Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Dimanche 26 mai 2019

Intranet

Accueil > Actualités > Actualité > Climat : nouveau cycle de négociations à Bonn

Enregistrer au format PDF

Climat : nouveau cycle de négociations à Bonn

Lundi 2 août 2010


 Climat : nouveau cycle de négociations à Bonn

Communiqué de l’ONU, 2 août 2010

Le troisième cycle de négociations sous l’égide du secrétariat de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) a débuté lundi à Bonn, en Allemagne, avec pour objectif de préparer la Conférence de l’ONU sur le changement climatique qui se déroulera en novembre et décembre prochain à Cancun, au Mexique.

« Les gouvernements ont la responsabilité cette année de franchir les étapes décisives pour la lutte contre le changement climatique », a déclaré lundi la Secrétaire générale de la CCNUCC, Christiana Figueres. « Cela ne dépend que des gouvernements de franchir ces nouvelles étapes. C’est politiquement possible. A Cancun, le travail des gouvernements sera de transformer le politiquement possible en politiquement irréversible », a-t-elle ajouté.

A Bonn, le « Groupe de travail spécial de l’action concertée à long terme au titre de la Convention » se réunira afin de négocier les solutions à long terme pour lutter contre le changement climatique. Le « Groupe de travail spécial des nouveaux engagements des Parties visées à l’annexe I au titre du Protocole de Kyoto » se concentrera quant à lui sur un accord global des 37 pays industrialisés qui ont ratifié le Protocole afin de fixer des engagements de réductions d’émissions de gaz au-delà de 2012.

La Secrétaire générale de la CCNUCC a rappelé les promesses financières faites par les pays industrialisés pour aider les pays en développement. L’année dernière plus de 30 milliards de dollars ont été promis. Les pays industrialisés se sont aussi engagés à mobiliser plus de 100 milliards de dollars par an d’ici à 2020 afin de lutter contre le changement climatique. « Les pays en développement voient cette aide comme un signal de la part des pays industrialisés », a souligné Christiana Figueres. Elle a également rappelé la nécessité de gérer ces fonds dans une transparence totale. Les fonds doivent être « mesurables et vérifiables », a-t-elle insisté.

« Il faut que les gouvernements affichent un engagement responsable de sorte que la société civile et les entreprises puissent être confiantes sur les stratégies vertes », a plaidé Christiana Figueres.

La rencontre de Bonn va rassembler des représentants de 178 gouvernements jusqu’au 6 août. Le prochain cycle de négociations aura lieu du 4 au 9 octobre prochain à Tianjin, en Chine.

- Le site officiel de ces rencontres : http://unfccc.int/meetings/items/2654.php



 Climat : nouvelles rencontres prévues

Communiqué de l’ONU, 12 avril 2010

Le premier cycle de négociations formelles sur le changement climatique depuis le Sommet de Copenhague de décembre 2009 s’est achevé dimanche à Bonn en Allemagne sur un bilan positif, avec notamment la décision d’intensifier l’agenda des rencontres internationales, a estimé le Secrétaire exécutif du Secrétariat de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), Yvo de Boer.

« A cette rencontre de Bonn, j’ai vu dans l’ensemble une volonté forte de faire des progrès », a dit M. de Boer.

Les gouvernements ont notamment décidé d’un commun accord d’organiser deux sessions additionnelles d’au moins une semaine chacune qui se dérouleront entre le la 32ème session des organes subsidiaires de la CCNUCC qui sera organisée du 31 mai au 11 juin à Bonn en Allemagne et la Conférence sur le changement climatique qui se tiendra du 29 novembre au 10 décembre prochain à Cancun, au Mexique.

« Nous devons décider de ce qui peut être approuvé à la fin de l’année à Cancun et ce qui peut être remis à plus tard », a dit M. de Boer.

Selon le Secrétaire exécutif du CCNUCC, les négociations doivent porter sur trois types de problèmes : ceux qui ont failli aboutir à un accord lors du Sommet de Copenhague et qui pourraient être finalisés à Cancun, ceux qui posent problème mais dont l’accord de Copenhague peut fournir un cadre de discussions et ceux qui sont toujours problématiques.

« La Conférence de l’ONU sur le climat de Cancun doit aboutir à ce que Copenhague n’est pas parvenu à réaliser : elle doit permettre de finaliser une architecture global de fonctionnement », a indiqué M. de Boer.

Il a notamment insisté sur les décisions qui doivent être prises cette année en matière de cibles et d’objectifs sur la réduction du réchauffement climatique, sur les technologies à utiliser et les mécanismes de financements.

Le Secrétariat de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) avait publié à la fin du mois de mars ses rapports officiels sur les résultats du Sommet de Copenhague, qui indiquent notamment que 75 parties à la Convention ont transmis leurs objectifs nationaux de réduction des émissions d’ici à 2020.

Selon ces rapports, 41 pays industrialisés ont fait connaître leurs objectifs et 35 pays en développement ont transmis des informations sur les mesures d’atténuation des effets de changements climatiques qu’ils envisagent de prendre au niveau national, à condition de bénéficier d’un soutien financier et technologique adéquat.

La rencontre de Bonn a réuni 1.700 représentants de 174 pays. La Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques rassemble 194 parties, et a pour objectif de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.



 Climat : Un nouveau cycle de négociations formelles débute à Bonn

Communiqué de l’ONU, 9 avril 2010

Le premier cycle de négociations formelles sur le changement climatique depuis le Sommet de Copenhague de décembre 2009 a débuté vendredi à Bonn, en Allemagne sous l’égide des Nations Unies, a indiqué le secrétariat de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

La rencontre de Bonn réunit 1.700 représentants de 174 pays jusqu’au 11 avril. L’objectif est d’établir l’organisation et la coordination du travail sur le climat pour l’année 2010 afin de préparer la Conférence sur le changement climatique qui se déroulera en novembre à Cancun au Mexique.

Le Secrétariat de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) avait publié à la fin du mois de mars ses rapports officiels sur les résultats du Sommet de Copenhague, qui indiquent notamment que 75 parties à la Convention ont transmis leurs objectifs nationaux de réduction des émissions d’ici à 2020.

Selon ces rapports, 41 pays industrialisés ont fait connaître leurs objectifs et 35 pays en développement ont transmis des informations sur les mesures d’atténuation des effets de changements climatiques qu’ils envisagent de prendre au niveau national, à condition de bénéficier d’un soutien financier et technologique adéquat.

Ensemble, ces parties sont responsables de plus de 80% des émissions mondiales liées à la consommation d’énergie.

« Il est important de se souvenir que beaucoup des décisions qui auraient permis une action immédiate sur les changements climatiques ont failli de peu être prises à Copenhague », avait souligné le Secrétaire exécutif du CCNUCC, Yvo de Boer, estimant que « ce travail peut être achevé au Mexique avec l’adoption d’un ensemble de mesures fortes et équilibrées ».

La Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques rassemble 194 parties, et a pour objectif de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.



 Changements climatiques : Publication officielle des résultats de Copenhague

Communiqué de l’ONU, 31 mars 2010

Le Secrétariat de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) a publié mercredi ses rapports officiels sur les résultats de la Conférence de Copenhague de décembre 2009, qui indiquent notamment que 75 parties à la Convention ont transmis leurs objectifs nationaux de réduction des émissions d’ici à 2020.

« Ensemble, ces parties sont responsables de plus de 80% des émissions mondiales liées à la consommation d’énergie », a souligné le Secrétariat dans un communiqué publié depuis Bonn.

41 pays industrialisés ont partagé avec la Convention leurs objectifs et 35 pays en développement ont transmis des informations sur les mesures d’atténuation des effets de changements climatiques qu’ils envisagent de prendre au niveau national, à condition de bénéficier du soutien financier et technologique adéquat.

« Il est clair que les promesses mises sur la table sont une étape importante vers l’objectif de limiter l’augmentation des émissions mais elles ne suffiront pas en tant que telles pour limiter le réchauffement sous les deux degrés Celsius », a averti le Secrétaire exécutif de l’UNFCCC, Yvo de Boer.

« La Conférence sur le climat à la fin de cette année à Mexico doit par conséquent mettre en place les mécanismes de coopération efficaces pour permettre une accélération significative des actions au niveau national, régional et international afin de limiter l’augmentation des émissions et de se préparer aux inévitables conséquences des changements climatiques », a-t-il ajouté.

Le rapport de la Conférence des parties contient le texte de l’Accord conclu à Copenhague et la liste des 112 parties (111 pays et l’Union européenne) qui ont exprimé leur soutien à cet Accord.

« Il est important de se souvenir que beaucoup des décisions qui auraient permis une action immédiate sur les changements climatiques ont failli de peu être prises à Copenhague », a souligné Yvo de Boer, estimant que « ce travail peut être achevé à Mexico avec l’adoption d’un ensemble de mesures fortes et équilibrées ».

Avec 194 parties, la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques a un caractère quasiment universel et a abouti à la signature du protocole de Kyoto en 1997, ratifié par 190 parties, dans le but de stabiliser les concentrations en gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau qui prévienne de dangereuses interférences humaines sur le système climatique.

- Page de téléchargement des documents officiels (en anglais)



 Nouvelles négociations sur le changement climatique à Bonn en avril

Communiqué de l’ONU, 23 février 2010

De nouvelles négociations sur le changement climatique se dérouleront du 9 au 11 avril 2010 à Bonn, en Allemagne, sous l’égide de la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC), quelques mois après le Sommet de Copenhague, a annoncé mardi le Secrétariat de la CCNUCC.

Deux autres sessions de négociations sur le climat sont également prévues cette année. L’une du 31 mai au 11 juin et l’autre du 29 novembre au 10 décembre à Cancun, au Mexique.

« Après la Conférence de l’ONU sur le changement climatique de Copenhague, cela constitue un rapide retour aux négociations », s’est félicité le Secrétaire exécutif de la CCNUCC, Yvo de Boer, qui a récemment annoncé sa démission et quittera son poste le 1er juillet prochain.

« La décision d’intensifier le rythme des négociations démontre l’engagement des gouvernements d’aller de l’avant pour aboutir à un succès à Cancun » a souligné M. de Boer. Cela vient s’ajouter au nombre croissants de pays qui ont soumis leurs plans d’actions pour lutter contre le changement climatique depuis la conférence de Copenhague. « La barre symbolique des 100 pays a été dépassée », a-t-il dit.

Pas moins de 40 pays développés et 30 pays en voie de développement ont soumis au Secrétariat leurs objectifs de réduction des émissions, d’ici 2020. L’ensemble de ces pays représentent 80% des émissions globales. De plus, 39 autres pays ont fournis des informations capitales sur leurs ambitions.

Un rapport publié mardi par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUE) tire à nouveau la sonnette d’alarme. Il estime qu’entre 2020 et 2050, les émissions globales de gaz à effet de serre doivent être réduites de 48 à 72% et qu’il faut réduire chaque année de 3% ces émissions. Un tel scénario offre 50% de chances de limiter la hausse globale des températures à moins de 2°C.

Le dernier rapport de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) est tout aussi alarmiste sur l’état de la faune et la flore. On estime que 17.291 espèces sur les 47.677 répertoriées sont menacées. Le rapport souligne que la protection de l’écosystème global est déterminante dans la réduction du réchauffement climatique.

 

A consulter sur le site d’Adéquations :
- Rubrique Changements climatique
- Tous nos articles Enjeux climat Copenhague

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires