Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Jeudi 19 octobre 2017

Intranet

Accueil > Villes, migrations, Populations > Démographie > Une démographie non durable ?

Enregistrer au format PDF

Une démographie non durable ?

Réactualisé 2012

2008

La densité humaine globale reste faible mais la disparité du peuplement et un partage inégal des ressources entrainent des déséquilibres. L’urbanisation s’accélère rapidement et la population mondiale vieillit. La surpopulation est souvent considérée comme une cause de la dégradation de l’environnement. Le contrôle des naissances passe essentiellement par l’éducation et le respect des droits et l’autonomisation des femmes.


  Sommaire de cet article  

 Repères

Selon le Fonds des Nations unies pour la population, la population de la planète a passé le cap des 7 milliards de personnes le 31 octobre 2011 (soit une moyenne de 50 habitant-es/km2). Le cap de la moitié des humains vivant en milieu urbain a été atteint en 2007.

De 0,2 % par an en 1800, le taux d’accroissement annuel de la population a culminé à 2,1 à la fin des années 60 pour se stabiliser à 1,4 %. Au 22ème siècle ce taux pourrait être de 0 %. La croissance s’effectue principalement dans les pays du Sud, les pays du Nord ayant achevé leur transition démographique, la population de certains d’entre eux, comme l’Allemagne, commençant même à diminuer. L’Afrique, qui compte 600 millions d’habitants se stabiliserait à 2,5 milliards en 2120 et l’Amérique latine à 1,3 milliards.

Près de la moitié de la population mondiale se trouve en Asie orientale (Chine) et dans le sous-continent indien.

- An 1000 : 257 millions de personnes
- 1800 : 958 millions
- 1820 : 1 milliard
- 1900 : 1,6 milliard
- 1920 : 2 milliards
- 1950 : 2,5 milliards
- 1960 : 3 milliards
- 1974 : 4 milliards
- 1999 : 6 milliards
- 2006 : 6, 5 milliards
- 2011 : 7 milliards
- 2030 : 8,3 milliards
- 2050 : 9 milliards
- 2100 : stabilisation à 10 milliards ? ou
- 2140 : stabilisation à 13 milliards ?

Les Nations unies ont réactualisé leur prévisions démographiques en 2011, (World population prospects. The 2011 revision ) estimant que la transition démographique (évolution caractérisée par la baisse de la mortalité puis la diminution de la natalité, différente selon les régions du monde) pourrait être moins rapide que prévue, tandis que l’urbanisation s’accélère.

La baisse de la fécondité et l’augmentation de la longévité entraîne actuellement un vieillissement de la population mondiale : augmentation de la proportion de personnes âgées et diminution de celle des jeunes. Ce vieillissement de la population est d’autant plus marqué que le pays a entamé précocement sa transition démographique (Europe, Etats-Unis). Dans d’autres pays, particulièrement en Afrique, la transition n’est pas encore lancée, et l’âge médian (âge qui sépare les membres d’une population en deux groupes égaux) peut y être très bas. Ainsi l’âge médian est d’environ 16 ans au Niger (la moitié de la population a moins de 16 ans et l’autre plus). En France cet âge médian est de l’ordre de 40 ans. Dans le monde il est en moyenne de 28 ans.

La « surpopulation » est souvent considérée comme une cause de la dégradation de l’environnement. Si la densité humaine globale reste faible (47 hab/km2 et une "disponibilité" théorique de 2 hectares par habitant-e), la disparité du peuplement et un partage inégal des ressources entrainent des déséquilibres. 50 % des gens se concentrent sur 8 % des terres émergées, notamment sur les littoraux. La production agricole a augmenté plus vite que la population. Mais la dégradation des sols, la pénurie d’eau et le réchauffement climatique hypothèquent l’hypothèse d’une terre pouvant nourrir jusqu’à 15 milliards d’habitants. 1 milliard de personnes vit dans un environnement très dégradé et à partir de 2015, 4 milliards risquent d’affronter une situation de stress hydrique.

La croissance urbaine s’accélère, notamment en Afrique (région du Nil en Egypte, golfe de Guinée, nord du Nigeria et autour d’Addis-Abeba en Ethiopie) et en Asie (Chine, Inde). Les villes s’étendent de plus en plus vite, au détriment des forêts et autres écosystèmes. Selon les Nations unies, en 2030 près de 5 milliards d’humains seront en ville (sur une population estimée à 8,3 milliards. Par ailleurs l’empreinte écologique d’une ville dépasse très largement son territoire puisqu’elle a besoin des zones rurales et de "l’arrière pays" pour assurer son approvisionnement en eau, en nourriture (notamment en viande car le modèle alimentaire des urbains est plus riche en produits animaux), etc.

Un des problèmes, en plus du mode d’urbanisation actuel, qui accroit la prédation sur les ressources naturelles, est le vieillissement de la population, notamment dans les pays du Nord et la Chine, où 200 millions des 1,3 milliard d’habitant-es ont plus de 60 ans. Cela va poser des problèmes en matière de retraites et de protection sociale.

Les conférences internationales de Rio en 1992 et du Caire en 1994 ont demandé aux pays en développement un effort de contrôle des naissances tandis que les pays riches s’engageaient à augmenter leur aide et à réorienter leurs modes de production. Ni le Nord ni le Sud n’ont mis en œuvre de politiques crédibles dans ces domaines. L’égalité des sexes et le renforcement des droits et de l’autonomie des femmes, une répartition équitable des revenus mondiaux, l’éducation sont parmi les clés de la transition démographique.

Répartition actuelle de la population dans le monde, par continent, pour 100 habitants :

JPEG - 62.1 ko

 Graves disparités de genre

Dans un rapport paru en 2007, l’ONU estime qu’il manquait 163 millions de filles ou de femmes en 2005 en Asie sur la base d’une comparaison avec les ratios entre les sexes dans d’autres régions du monde. Le contrôle démographique peut entraîner des atteintes aux droits des enfants de sexe féminin, dans les contextes culturelles où les naissances féminines sont dévalorisées. Ainsi, en Inde, Chine, Corée, Vietnam..., le ratio entre les naissances masculines et féminines est de plus en plus déséquilibré (110 garçons pour 100 filles, en moyenne, 120 garçons en Chine, et jusquà 130 dans certaines régions en Inde). La cause en est les avortements et infanticides à l’encontre des foetus et bébés filles. Les conséquences ultérieures de ces pratiques sont une "crise du mariage", entrainant la recrudescence de violences envers les femmes, et de trafics dans toute la sous-région (vente de femmes, prostitution, mariages forcés).

 Ressources web

- Entre 2000 et 2030, l’espace urbain mondial aura triplé, analyse dans passeurdesciences.blog.lemonde.fr
- Nouvelle cartographie mondiale des zones urbaines (en anglais)
- Site du Fonds des Nations unies pour la population
- Centre Population et Développement http://ceped.org
- Lexique de la démographie : http://www.ined.fr/fr/lexique/
- Bilan démographique 2013 en France : [http://www.insee.fr/fr/themes/detai...]
- Réseau de recherche francophone : http://www.demographie.auf.org/
- Des compteurs sur les statistiques mondiales, notamment démographiques, tournent "en temps réel" sur le site http://www.worldometers.info/fr/
- 7 milliards d’hommes 

 Problèmes économiques, La Documentation française, n° 3046, juin 2012.

- Faut-il une politique de population  ?   
 Jacques Vallin, Population et sociétés, n° 489, mai 2012.
- Démographie mondiale : 10 milliards et on s’arrête ? Dossier dans Sciences Humaines, septembre 2012

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires