Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Samedi 17 août 2019

Intranet

Accueil > Environnement > Energie > Agir : quelques pistes pour une énergie durable

Enregistrer au format PDF

Agir : quelques pistes pour une énergie durable

2009

Il est urgent d’agir par la sobriété et efficacité énergétique, le développement des énergies renouvelables, des transferts de technologie et une solidarité énergétique.


  Sommaire de cet article  

 Pistes pour agir

La création d’une Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) est en projet courant 2009. Cette agence inter-gouvernementale aurait pour mission d’appuyer et de conseiller les pays membres dans leurs efforts pour une transition énergétique vers les renouvelables. Le projet IRENA est soutenu en particulier par l’Allemagne, le Danemark, l’Espagne.
- Le site IRENA (en anglais) : www.irena.org
- Télécharger une présentation en français (pdf 1,3 Mo)

La sobriété et l’efficacité énergétiques constituent une question transversale qui concerne l’urbanisation, l’agriculture, l’alimentation... Des mesures doivent être prises dans les domaines suivants :

- Calculer et internaliser les coûts externes des différents modes énergétiques : pollutions, dérèglement climatique, accidents, problèmes sanitaires, guerres…

- Réorienter les aides, les investissements, la recherche en faveur des économies d’énergie, de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables (ER). Seulement 15 % environ des investissements dans le domaine énergétique concernent les ER. Dans le monde, près de 300 milliards de dollars (0.7 % du PIB mondial) sont alloués chaque année aux subventions énergétiques, mais la plus grande part de cette somme sert à abaisser ou réduire artificiellement le prix réel des combustibles comme le pétrole, le charbon et le gaz, ou l’électricité issue des combustibles fossiles. Selon une étude du Programme des nations unies pour l’environnement publiée en août 2008, "la suppression de ces subventions permettrait de réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’ordre de 6 % par an, tout en contribuant à une augmentation de 0.1 % du PIB mondial" par une réorientation vers des investissements plus durables.

- Financer l’accès des pays pauvres à l’énergie par des taxes et une fiscalité internationale sur les énergies fossiles ; la « rente pétrolière » est estimée à 1500 milliards de dollars, charges d’exploitation déduites.

- Promouvoir l’intégration sous-régionale des systèmes d’approvisionnement énergétique et des réseaux ; adapter les technologies aux contextes locaux (ainsi des agrocarburants spécifiques et respectueux de l’environnement peuvent être produits pour un usage local, à condition qu’ils n’empiètent pas sur la sécurité alimentaire).

- Utiliser les mécanismes existants (conventions internationales, Mécanismes de développement propres, prévus par le Protocole de Kyoto sur le changement climatique) pour le transfert de technologies appropriées et le développement d’industries d’écoconception.

- Maîtriser les transports, ce qui suppose de repenser le commerce international en relocalisant le plus possibles d’activités économiques et de contrôler le tourisme.

- Participation des citoyens, éducation à la sobriété notamment au Nord (ex : la consommation des appareils en mode de veille peut représenter 10 % de la consommation totale d’électricité du secteur résidentiel).


L’energie solaire
Actuellement l’énergie solaire représente seulement 0,04 % de la consommation d’électricité. On distingue deux techniques pour produire de l’électricité à partir du soleil : le solaire photovoltaïque, qui convertit la lumière en électricité (par ex. sur les toits des habitations) ; le solaire thermique, qui utilise l’énergie solaire pour chauffer l’eau (capteur solaire thermique). Cette deuxième technique permet la construction de centrales solaires.

 Ressources documentaires

Sites web

- http://www.iea.org
- http://www.worldenergy.org/wec-geis/global/lists/francais.asp
- Conférence internationale énergies renouvelables : http://www.birec2005.cn
- http://europa.eu.int/comm/environment/jrec/index_fr.htm
- http://europa.eu.int/comm/energy/green-paper-energy/index_fr.htm
- http://www.planetenergie.org
- http://www.solagro.org/site/index.html
- http://www.energiesosfutur.org
- http://www.cler.org

- Sur la fin du pétrole : http://www.peakoil.net - http://aspofrance.org
- http://www.oilcrisis.com
- http://www.peakoilandhumanity.com/FR_table_des_matieres.htm - http://www.oilcrashmovie.com/film.html

- Scénarios alternatifs : http://www.sortirdunucleaire.org/
- http://www.negawatt.org/

Analyses, interviews, positions

- Interview de Richard Heinberg, consultant auprès du Post Carbon Institute, spécialiste de la question du pic pétrolier, sur le site actu-environnement.com, avril 2009 : ’’Nous ne pourrons revenir en arrière et renouer avec une économie à forte croissance’’.

Bibliographie

- En téléchargement : EurObserv’ER, Etat des énergies renouvelables en Europe, édition décembre 2008. (Pdf 6.5 Mo)
"Un tour d’horizon complet des huit filières renouvelables" et "deux notes de synthèse sur deux filières en devenir, l’héliothermodynamique et l’énergie marine".
- Géopolitique de l’énergie, besoins, ressources, échanges mondiaux, Jean-Pierre Favennec ; Editions Technip, 2007
- Les grandes batailles de l’énergie, JM Chevalier, Gallimard, 2004
- Energies de ton siècle, des crises à la mutation Pierre Radanne, Lignes de Repères 2005
- Le Solaire et l’économie mondiale, Hermann Scheer, Actes Sud, 2001
- La Vie après le pétrole, JL Wingert, Autrement, 2005

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires