Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - Egalité femmes/hommes

Lundi 8 août 2022

Intranet

Accueil > Villes, migrations, Populations > Démographie > Agenda 21 Chapitre 5. Dynamique démographique et (...)

Enregistrer au format PDF

Agenda 21 Chapitre 5. Dynamique démographique et durabilité

2008


 5C. Mise en oeuvre de programmes intégrés relatifs à l’environnement et au développement, au niveau local, en tenant compte des tendances et des facteurs démographiques

Principes d’action

5.42
Les programmes démographiques sont plus efficaces s’ils sont exécutés en conjonction avec des politiques intersectorielles appropriées. Pour obtenir des résultats durables au niveau local, il faut adopter un nouveau cadre, qui intègre les facteurs et les tendances démographiques avec d’autres facteurs - santé des écosystèmes, technologie, établissements humains - et avec les structures socio-économiques et l’accessibilité des ressources. Les programmes démographiques doivent être compatibles avec la planification socio-économique et environnementale. Les programmes intégrés de développement durable doivent associer étroitement les interventions concernant les tendances et les facteurs démographiques, à des activités de gestion des ressources et à des objectifs de développement qui répondent aux besoins des peuples concernés.

Objectif

5.43
Il convient d’exécuter les programmes démographiques en même temps que des programmes locaux de gestion et de mise en valeur des ressources naturelles propres à assurer une exploitation durable des ressources naturelles et à améliorer la qualité de vie de la population ainsi que la qualité de l’environnement.

Activités

5.44
Compte tenu des plans, des objectifs, des stratégies et des priorités définis à l’échelon national, les gouvernements, les communautés locales, y compris les organisations de femmes dans ces communautés, et les organisations nationales non gouvernementales pourraient entre autres entreprendre les activités suivantes, en collaboration avec des organisations internationales, s’il y a lieu. Les gouvernements pourraient faire part de leur expérience dans l’application d’Action 21 à la Conférence internationale sur la population et le développement qui se tiendra en 1994, en particulier à son comité de la population et de l’environnement.

A) Elaborer un cadre d’action

5.45
Il convient d’instituer et d’appliquer, avec tous les groupes de population intéressés, un mécanisme de consultation efficace, toutes les composantes du programme étant formulées et adoptées à l’issue de consultations à l’échelle du pays - réunions communautaires, ateliers régionaux et séminaires nationaux, selon le cas. Il faut veiller à tenir compte dans la conception des programmes au même titre des vues des hommes et des femmes sur les besoins, les perspectives et les contraintes et à adopter des solutions dictées par l’expérience concrète, tout en privilégiant, dans ce processus, les pauvres et les plus défavorisés.

5.46
Il convient d’appliquer une politique définie à l’échelon national en faveur de programmes intégrés et multiformes, faisant une place particulière aux femmes, aux populations les plus pauvres vivant dans des zones critiques ainsi qu’aux autres groupes vulnérables, en s’assurant la participation des groupes particulièrement bien placés pour être des agents de changement et de développement durable. Il faut accorder une importance particulière aux programmes qui permettent d’atteindre des objectifs multiples, favorisent le développement économique durable et atténuent les effets négatifs des tendances et des facteurs démographiques tout en évitant les dégâts écologiques à long terme. Ces programmes devront porter notamment sur la sécurité alimentaire, la sécurité des baux, le logement de base ainsi que l’infrastructure essentielle, l’éducation, le bien-être de la famille, les soins génésiques, les systèmes de crédit familial, les programmes de reboisement, les mesures élémentaires de protection de l’environnement, et l’emploi des femmes.

5.47
Il faudrait développer un cadre analytique pour recenser les aspects complémentaires des politiques relatives au développement durable ainsi que les mécanismes nationaux qui permettront de surveiller et d’évaluer leurs effets sur la dynamique de la population.

5.48
Il convient d’accorder une attention particulière au rôle clef des femmes dans les programmes concernant la population et l’environnement et dans la réalisation d’un développement durable. Les projets devraient tirer parti des possibilités de rapprocher les avantages sociaux, économiques et écologiques pour les femmes et leur famille. Il est indispensable de donner aux femmes les moyens de participer au développement et de leur assurer à cette fin l’accès à l’éducation, la formation, l’exercice de leurs droits juridiques (droit de posséder des biens, droits fondamentaux et droits civils), l’accès aux techniques allégeant leur charge de travail, aux possibilités d’emploi et à la prise de décisions. Les programmes démographiques et écologiques doivent servir de catalyseurs pour mobiliser les femmes, réduire le travail qui leur est imposé et leur permettre de devenir à la fois des agents et des bénéficiaires du développement socio-économique. Il convient de prendre des mesures concrètes pour réduire l’écart entre les taux d’analphabétisme chez les hommes et chez les femmes.

B) Soutenir les programmes qui favorisent une évolution des tendances et des facteurs démographiques dans le sens d’une plus grande viabilité

5.49
Il convient d’instituer et de renforcer, le cas échéant, des programmes et des services génésiques visant à réduire la mortalité maternelle et infantile toutes causes confondues et permettre aux femmes et aux hommes de réaliser leurs aspirations personnelles quant à la taille de leur famille, dans le respect de leur liberté et de leur dignité et de leurs valeurs personnelles.

5.50
Les gouvernements devraient s’attacher activement à mettre en oeuvre d’urgence, en tenant compte de la situation et des systèmes juridiques existant dans chaque pays, des mesures visant à garantir aux femmes et aux hommes le même droit de décider librement et de façon responsable du nombre de de leurs enfants et de l’espacement de leurs naissances, d’avoir accès à l’information et à l’éducation et, le cas échéant, aux moyens leur permettant d’exercer ce droit dans des conditions qui s’accordent avec leur liberté, leur dignité et leurs valeurs personnelles, et en tenant compte des facteurs éthiques et culturels.

5.51
Les gouvernements devraient préparer activement l’adoption de programmes visant à mettre en place des services de soins préventifs et curatifs - ou à renforcer les services existants -dans lesquels les femmes puissent bénéficier de soins génésiques axés sur les femmes, gérés par les femmes et offrant toutes les garanties de sécurité et d’efficacité ainsi que, le cas échéant, des services accessibles et abordables de planification responsable de la taille de la famille qui s’accordent avec la liberté, la dignité et les valeurs personnelles, et en tenant compte des facteurs éthiques et culturels. Ces programmes devraient être centrés sur la prestation de toute la gamme des soins de santé, y compris les soins prénatals, l’éducation et l’information sur les questions de santé et de procréation responsable, et ils devraient donner à toutes les femmes la possibilité de nourrir leurs enfants exclusivement au sein, au moins pendant les quatre permiers mois suivant l’accouchement. Ces programmes devraient appuyer pleinement le rôle des femmes dans la production et la reproduction ainsi que leur bien-être, compte tenu en particulier de la nécessité de fournir à tous les enfants, sur un pied d’égalité, des soins de santé améliorés, et de réduire les risques de mortalité et de morbidité maternelles et infantiles.

5.52
Compte tenu des priorités nationales, il convient de développer des programmes d’information et d’éducation inspirés du patrimoine culturel et transmettant aux hommes et aux femmes un message de santé génésique qui soit facile à comprendre.

C) Créer un cadre institutionnel approprié

5.53
Il convient d’encourager la mise en place, selon les besoins, de groupes d’appui et d’un cadre institutionnel qui facilitent les activités démographiques. Il faut pour cela bénéficier du soutien actif des autorités politiques, naturelles, religieuses et traditionnelles, du secteur privé et de la communauté scientifique nationale. Les pays devraient associer à la mise en place de ce cadre institutionnel leurs structures nationales en faveur des femmes.

5.54
Il convient de coordonner l’assistance dans le domaine de la population avec les donateurs bilatéraux et multilatéraux, de manière à répondre aux besoins de tous les pays en développement, en respectant pleinement la responsabilité générale des pays bénéficiaires en matière de coordination ainsi que leurs choix et leurs stratégies.

5.55 Il faudrait renforcer la coordination aux niveaux local et international. Il convient d’améliorer les méthodes de travail en vue d’utiliser au mieux les ressources disponibles, de tirer parti de l’expérience collective et d’améliorer l’exécution des programmes. Le FNUAP et les autres organes compétents devraient renforcer la coordination des activités de coopération internationale avec les pays bénéficiaires et donateurs pour assurer que les fonds nécessaires soient disponibles pour répondre à des besoins croissants.

5.56
Il faudrait élaborer des propositions de programmes locaux, nationaux et internationaux en matière de population et d’environnement, compte tenu des exigences spécifiques résultant du souci de viabilité. Le cas échéant, il convient de modifier les institutions de manière à ce que les personnes âgées ne soient pas entièrement tributaires de leur famille.

Moyens d’exécution

A) Financement et évaluation des coûts

5.57
Le secrétariat de la Conférence a estimé que le montant total des dépenses afférentes à la mise en oeuvre des activités relevant du présent domaine pour la période 1993-2000 se chiffrerait en moyenne à environ 7 milliards de dollars, montant qui serait financé à hauteur de 3,5 milliards de dollars par la communauté internationale sous forme de dons ou à des conditions concessionnelles. Il ne s’agit que d’estimations approximatives données à titre indicatif, qui n’ont pas été examinées par les gouvernements. Les dépenses effectives et les conditions financières, y compris les conditions non concessionnelles, dépendront notamment des stratégies et programmes spécifiques que les gouvernements décideront de mettre en oeuvre.

B) Recherche

5.58
La recherche doit viser à élaborer des programmes d’action précis ; il faudra établir un ordre de priorité entre les différents domaines.

5.59
Une recherche sociodémographique sur la façon dont les populations réagissent à un environnement en évolution est nécessaire.

5.60
Il convient d’améliorer la compréhension des facteurs socioculturels et politiques qui peuvent contribuer à faire accepter les instruments appropriés de politique démographique.

5.61
Il faudrait entreprendre des études sur les changements dans les services requis en matière de planification responsable de la taille de la famille, qui tiennent compte des différences à l’intérieur des groupes socio-économiques et des régions géographiques.

C) Mettre en valeur les ressources humaines et renforcer les capacités

5.62
Les secteurs de la mise en valeur des ressources humaines et du renforcement des capacités, compte tenu en particulier de la formation des femmes, sont d’une importance critique et doivent être privilégiés dans l’exécution des programmes démographiques.

5.63
Il faudrait organiser des ateliers pour aider les directeurs de programmes et de projets à rattacher les programmes démographiques aux autres objectifs en matière de développement et d’environnement.

5.64
Il faudrait créer du matériel éducatif, y compris des guides et des manuels, à l’intention des planificateurs et décideurs et autres agents des programmes de population, environnement et développement.

5.65
Il convient de développer la coopération entre les gouvernements, les établissements scientifiques et les organisations non gouvernementales d’une région et leurs homologues dans d’autres régions. Il faut encourager la coopération avec les organismes locaux de manière à favoriser la prise de conscience, à exécuter des projets de démonstration et à faire rapport sur l’expérience acquise.

5.66
Les recommandations formulées dans le présent chapitre ne doivent en aucune manière préjuger des débats de la Conférence internationale sur la population et le développement (1994) qui sera l’instance appropriée pour les questions de population et développement, compte tenu des recommandations de la Conférence internationale sur la population qui a eu lieu à Mexico en 1984 1/, et des Stratégies prospectives d’action pour la promotion de la femme 2/, adoptées par la Conférence mondiale chargée d’examiner et d’évaluer les résultats de la Décennie des Nations Unies pour la femme, qui s’est tenue à Nairobi en 1985.


Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires