Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Mardi 19 novembre 2019

Intranet

Accueil > Actualités > Actualité > L’eau insalubre plus meurtrière que la guerre, selon le (...)

Enregistrer au format PDF

L’eau insalubre plus meurtrière que la guerre, selon le secrétaire général de l’ONU

Communiqué de l’ONU, 22 mars 2010

Lundi 22 mars 2010


A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau célébrée lundi, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a rappelé que l’eau souillée faisait plus de victimes dans le monde que toutes les formes de violence, y compris la guerre.

« Ces morts sont un affront à notre humanité commune et sapent les efforts de nombreux pays pour réaliser leur potentiel de développement », a déclaré M. Ban dans un message pour cette Journée, axée cette année sur le thème "Qualité de l’eau pour un monde sain".

« Nos besoins en eau pour l’alimentation, les matières premières et l’énergie entrent de plus en plus en concurrence avec les besoins naturels en eau propre pour maintenir les écosystèmes menacés et nous procurer ce dont nous dépendons », a-t-il souligné.

« Jour après jour, nous versons des millions de tonnes d’eaux usées et de déchets industriels et agricoles dans les systèmes d’eau de la planète. L’eau propre est devenue rare et le deviendra encore plus avec les changements climatiques », a ajouté le Secrétaire général.

Dans son message, M. Ban a souligné que l’eau est intimement liée à tous les objectifs de développement des Nations Unies, y compris la santé maternelle et infantile, l’espérance de vie, l’autonomisation des femmes, la sécurité alimentaire et le développement durable, ainsi que l’adaptation et l’atténuation des changements climatiques.

Le Secrétaire général a souligné que les plus pauvres souffraient le plus, et en premier lieu, des pénuries en eau et d’un assainissement insuffisant, alors même que les dirigeants du monde disposent du « savoir-faire pour résoudre ces problèmes et devenir de meilleurs gestionnaires de nos ressources en eau ».

L’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé la période 2005-2015 Décennie internationale d’action sur le thème de « l’eau, source de vie ». Un débat thématique de haut niveau aura lieu en septembre, à l’occasion de l’ouverture de son débat annuel à New York.

Le Secrétaire général a appelé les Etats membres à approuver et intégrer un plan d’action accéléré au cours de ce sommet, en rappelant qu’échouer à réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) serait un échec inacceptable, moralement et pratiquement.

Chaque jour dans le monde, deux millions de tonnes d’eaux usées et de déchets industriels et agricoles sont déversés, tandis qu’un enfant de moins de cinq ans meurt toutes les vingt secondes de maladies d’origine hydrique, d’après le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).

Dans un nouveau rapport, l’agence souligne qu’un investissement de 20 millions de dollars dans des technologies à faible coût, comme l’irrigation au goutte-à-goutte et les pompes à pédale, pourrait sortir 100 millions de familles paysannes de la pauvreté extrême.

« L’activité humaine au cours des 50 dernières années est responsable d’une pollution sans précédent, et la qualité des ressources en eau du monde est de plus en plus menacée », a déclaré le Directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner, à l’occasion de la publication du rapport intitulé "Purifier les eaux : Solutions pour une eau de qualité".

« Cela peut paraître insurmontable mais il existe suffisamment de solutions où l’ingéniosité humaine alliée à la technologie et aux investissements dans les systèmes de purification de la nature, comme les marécages, les forêts et les mangroves, peuvent fournir une eau propre pour un monde sain », a-t-il assuré.

Dans un autre rapport également publié lundi, le PNUE a indiqué que la transformation des déchets liés à l’eau, une combinaison de ruissellement des engrais, des eaux usées et autres déchets, constituait un défi majeur, alors que le monde connait une urbanisation et une industrialisation rapide, ainsi qu’une augmentation de la demande en viandes et autres aliments.

Intitulé Eau malade ? : Le rôle central de la gestion des eaux usées dans le développement durable, ce rapport souligne que de nombreuses substances qui polluent les eaux usées, tels que l’azote et le phosphore, peuvent être utilisées comme engrais pour l’agriculture ou générer des gaz pour alimenter les centrales électriques et la cuisson.

Actuellement, environ 10% de la population mondiale consomme des aliments cultivés avec des eaux usées pour l’irrigation et la fertilisation, et avec une meilleure gestion et une meilleure formation des agriculteurs, cette proportion pourrait être augmentée de façon substantielle, indique le rapport.

L’Assemblée générale a célébré la première Journée mondiale de l’eau en 1993. Chaque 22 mars, l’accent est mis sur un aspect différent de la durabilité de l’eau douce, y compris les questions liées à l’assainissement et à la pénurie en eau.

- Télécharger le document d’information du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) De L’eau propre pour un monde sain (en Français, pdf 6 pages 1 Mo)

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires