terrain vers une plus grande efficacité en matière d’autonomisation des femmes et d’égalité femmes-hommes
• former de nouveaux acteurs à l’approche de genre dans le domaine de l’accompagnement économique
• créer ou adapter des outils et des méthodologies spécifiques
• capitaliser l’ensemble des processus pour transmettre ces nouveaux savoirs aux acteurs de la coopération en France et dans les pays du Sud.

L’association Adéquations a fait partie d’un pôle genre rassemblant des personnes et structures ressources françaises et ouest africains chargées d’accompagner la prise en compte du genre dans les projets. Adéquations a été plus spécifiquement chargée de produire une brochure de capitalisation de l’ensemble du programme, qui est accompagnée d’un DVD de ressources complémentaires – dont le présent recueil.

Paroles d’actrices et d’acteurs

- Mamadou Yacouba : Le genre à la croisée de l’intime et du professionnel
Mamadou Yacouba est chargé de projet pour le SAFEM (Salon international de l’artisanat pour la femme), depuis 2007. Marié, père de trois jeunes enfants, il témoigne de son engagement personnel et professionnel en faveur de relations plus égalitaires entre les femmes et les hommes
Mots clés : prise de conscience, effet boule-de-neige, malentendus autour du concept de genre, implication des hommes

- Le témoignage de couples progressistes
Adrienne Ramde, experte genre au Burkina, accompagne l’ONG Asmade dans la mise en œuvre d’un projet d’appui aux restauratrices de rue et aux transformatrices de produits alimentaires locaux. Elle décrit l’animation d’une causerie, introduite par le témoignage de « couples exemplaires »
Mots clés : causerie, former l’ensemble des acteurs et actrices, exemplarité, caractère évolutif d’une culture

- Former et inviter à poser des actes dans la foulée
Spécialisé dans l’accompagnement des groupements de femmes, Baydi Ndiaye de l’association sénégalaise SYSED insiste sur les vertus d’une approche fondée sur le « réinvestissement immédiat », tout en soulignant le rôle incontournable de l’alphabétisation dans le développement.
Mots clés :engagement, diagnostic global, alphabétisation, expertise, traduction des concepts

- L’alphabétisation et la participation renforcent l’estime de soi
Mariama Diallo est la présidente d’une fédération départementale d’avicultrices et d’aviculteurs dont la création a été fortement encouragée par AVSF. Elle témoigne de l’évolution des mentalités et du renforcement de l’estime de soi des femmes accompagnées par l’association
Mots clés : alphabétisation, connaissance de ses droits, médiation, estime de soi

- Les atouts d’un diagnostic participatif de genre
Françoise Sitti est cheffe du projet « Décollage social et professionnel des femmes au Togo » mené par l’association Sotchi, dans la Kara, une région du Nord du Togo. Elle explique en quoi un diagnostic participatif de genre (DPG) a permis d’identifier certaines conditions nécessaires - mais jusqu’alors insoupçonnées - à une meilleure intégration économique des femmes.
Mots clés : meilleure connaissance du public cible (ou diagnostic participatif), mariage civil, corruption, coopérative

- Diffuser les résultats d’un diagnostic de genre
Coordinateur du projet ABORD au Bénin, Victor Gbessemehlan détaille les modalités d’une restitution publique du diagnostic de la situation initiale de jeunes filles et de jeunes femmes en formation professionnelle. Les autorités invitées se sont jointes aux bénéficiaires du projet pour analyser ce diagnotic, elles ont formulées des recommandations et pris des engagements de soutien à leur insertion professionnelle.
Mots clés : diagnostic, restitution, pouvoir décisionnel, accès aux ressources, rentabilité des métiers, plaidoyer, Plan de développement communautaire

- Reconnaître la contribution économique des femmes
Juliette Compaoré, secrétaire exécutive de l’ONG Asmade au Burkina Faso, explique pourquoi accompagner des femmes dans leur autonomisation économique exige de faire de nombreux détours, dont celui de la santé de la reproduction
Mots clés : utilité économique, plaidoyer, reconnaissance du métier, espaces dédiés, santé publique, santé de la reproduction

- S’approprier le sésame, une culture traditionnellement masculine
Ingénieure agronome, Kady Traoré est conseillère en organisation de l’UGPK (Union des Groupements de Productrices des Produits du Karité), une association créée en 2001 qui soutient aujourd’hui 1268 productrices en intervenant dans sept communes, urbaines et rurales du Burkina Faso. Elle défend la nécessité pour les femmes de diversifier leur culture et décrit les obstacles à cette diversification.
Mots clés : diagnostic, accès à la terre et aux ressources productives, inégalités diversifiées, concurrence maris et femmes

- Déconstruire les tabous pesant sur un métier
Ginette Aguey est sociologue. Membre de l’association de promotion des droits des femmes au Togo « Femmes, Démocratie et Développement », elle accompagne un projet de soutien aux femmes éleveuses de porc. Traditionnellement, l’élevage de porc est une activité dévolue aux femmes mais les hommes réussissaient à capter l’essentiel des bénéfices de la vente…jusqu’à ce que le projet lève certains tabous.
Mots clés : répartition des bénéfices de l’activité, former l’ensemble des acteurs et actrices, implication des autorités, évolution de la tradition

- Eleveuse et… charcutière : tout un combat
Yawe Pouwalnawe est éleveuse de porcs. Le soutien que lui a apporté AVSF (Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières), notamment en combattant le tabou qui empêchait les femmes de découper la viande, lui a permis de développer considérablement son activité et de renforcer son pouvoir de négociation au sein de la famille
Mots clés : pouvoir de décision sur les prix, autonomie, formation, médiation

- De l’organisation des femmes à la bonne gouvernance
Moussa Balde est coordinateur national de l’association AVSF (Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières) au Sénégal. L’association organise des femmes impliquées dans deux filières, la filière avicole et la filière de l’anacarde (noix de cajou). Enjeux : rendre visible leur activité économique et favoriser la bonne gouvernance au sein des groupements.
Mots clés : fédération, renforcement technique et organisationnel, accès à la matière première et au foncier, mobilité, bonne gouvernance

- Tâches domestiques et droits successoraux
Esso-Sinnam Tchamba accompagne des femmes qui font de la transformation agro-alimentaire et de la boulangerie-pâtisserie pour l’association Sotchi. Le travail qu’elle a mené avec les maris et les chefs de village à l’occasion de cet accompagnement lui a permis d’analyser plus finement les rapports sociaux de sexe entre les femmes et les hommes.
Mots clés : surcharge de travail, accès à la terre, réticence des maris, éducation des enfants, loi sur la succession, solidarité

- La nécessité d’un partage des tâches domestiques
Dans le cadre du programme Genre et économie, Asfodev (Association pour la Formation et le Développement Humain) accompagne des groupements de femmes et des groupements mixtes dans des activités de transformation de la tomate. Karim Adam, formateur d’Asfodev Togo, référent du programme Genre et économie et Pascal Tchilteme, président d’Asfodev Togo, coordinateur du programme, interrogent la compréhension du genre au sein des ménages.
Mots clés : surcharge de travail, des résistances chez les femmes comme chez les hommes, rendre visible les inégalités, famille et développement

- Rentabilité économique et rentabilité sociale
Azara Nfon Dibie-Sanogo est coordinatrice pour le GRET(Groupe de Recherches et d’Echanges Technologiques) d’un projet qui vise à renforcer les capacités de femmes actrices de la filière du karité au Burkina Faso. Cette mission, qui est sa première expérience professionnelle, l’a amenée à réfléchir à la question de la rentabilité économique versus rentabilité sociale
Mots clés : compréhension du monde rural, surcharge de travail, pouvoir de décision, rentabilité, droits humains

- La mobilité des femmes renforce leur autonomie économique
Asseta Tassembedo est Présidente du RTCF (Réseau des transformatrices des céréales du Faso). Elle décrit comment les formations genre d’APROSSA Afrique Verte et la médiation avec les familles ont renforcé l’autonomie des transformatrices. Les entraves faites à leur mobilité restent cependant un obstacle de taille à leur pleine intégration économique. Son récit d’un voyage pour se rendre à une foire dans un pays de la sous-région en est une illustration saisissante.
Mots clés : formation, médiation, solidarité, transport des marchandises, responsabilité des autorités

- Redonner de la dignité aux métiers
Mamounata Kargougou est présidente d’un groupement de restauratrices et de transformatrices de produits agro-alimentaires, elle est aussi membre du CARTPL, un collectif soutenu par l’Asmade qui regroupe 60 groupements et associations de transformatrices et de restauratrices soit plus de 3000 membres, Secrétaire Générale de la mutuelle de santé créée par le CARTPL et élue Vice-Présidente de la toute récente Chambre des métiers de l’artisanat. Son cheval de bataille : la reconnaissance du métier et la valorisation des femmes qu’elle représente.
Mots clés : solidarité, revalorisation des métiers, transformatrice de produits agro-alimentaires, chambre des métiers, représentation, crédit, espace dédiés

- Le développement passe par le politique
Fatou Pouye, sénégalaise, est trésorière d’une organisation paysanne et personne ressource pour l’association Enda Pronat dans le domaine de l’agriculture saine et durable. Après avoir été appuyée dans le cadre d’une formation au rôle d’élue, elle est devenue conseillère rurale en 2010. Dans le cadre du programme Genre et économie, elle a été initiée à l’analyse genrée d’un budget, ce qui lui a permis de plaider en faveur de l’inscription d’une ligne budgétaire dédiée aux projets des groupements de femmes dans le PDC (Plan de développement communal).
Mots clés : formation au rôle des élu-es, développement, politique, besoins spécifiques des femmes, parité

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires