Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Dimanche 21 juillet 2019

Intranet

Accueil > Actualités > Actualité > Le trafic d’êtres humains est l’activité illégale la plus (...)

Enregistrer au format PDF

Le trafic d’êtres humains est l’activité illégale la plus lucrative d’Europe

Communiqué de l’ONU, 29 juin 2010

Mardi 29 juin 2010

L’activité illégale la plus lucrative d’Europe est le trafic d’êtres humains, indique un rapport publié mardi par l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC). L’agence estime que les groupes criminels tirent plus de 2,5 milliards de dollars de bénéfices par an en organisant le travail forcé et l’exploitation sexuelle d’êtres humains.


« Les Européens pensent que l’esclavage a été aboli depuis des siècles. Mais regardez autour de vous, les esclaves sont parmi nous. Nous devons faire davantage pour réduire la demande de produits fabriqués par les esclaves et l’exploitation », a déclaré Directeur exécutif de l’ONUDC Antonio Maria Costa à l’occasion de la publication du rapport intitulé, « Le trafic des personnes pour l’exploitation sexuelle en Europe ».

Etaient présents à la cérémonie, la Ministre espagnole de l’Egalité, Bibiana Aido, l’Ambassadrice de bonne volonté de l’ONUDC, Mira Sorvino, l’actrice Belen Rueda et la journaliste et militante mexicaine des droits humains, Lydia Cacho. Ces personnalités sont venues manifester leur soutien à l’Espagne qui est le premier pays européen à avoir adhérer à la campagne ’Cœur bleu’ de l’ONUDC.

Lancée le 15 avril dernier au Mexique, la campagne ’Cœur bleu’ a pour objectif de sensibiliser les populations sur les dangers du trafic d’êtres humains. Une douzaine de bâtiments emblématiques avaient été éclairés en bleu dans la capitale mexicaine afin de prévenir et d’informer la population sur la situation de millions de personnes dans le monde victimes de trafic et d’exploitation.

Selon le rapport, 140.000 personnes sont piégées dans un cycle de violence brutal, d’abus et d’avilissement en Europe. Il n’y a pas de signe clair d’une diminution du nombre de victimes. Chaque année, environ 70.000 personnes viennent grossir les rangs des personnes exploitées, soit 50% du nombre total de personnes réduites à l’état d’esclave.

Environ 84% des victimes en Europe sont victimes de trafic à des fins d’exploitation sexuelle. La majorité des personnes exploitées sont des jeunes femmes qui sont pour les plupart violées, violentées, droguées, emprisonnées, endettées, victimes de chantages et qui ont leur passeport confisqué.

En Europe, 32% des victimes proviennent des Balkans, 19% viennent des pays de l’ex-Union soviétique, 13% d’Amérique du Sud, 7% d’Europe centrale, 5% d’Afrique et 3% d’Asie de l’Est. La plupart des trafiquants sont des hommes même si, souligne le rapport, les femmes sont surreprésentées dans le domaine en comparaison à d’autres activités illégales. Les femmes sont souvent utilisées par certains groupes pour ’mieux piéger’ les victimes.

Les poursuites judicaires à l’encontre des trafiquants sont relativement faibles par rapport au nombre de victimes, déplore le rapport.

Plus de 130 pays font état de cas de trafic d’êtres humains. Selon l’ONUDC, plus de 2,4 millions de personnes dans le monde sont actuellement victimes de trafic à des fins commerciales.

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires