Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Jeudi 23 mai 2019

Intranet

Accueil > Nos projets & actions en cours > Egalité & genre > Expériences & pratiques du genre (...) > Séminaire du 6 décembre 2010, capitalisati > Fiches d’expériences et de pratiques > Un processus d’audit interne de genre en vue d’une (...)

Enregistrer au format PDF

Un processus d’audit interne de genre en vue d’une stratégie d’intégration

Peuples Solidaire

Mercredi 1er décembre 2010

Fiche téléchargeable en bas du texte


Peuples Solidaires

ONG - Fédération

Thématiques : souveraineté alimentaire, dignité au travail/ droits des femmes
Zones géographiques concernées : pays dits "du Sud" pour les partenariats, France essentiellement pour les actions de campagne/mobilisation. pays dits du Nord et du Sud pour le travail en réseau/collectif.

 Intitulé du cas pratique

Un processus d’audit interne de genre, afin d’intégrer transversalement le genre à partir de 2011

Champ(s) concerné(s)

- Intégrer le genre dans les orientations stratégique et le fonctionnement de l’organisation
- Intégrer le genre dans l’éducation au développement et le plaidoyer

 1. Résumé du cas pratique

La question du genre a été abordée progressivement à partir de 2006 en lien avec le travail sur les droits humains au travail et l’accès à la terre. Différents ateliers, tables rondes, participation à des colloques, tournées de partenaires sur les thématiques des droits des femmes et du genre ont été organisés. En interne, plusieurs formations ont été organisées à destination des membres, et plusieurs salarié-es ont suivi des formations. Un budget a été dédié entre 2006 - 2008 et en 2010 et une chargée Genre à 20% est embauchée fin 2009. La parité dans les instances est atteinte en 2010. La convention interne est revue pour y intégrer de façon plus visible des politiques de ressources humaines sensibles au genre.

En 2010, un audit genre est mené avec une prestataire pour mettre les choses à plat pour vérifier le niveau d’adhésion de la Fédération dans son ensemble, identifier les opportunités/obstacles afin de se donner des objectifs adaptés pour 2011. L’audit intègre également une analyse de documents de campagne, de la terminologie utilisée, etc.

Peuples solidaires se dirige vers une intégration accrue de cette thématique et une véritable intégration transversale (prise en charge par l’ensemble de l’équipe salariée et des instances) voire vers une troisième thématique de travail.

 2. Analyse

Les points forts, les acquis, les résultats positifs

L’association et l’harmonisation avec ActionAid constitue un élément favorisant, ainsi qu’une forte adhésion en général dans l’organisation, forte volonté de l’équipe salariée. Acquis positifs :
- Mise en cohérence entre travail de défense des droits humains et réalité, harmonisation de la compréhension de la problématique et vision politique clarifiée
- Valorisation de tout le travail existant sur la question
- Mise en cohérence entre discours externes et pratiques internes. Mise en place de mécanismes/automatismes au sein de l’équipe salariée et des instances.
- Harmonisation de la terminologie pour la communication interne et externe.
- Intérêt stratégique pour une organisation de campaigning mettant en avant une approche par les droits/justice sociale

Les faiblesses, difficultés, résistances rencontrées

Quelques résistances au niveau des membres (groupes locaux notamment). Diversité dans l’appréhension de la problématique au sein de l’organisation.
Manque de ressources financières et en temps de travail. Difficulté à intégrer concrètement dans le quotidien du travail (enjeu de créer des automatismes voire des mécanismes/procédures sur les plans individuels et collectifs).
En matière de communication /EAD / plaidoyer : difficulté de faire des choix en communication qui soient judicieux et n’alourdissent pas les textes ; résistances quant au terme "Genre" et à remettre en question les relations de pouvoir hommes/femmes
Le désintérêt des médias et des cibles du plaidoyer est également une contrainte.
Vis à vis des partenariats, l’un des enjeux est que Peuples Solidaires ne s’est pas doté de "critères" pour choisir ses partenaires, ainsi le genre n’est pas plus valorisé qu’autre chose.

Les enseignements, recommandations

- Travailler davantage avec des organisations de base dans les pays du Sud qui sont actives sur ces questions, qui travaillent à la défense des droits des femmes ou représentant des femmes ou ayant des femmes pour leader/porte-parole et valoriser les informations et les réalisations de ces organisations. Il vaut mieux valoriser l’action liée à la défense des droits des femmes lorsqu’elle existe, valoriser les organisations qui représentent les intérêts des femmes, ou l’encourager quand elle n’existe pas, plutôt qu’exclure les organisations ne l’intégrant pas.
- Implication accrue dans certains collectifs/réseaux et impulser une plus grande intégration du genre dans les collectifs/réseaux où Peuples Solidaires est investi

A noter : les formations en genre ne créent pas forcément d’adhésion et de transformation dans son travail/ses idées. La question va au-delà de la formation car il faut convaincre plus que "former".

Les acteurs impliqués, les partenariats, les ouvertures…

Peuples Solidaires agit en association avec Action Aid, ainsi : participation à un programme d’actionaid sur le leadership féminin

Actuellement sont surtout impliquées en interne la chargée de Genre et la directrice, mais aussi en pointillé les autres chargés de mission, le chargée de la collecte/communication et la chargée de mobilisation. Nous nous dirigeons vers une prise en compte plus spécifique pour l’ensemble des postes et des instances décisionnelles/groupes de travail.

Commentaires éventuels

Le critère "genre" a été créé pour la sélection et l’évaluation d’appels urgents et oblige à solliciter les partenaires sur ces questions.

Le genre est de plus en plus valorisé dans les outils de communication externe (comme le rapport annuel) : créer des sections spécifiques dans les productions écrites, équilibrer les photos féminines/masculines quand cela est possible, utiliser une terminologie qui rendent les femmes plus visibles et valoriser les outils en lien avec ce travail. En attendant que cela soit intégré individuellement par chacun-e, la chargée genre est au maximum en relecture des documents de communication.

 Personne référente

Vanessa Gautier, chargée de mission Dignité au travail - secteur agricole, Genre
v.gautier peuples-solidaires.org ; 01 48 58 21 85

Documents joints

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires