Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Mercredi 13 décembre 2017

Intranet

Accueil > Nos projets & actions en cours > Egalité & genre > Expériences & pratiques du genre (...) > Séminaire du 6 décembre 2010, capitalisati > Fiches d’expériences et de pratiques > Formation Genre et développement du F3E pour les ONG et (...)

Enregistrer au format PDF

Formation Genre et développement du F3E pour les ONG et leurs collectifs

Mercredi 1er décembre 2010

Le document complet est téléchargeable à la fin de l’article ci-dessous


F3E : Fonds pour la promotion des Etudes préalables, des Etudes transversales et des Evaluations

 Intitulé du cas pratique

Programme de Formation Genre et développement du F3E à destination des ONG et leurs collectifs

Champ(s) concerné(s)

Intégrer le genre dans les orientations stratégique et le fonctionnement de l’organisation

 1. Résumé du cas pratique

Le F3E est un collectif associatif qui regroupe des structures non gouvernementales françaises engagées dans des actions de coopération internationale au service du développement : ONG, collectivités territoriales et centres hospitaliers. Il est financé par des fonds publics et par l’apport de ses membres. Le F3E a pour mission d’accompagner tous les acteurs non gouvernementaux dans l’amélioration de la qualité de leurs pratiques de coopération internationale. Pour cela, il met en œuvre trois types d’activités complémentaires :

Membre de la commission genre de Coordination SUD, le F3E a mis en œuvre sur la période 2009/2010 un programme de Formation Genre et développement à destination des ONG et de leurs collectifs nationaux et régionaux. Les formations visaient d’une part à sensibiliser largement les ONG françaises à l’approche genre et d’autre part à doter les participant-e-s d’outils opérationnels utiles pour intégrer le genre dans leurs actions de développement ou d’éducation au développement, au sein de leur ONG ainsi que dans l’animation de réseau.

Le F3E a fait appel à des structures ressources en Genre et développement pour animer les sessions de formation ainsi que pour élaborer des supports pédagogiques et assurer le suivi post-formation.

Pour les modules organisés hors de Paris, plusieurs réseaux locaux de coopération internationale ont été associés au projet (RESACOOP, RADSI, CASI Bretagne, MIR, CEFODE, Lianes Coopération).

Les modules de formation mis en œuvre ont été les suivants :

- Journées de sensibilisation « Comprendre les enjeux de l’égalité des hommes et des femmes » (1j / Paris, 1j / Lyon, 1j / Talence, 1j / Rennes, 1j / Lorient, 1j / Strasbourg)
- Formation « L’approche genre dans les actions d’éducation au développement et/ou plaidoyer » (3j / Paris)
- Formation « Prendre en compte les relations femme/homme dans un projet de développement » (4j / Paris)
- Formation « Promouvoir l’égalité des femmes et des hommes » (2j / Lyon, 2j / Paris et 4j / Rennes)
- Formation « L’approche Genre et développement à destination des ONG impliquées dans le FSP » (1j / Paris)
- Formation « Intégrer le genre à Handicap International » (2j / Lyon)

Au total, 248 personnes, dont 58 hommes (23 %) et 190 femmes (77%), ont participé à au moins un module de formation et 124 organisations de solidarité internationale ont été formées, dont :
- 88 ONG
- 15 réseaux de Solidarité Internationale
- 7 Collectivités territoriales
- 14 autres organisations (universités, fondations, etc.)

 2. Analyse

Les points forts, les acquis, les résultats positifs

Plusieurs points forts sont à souligner liés à la logique de processus qui a prévalue durant toute la phase de définition et de mise en œuvre de ce programme.

Le programme de Formation Genre et développement porté par le F3E s’est inscrit dans un processus de concertation qui mobilise depuis plusieurs années des ONG militantes pour les droits humains membres de la commission genre de Coordination SUD, des réseaux d’ONG mais aussi les pouvoirs publics français. Le programme de formation a été le fruit d’une volonté partagée entre ces parties prenantes de faire progresser les représentations et pratiques françaises en genre et développement.

L’offre de formation a été innovante pour le secteur de la solidarité internationale, car pour la première fois à l’échelle nationale, étaient proposés des modules soit généralistes (sensibilisation, GCP) soit avec une entrée spécifique (l’approche genre liée à l’EAD par exemple ou pour un public réseau, etc.) et cela, durant toute une année. Cette offre de formation visait à mieux faire connaître la notion de genre, sa genèse mais aussi à doter les participant-e-s d’outils opérationnels accessibles, quelque soit leur degré de connaissance.

Enfin, le programme de formation a été expérimental. Il l’a été doublement pour le F3E pour qui la mise en œuvre de formations sur le thème du genre était une première, mais aussi parce que le format proposé permettait de combiner Sensibilisation/Formation/Accompagnement pour une approche intégrée des enseignements. De plus, ce programme a permis l’émergence d’un pôle d’expert-e-s en genre et développement français, susceptibles à l’avenir d’être mobilisé pour de nouvelles formations-actions.

Trois principaux résultats du programme de Formation genre et développement peuvent être particulièrement mis en avant.

Tout d’abord, il est à noter une bonne participation des hommes aux formations genre (23% de participation des hommes). Cette participation a évidemment varié d’un module à l’autre. Elle a été fortement constatée sur les différentes sessions organisées à Lyon (formation interne de Handicap International (6H/5F), journée de sensibilisation (19H/35F), module « Promouvoir l’égalité des femmes et des hommes » (4H/9F)). Aussi, la session de sensibilisation à Strasbourg était intéressante sur ce point (6H/15F), ainsi que le module de Paris « Promouvoir l’égalité des femmes et des hommes » (5H/11F). Les journées de sensibilisation ont globalement été des temps forts du programme pour mieux déconstruire les stéréotypes de genre à travers l’animation de mises en débat.

Le taux de satisfaction des participant-e-s est aussi à souligner sur l’ensemble des modules : 75% des participant-e-s ont jugé les formations utiles voire très utiles. Les équipes pédagogiques en lien avec le F3E ont élaboré des modules adaptés aux besoins des participant-e-s : équilibre entre théorie et mise en pratique, documentation pédagogique complète, complémentarité des profils au sein des équipes pédagogiques, animation interactive, etc.

La production de supports pédagogiques utiles aux ONG et à leurs réseaux constitue un autre résultat à valoriser dans ce programme. Un guide pédagogique « Intégrer l’approche genre dans son action d’EAD-SI » ainsi que des « Fiches pédagogiques Genre et développement » ont été édités et sont accessibles auprès du F3E.

Les faiblesses, difficultés, résistances rencontrées

Une des principales difficultés rencontrées dans la mise en œuvre du programme de Formation Genre et développement a été la communication/mobilisation des ONG et leurs réseaux. Malgré l’élaboration de supports de communication attractifs (plaquettes, logo, etc.) diffusés largement auprès des ONG, la mobilisation spontanée des ONG pour s’inscrire aux formations n’a pas existé. Il a donc été nécessaire de communiquer de façon ciblée avec des moyens d’échanges directs tels que : relances téléphoniques, réunions avec les réseaux locaux, courrier nominatif, etc. Les modes de communication classiques (diffusion par mail, bulletin information) bien qu’utiles, ne se sont pas avérés suffisants pour des formations sur l’approche genre. Les ONG sont effectivement dans l’attente d’arguments qui puissent les concerner directement (sur leur organisation ou leur action).

Pour mieux mobiliser les ONG, il est nécessaire de disposer d’un temps de préparation des formations suffisant pour co-construire les modules en lien avec les attentes/besoins et calendriers des ONG et leurs réseaux. La période d’identification des besoins des publics cibles du programme a été trop courte dans le cas des Formations Genre et développement du F3E. Des stratégies ont pu être trouvées « chemin faisant » pour palier à ce problème, notamment grâce au fort engagement des équipes pédagogiques déterminées à contribuer activement au succès de ces formations. L’approche genre suppose dans tous les cas d’éviter, plus que pour d’autres thèmes de formation, les modules « clef en main » qui ne prennent pas suffisamment en compte les contraintes des ONG et la connaissance qu’ont les réseaux et collectifs de leurs membres.

Enfin, le coût des formations a pu être un frein pour un grand nombre d’organisations, notamment pour celles résidant en province sur les modules qui n’étaient proposés qu’à Paris ainsi que pour les bénévoles. Suite aux retours des participant-e-s lors des journées de sensibilisation mais aussi à l’annulation des formations « genre et eau » et « genre et éducation » (premières programmées dans l’année), les tarifs ont été réduits de 50%, passant de 80 euros en moyenne à 40 euros/jour/pers. Ce tarif incitatif a favorisé par la suite une participation minimale aux modules. Il est à noter aussi que la participation a été la plus forte lors des journées de sensibilisation gratuites. Pour amorcer une dynamique autour du genre et donner des éléments de connaissance sur les enjeux, le concept et son histoire, des sessions de sensibilisation accessibles à toutes et tous de ce type paraissent pertinentes. Toutefois, leur prise en charge financière suppose des modes de financement spécifiques.

Les enseignements, recommandations

Recommandations stratégiques :

- Continuer l’offre de formation Genre et développement en France d’une manière appuyée (par le MAEE ou l’AFD) pour faire avancer l’approche genre dans tous les domaines de la coopération.
- Continuer l’idée d’une offre repartie géographiquement au-delà des pôles Paris et Lyon et travailler avec les réseaux régionaux pour démultiplier l’offre et créer des pôles (ou des relais) de compétences Genre et développement.
- Prévoir des modules spécifiques ciblant les dirigeant-es des associations (membres des conseils d’administration, cadres et direction).
- Commencer une approche vers les collectivités locales impliquées dans la coopération décentralisée.
- Stimuler un réseautage des OSI et ONG sur le genre, par exemple par la capitalisation des expériences et la mutualisation de ces capitalisations (ateliers courts mais réguliers d’échange de pratiques).
- Financer l’accompagnement des OSI et ONG qui souhaitent avancer davantage (audit genre, approche GED systématisée, etc.)
- Lancer un processus de capitalisation des expériences et pratiques des acteurs-trices.

Recommandations opérationnelles :

- Anticiper la communication : les stratégies de mobilisation, l’élaboration des supports, etc.
- Renforcer la qualité des partenariats avec les réseaux régionaux et collectifs nationaux : se positionner en co-construction sur des intérêts et sujets communs. Eviter de proposer des activités « clef en main » qui ne prennent pas suffisamment en compte la connaissance qu’ont les réseaux et collectifs de leurs membres ;
- Proposer des tarifs incitatifs voire organiser des sessions de sensibilisation gratuites pour des formations à forte valeur ajoutée qu’il faut promouvoir auprès des ONG ;
- Concevoir et monter des programmes de formation dans des délais adaptés permettant une identification précise des attentes des acteurs ainsi qu’une définition affinée des besoins en ressources humaines utiles à la bonne mise en œuvre du programme ;
- Affiner les options pédagogiques et modalités pratiques de formations interne ou à la demande : répondre de façon spécifique à des demandes de formation pour une ou plusieurs organisations autour de besoins partagés sur l’approche genre peut contribuer de façon significative au renforcement de des organisations.

 Les acteurs impliqués, les partenariats, les ouvertures…

Les activités sur l’approche genre en cours et envisagées au F3E sont :

- Accompagnement et cofinancements de deux études préalables sur l’approche genre (Quartiers du Monde : « Femmes du monde : un réseau de protagonistes solidaires » ; ASTER-International : « Diagnostic territorial participatif au Sud-Kivu, en vue de réaliser une Maison des femmes ») ;
- Organiser un ou des ateliers d’échanges d’expériences et de pratiques à partir des enseignements des deux études préalables fin 2011, début 2012 avec les ONG ;
- Accompagnement et cofinancement d’une formation à la demande de Pays de Savoie Solidaires, membre du F3E sur « Promouvoir l’égalité des femmes et des hommes » (Chambéry, février/mars 2011) ;
- Diffuser et valoriser les publications 2010 issues des formations auprès des ONG et les collectifs nationaux et régionaux .

 Les outils, supports, productions disponibles

Publications 2010 F3E en Genre et développement issues des formations

- NICOLAS.Y (ADEQUATIONS), SEMBLAT.ML (ASTER-International), GHEFRANE.M (ASTER- International), RAMEDE.A (CIEDEL), HEEREN.N (CIEDEL) : « Fiches pédagogiques : Genre et développement »
- SAUSSEY.M (AFED), MBA TSOGO.MC (ASPHODEV), DE SUREMAIN.MD (ENDA EUROPE) : « Intégrer l’approche genre dans une action d’éducation au développement et à la citoyenneté »
- RYCKMANS.H (Le Monde selon les Femmes), DE LA PENA VALDIVIA.M (Le Monde selon les Femmes) : « Note de synthèse de la formation : genre et gestion du cycle de projet »

Lien internet vers la documentation si mise en ligne d’information sur le projet : http://f3e.asso.fr/spip.php?rubrique392

 Nom, mail et téléphone de la personne référente

Audrey NOURY
01 44 83 03 55
a.noury f3e.asso.fr

Documents joints

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires