Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Dimanche 20 janvier 2019

Intranet

Accueil > Actualités > Actualité > Forum "Repenser le développement : la société civile (...)

Enregistrer au format PDF

Forum "Repenser le développement : la société civile s’engage", du 20 au 22 janvier à Paris

Lundi 3 janvier 2011

Le Forum des associations « Repenser le développement : la société civile s’engage » se tiendra du 20 au 22 janvier 2011 à la Cité internationale universitaire de Paris.

L’objectif de ce Forum est de rassembler le plus largement possible les acteurs associatifs qui œuvrent à des titres divers à co-construire un autre modèle de développement et de société. L’une des voies privilégiées de cette démarche passe par un décloisonnement entre le milieu scientifique et les autres acteurs de la société civile, afin notamment d’interroger toutes les formes de production de la connaissance pour l’action.



Trois journées de réflexion, de débat et d’échanges dans une ambiance conviviale… Le Forum des associations allie au format du colloque un espace d’animation dans lequel les participants pourront présenter de diverses manières leurs projets, leurs positions et leurs objectifs.

Développement durable, atténuation, adaptation, croissance verte, décroissance : le vocabulaire s’enrichit, qui traduit les interrogations sur l’avenir de nos sociétés contemporaines. Les pouvoirs publics s’en emparent. Mais l’expérience montre que leur action a besoin de s’appuyer sur une mobilisation exceptionnelle de la société civile pour agir.

Or, cette mobilisation existe de plus en plus. Qu’il se reconnaisse ou non dans l’idée de développement durable, le mouvement associatif porteur d’un autre modèle de développement et de société s’amplifie et se diversifie : la société civile s’approprie elle-même le débat et prétend peser sur son avenir. Le sentiment s’y répand que les réponses aux questions du présent ne sont pas à laisser dans les mains des experts ou des politiques, mais qu’à l’inverse, les citoyens ont un point de vue propre à faire valoir.

Ce mouvement se caractérise par sa diversité, tant dans ses objectifs que dans les modalités de son action. C’est là une richesse et un gage d’efficacité : tous les aspects de la vie en société sont concernés et investis en parallèle. Chaque association est donc conduite à faire sa propre expérience de la confrontation à de fortes inerties et oppositions du fait du caractère radical de ses propositions. Dans cette matrice de créativité sociale, prend corps une certaine idée d’une forme de développement et de société souhaitable.

S’y esquisse également une certaine idée d’une science « citoyenne » apte à en conforter la réalisation, car la grande originalité de ce mouvement est qu’il pose le problème des modalités des interactions entre les connaissances scientifiques, une de ses composantes essentielles, et les formes de savoirs des acteurs ainsi que les systèmes de valeurs sociaux auxquels elles se trouvent confrontées.

Sont ainsi créées les conditions d’une tension dynamique entre associations et d’une réflexion animée par l’inspiration commune de leur engagement autour des questions auxquelles toutes se heurtent dans leur action : celles de leur rapport au politique,aux savoirs,aux publics, au système économique, à la recherche et à l’innovation.

Au moment où les suites du Grenelle laissent de nombreuses associations insatisfaites, où des crises de toutes natures secouent nos sociétés, où les « mots d’ordre » de notre époque (croissance, compétitivité, consommation, progrès, marché…) montrent leurs limites, voire leurs effets pervers, il s’agit de capitaliser ce patrimoine d’idées et de pratiques : pour rendre visibles l’ampleur de la mobilisation sur laquelle il repose, la multiplicité des domaines qu’il couvre,sa richesse novatrice ; pour prendre conscience de son unité, débattre de ses différences et approfondir ses démarches en commun ; pour enrichir les démarches qui le nourrissent des regards croisés des acteurs et des chercheurs. Tel est l’objectif de ce Forum des associations.

Le forum est organisé par l’association NSS - Dialogues conjointement avec : l’Association science, technologie et société (ASTS), l’association Dossiers et débats pour le développement durable (4D), la Fondation sciences citoyennes (FSC), l’association Développement durable et territoires (DDT), la Société d’écologie humaine (SEH), l’association VivAgora.


Informations reprises du site de l’association NSS Dialogues ,
sur lequel on peut s’inscrire pour participer au Forum .

Adéquations animera un atelier
« Quels échanges entre les Nords et les Suds à l’heure de la mondialisation ? »
piloté par SEH, avec une introduction par Gustave Massiah (Attac, Cedetim)
le vendredi 21 janvier de 9 à 12 heures.

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires