Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Lundi 19 août 2019

Intranet

Accueil > Villes, migrations, Populations > Questions urbaines > Agenda 21 chapitre 7. Promotion d’un modèle viable (...)

Enregistrer au format PDF

Agenda 21 chapitre 7. Promotion d’un modèle viable d’établissements humains

2008

Dans les pays industrialisés, les schémas de consommation des villes font peser de sérieuses contraintes sur l’écosystème mondial, tandis que dans les pays en développement, les établissements humains ont besoin de quantités accrues de matières premières et d’énergie et d’un développement économique plus poussé simplement pour remédier à leurs problèmes économiques et sociaux fondamentaux. Dans de nombreuses régions du monde, et en particulier dans les pays en développement, les établissements humains connaissent une détérioration qui tient principalement à la faiblesse des investissements effectués dans ce secteur par suite de la pénurie générale de ressources que connaissent ces pays...


 7G. Promotion d’une production durable de l’industrie de la construction

Principes d’action

7.67
Le secteur de la construction est un élément vital de la réalisation des objectifs nationaux de développement économique et social liés au logement, aux équipements collectifs et à l’emploi. Toutefois, il peut constituer une source importante de dégradation de l’environnement, qui prend les formes suivantes : appauvrissement des ressources naturelles, dégradation d’écosystèmes fragiles, pollution d’origine chimique et emploi de matériaux de construction nocifs pour l’homme.

Objectifs

7.68
Il s’agit en premier lieu d’adopter des politiques et des techniques permettant au secteur de la construction d’atteindre les objectifs de développement des établissements humains tout en évitant les effets secondaires nuisibles pour l’homme et la biosphère et d’échanger des données sur cet aspect, et, en second lieu, d’améliorer la capacité de création d’emplois dans ce secteur. A cette fin, les gouvernements doivent collaborer étroitement avec le secteur privé.

Activités

7.69
Tous les pays devraient, selon le cas et conformément à leurs plans, objectifs et priorités :

a) Créer des industries de matériaux de construction locaux qui utilisent, autant que possible, les ressources naturelles localement disponibles, et renforcer celles qui existent déjà ;

b) Formuler des programmes de promotion des matériaux locaux auprès du secteur de la construction en élargissant l’appui technique et les plans d’incitation permettant de renforcer les capacités et la rentabilité des petits entrepreneurs et des représentants du secteur non structuré qui utilisent ces matériaux et des techniques de construction traditionnelles ;

c) Adopter des normes et autres mesures de réglementation qui favorisent la mise en oeuvre de plans et techniques à haut rendement énergétique et l’utilisation durable des ressources naturelles et ce de façon économique et écologiquement rationnelle ;

d) Définir des politiques appropriées d’utilisation des terres et adopter des normes de planification visant tout particulièrement la protection des zones écologiquement vulnérables contre toute perturbation physique imputable à des activités de construction ;

e) Promouvoir l’utilisation de techniques de construction et d’entretien à fort coefficient de main-d’oeuvre, qui créent des emplois dans le secteur de la construction pour la main-d’oeuvre sous-employée que l’on rencontre dans la plupart des grandes villes tout en encourageant la formation professionnelle dans le secteur de construction ;

f) Mettre au point des politiques et principes de promotion du bâtiment dans le secteur informel et le logement indépendant, en adoptant des mesures propres à rendre plus abordable le coût des matériaux de construction pour les pauvres des villes et des campagnes, notamment des plans de crédit et d’achat en vrac concernant des matériaux de construction à vendre aux petits constructeurs et aux collectivités.

7.70
Tous les pays devraient :

a) Encourager l’échange de données sur tous les aspects écologiques et sanitaires des activités de construction, y compris la mise en place et la diffusion sur les effets nocifs pour l’environnement des matériaux de construction, grâce à une action concertée des secteurs public et privé ;

b) Promouvoir la mise en place et la diffusion de bases de données sur les effets nocifs pour l’environnement et la santé des matériaux de construction et adopter une législation et des mesures d’incitation financière aux fins de promouvoir le recyclage des matériaux énergivores dans l’industrie du bâtiment ainsi que la conservation de l’énergie des déchets dans les méthodes de production de matériaux de construction ;

c) Promouvoir l’utilisation d’instruments économiques tels que la taxation de produits déterminés pour décourager l’utilisation des matériaux et des produits de construction qui sont cause de pollution durant leur cycle de vie ;

d) Promouvoir l’échange d’informations et le transfert de technologies appropriées entre tous les pays, en accordant une attention particulière aux pays en développement, aux fins de la gestion des ressources dans le domaine de la construction, en particulier des ressources non renouvelables ;

e) Promouvoir la recherche sur l’industrie du bâtiment et les activités connexes, et créer et développer les institutions nécessaires dans ce domaine.

Moyens d’exécution

A) Financement et évaluation des coûts

7.71
Le secrétariat de la Conférence a estimé que le montant total des dépenses afférentes à la mise en oeuvre des activités relevant du présent domaine pour la période 1993-2000 se chiffrerait en moyenne à environ 40 milliards de dollars par an, y compris un montant d’environ 4 milliards de dollars qui serait financé par la communauté internationale sous forme de dons ou à des conditions concessionnelles. Il ne s’agit que d’estimations approximatives données à titre indicatif, qui n’ont pas été examinées par les gouvernements. Les dépenses effectives et les conditions financières, y compris les conditions non concessionnelles, dépendront notamment des stratégies et programmes spécifiques que les gouvernements décideront de mettre en oeuvre.

B) Mise en valeur des ressources humaines et renforcement des capacités

7.72
Les pays en développement devraient recevoir l’appui de la communauté internationale et des institutions de financement pour améliorer les capacités techniques et gestionnelles des petits entrepreneurs et la formation professionnelle des ouvriers spécialisés et des agents de maîtrise dans l’industrie des matériaux de construction ; on devrait utiliser à cette fin diverses méthodes de formation. Ces pays devraient également recevoir une assistance dans le cadre de programmes de développement tendant à encourager l’utilisation de techniques sans déchets et non polluantes dans le cadre d’un transfert de technologie approprié.

7.73
Des programmes d’enseignement général doivent être mis au point dans tous les pays, selon le cas, pour mieux faire connaître aux entrepreneurs les techniques écologiquement viables existantes.

7.74
Les autorités locales sont appelées à jouer un rôle pionnier dans la promotion du recours à des matériaux et à des techniques de construction qui ménagent l’environnement, notamment en adoptant des politiques d’achat novatrices.

Notes

a) Rendre chaque pays mieux à même d’atténuer rapidement et efficacement les effets des catastrophes naturelles, en veillant particulièrement à aider les pays en développement à évaluer les dégâts possibles en cas de catastrophe et à se doter, selon les besoins, de systèmes d’alerte rapide et de structures résistant aux catastrophes ;

b) Mettre au point des orientations et stratégies appropriées pour appliquer les connaissances scientifiques et techniques actuelles, en tenant compte des particularités culturelles et économiques des nations ;

c) Encourager les initiatives scientifiques et techniques de nature à parfaire les connaissances et réduire ainsi les pertes en vies humaines et en biens matériels ;

d) Diffuser des informations sur les techniques courantes et nouvelles concernant les mesures à prendre pour évaluer et prévoir les catastrophes naturelles et en atténuer les effets ;

e) Mettre au point des mesures pour évaluer, prévoir, prévenir les catastrophes naturelles et en atténuer les effets au moyen de programmes d’assistance technique et de transfert de technologie, de projets de démonstration et d’activités éducatives et formatrices conçus en fonction de catastrophes spécifiques et des sites vulnérables et évaluer l’efficacité de ces programmes.

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires