Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Lundi 22 juillet 2019

Intranet

Accueil > Actualités > Actualité > Impacts et coût des changements climatiques pour les (...)

Enregistrer au format PDF

Impacts et coût des changements climatiques pour les pays en développement : études et évaluations

Jeudi 1er octobre 2009


 Climat : s’adapter coûtera 75 à 100 milliards de dollars par an aux pays pauvres

Communiqué de l’ONU, 30 septembre 2009

Les pays en développement auront besoin de 75 à 100 milliards de dollars par an entre 2010 et 2050 pour s’adapter aux conséquences du changement climatique, selon une étude de la Banque mondiale publiée mercredi 30 septembre 2009.

L’étude a pour objectif d’assister les leaders de ces pays à comprendre les risques associés au changement climatique et à choisir des stratégies d’adaptation qui tiennent compte des communautés les plus vulnérables.

Le rapport a étudié deux scénarios de réchauffement planétaire, l’un « plus sec » avec un coût d’adaptation estimé à 75 milliards de dollars et l’autre « plus humide » avec un coût de 100 milliards.

Selon les résultats préliminaires, l’Asie de l’Est et la région Pacifique seront les régions les plus affectées par les changements climatiques, suivies par l’Amérique latine et les Caraïbes, et l’Afrique subsaharienne.

« Compte tenu des énormes coûts associés aux nouvelles infrastructures, ainsi qu’à la sécheresse, la maladie et la réduction de la productivité agricole, les pays en développement doivent être prêt à faire face aux conséquences du changements climatiques », a dit Katherine Sierra, vice-présidente pour le développement durable de la Banque Mondiale.

« L’étude de la Banque Mondiale démontre qu’agir en faveur de l’adaptation maintenant peut entraîner des économies et une réduction des risques à l’avenir », a déclaré Bert Koenders, le ministre néerlandais du développement. « Pour ne pas compromettre les objectifs du Millénaire pour le développement il faudra faire en sorte qu’il y ait assez de nouveaux fonds publics internationaux pour soutenir l’adaptation des pays les plus pauvres », a-t-il ajouté.

L’étude, financée par les Pays-Bas, la Grande-Bretagne et la Suisse, est l’analyse la plus complète en la matière, car elle utilise une nouvelle méthodologie qui consiste à comparer deux mondes futures, l’un avec changements climatiques et le second sans. L’objectif est d’évaluer les coûts associés aux mesures qui devront être prises pour s’adapter à un monde transformé.

- Voir aussi la version française (abrégée et préliminaire, version définitive fin octobre) du Rapport sur le développement 2010 dans le monde. Développement et changement climatique : pour un climat favorable au développement (Téléchargement pdf 5 Mo) ; voir le communiqué de présentation de ce rapport.

 Climat : le "Rapport économique et social mondial 2009" de l’ONU appelle à un "new deal" pour les pays en développement

Un nouveau « New Deal » de plus de 500 milliards de dollars par an est nécessaire pour aider les pays en développement à atténuer l’impact des changements climatiques tout en poursuivant leur chemin vers la croissance économique, selon un rapport de l’ONU publié mardi. On trouvera ci-dessous en téléchargement la synthèse du rapport (en anglais).

Communiqué de l’ONU, 1er septembre 2009

Si l’on ne réduit pas les émissions [de gaz à effet de serre] de façon significative, les dommages causés à l’économie des pays pauvres seront 10 fois supérieurs à ceux enregistrés par les pays développés, a prévenu Rob Vos, directeur au département des Affaires économiques et sociales (DESA), à l’occasion de la présentation du document intitulé Rapport économique et social mondial 2009 : Promouvoir le développement et sauver la planète.

L’augmentation de la température d’un degré Celsius au niveau mondial devrait coûter entre deux à trois points de pourcentage de croissance pour les pays en développement, sans avoir d’impact notable pour les pays développés qui émettent 6 à 7 fois plus de gaz à effet de serre.

Cependant, pour satisfaire aux besoins en développement, la demande en énergie va croître dans les pays en développement ce qui posera un défi pour combiner la réduction des émissions de gaz à effet de serre avec les objectifs économiques, a dit M. Vos lors de sa conférence de presse.

« Il faudra des ajustements colossaux dans les pays développés, mais encore davantage dans les pays en développement. La transformation des services énergétiques sera déterminante. Elle devra aller main dans la main avec des investissements à long terme », a-t-il insisté.

Or si les outils de cette transformation existent – immeubles à faible consommation d’énergie, céréales résistantes à la sécheresse – ils sont d’un coût prohibitif à l’heure actuelle et elle appellera « un niveau de soutien international et de solidarité rarement mobilisé en dehors d’un contexte de guerre », souligne le rapport.

Entre 1,6 et 2 milliards de personnes sont privées d’accès à l’électricité et leur raccordement aux services énergétiques coûtera 25 milliards de dollars par an pendant les 20 prochaines années. « Et pourtant, en termes de coût c’est une bonne affaire si on compare cela aux milliards dépensés par de nombreux gouvernements de pays développés pour venir à la rescousse de leur secteur financier et automobile ».

Le rapport note qu’on est loin des objectifs requis, avec une assistance au développement en matière d’énergie de 4 milliards de dollars par an au niveau mondial.

Ce qu’il faut, souligne l’étude, c’est un « New Deal mondial » capable d’atteindre une nouvelle magnitude en termes d’investissements vers une économie à faible émission de carbone et de réaliser des économies d’échelle.

Selon le rapport, il faudrait investir, le plus tôt possible, dans l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, au moins à hauteur de 1% du produit intérieur brut mondial, soit entre 500 et 600 milliards de dollars. A défaut d’investissements de cette ampleur, le rapport prévoit des pertes à hauteur de 20% de ce produit intérieur brut mondial.

A l’heure actuelle, le total de l’assistance au développement consacrée au changement climatique n’est que de l’ordre de 21 milliards de dollars, une fraction de ce qui est nécessaire.

 

A consulter sur le site d’Adéquations :
- Toutes les actualités "Climat et enjeux de Copenhague 2009"
- Rubrique Changements climatiques

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires