Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Vendredi 28 avril 2017

Intranet

Accueil > Economie > Production - consommation > Des modes de production, de consommation, de (...)

Enregistrer au format PDF

Des modes de production, de consommation, de commercialisation non durables

2008

20 % de la population mondiale consomme 80 % des ressources. En 40 ans, le monde occidental a évolué vers un mode de production et de consommation basé sur une utilisation massive d’énergie et de ressources, renouvelables ou non, impossible à généraliser au reste du monde.
Agir : changer les modes de production, de commercialisation, de transport et les comportements individuels.


Habitants des pays de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) (Amérique du Nord, Europe, Japon…) et couches aisées et classes moyennes de pays émergents, dont plusieurs centaines de millions en Chine et en Inde : près de 30 % de l’humanité fait partie de la « société de consommation » basée sur le pétrole, la voiture individuelle, l’accumulation d’objets matériels remplacés au fil d’évolutions techniques rapides.

La production de déchets (4 milliards de tonnes par an dans les pays OCDE) augmente plus vite que les possibilités de recyclage ; beaucoup de déchets dangereux sont exportés vers les pays défavorisés. 100 000 produits chimiques sont en vente, 1000 nouvelles substances mises sur le marché chaque année sans que leurs impacts croisés puissent être évalués.

Si ce développement économique et technologique fournit des biens et services améliorant la qualité de vie, ses excès le rendent à terme inefficace car les calculs de coût et la fixation des prix n’intègrent pas les externalités environnementales (déséquilibre climatique), sociales (délocalisations, marginalisation de petits producteurs, conditions de travail, problèmes sanitaires…), géopolitiques (conflits, terrorisme…).

L’ouverture des marchés, la mise en compétition d’acteurs n’ayant pas les mêmes moyens, entraînent à la fois la paupérisation de producteurs et l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre (GES) en raison de l’explosion du secteur des transports de marchandises, qui pourraient être produites localement.

Les gros consommateurs et producteurs prélèvent des ressources en dehors de leur territoire (minerais, bois, sols, poissons, matières fossiles, compétences et matière grise …) hypothéquant la base du développement d’autres régions. Ainsi, l’Union européenne, pour 7% de la population mondiale consomme 17% des ressources mondiales.

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires