Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Vendredi 15 novembre 2019

Intranet

Accueil > Campagnes & plaidoyers > Mobilisations pour le climat

Enregistrer au format PDF

Mobilisations pour le climat

Mardi 24 septembre 2019

Tandis que des scientifiques alertent sur l’accélération du réchauffement climatique et que des millions de personnes dans le monde ont manifesté, en France la Convention citoyenne sur le climat poursuit ses travaux. La COP 25 a été "relocalisée" à Madrid, du 2 au 13 décembre.


 La Convention Citoyenne pour le Climat,

La Convention Citoyenne pour le Climat est une initiative de "démocratie participative" voulue par le gouvernement, qui donne la parole durant quatre mois à 150 citoyens et citoyennes sélectionnés par tirage au sort pour représenter toutes les couches de la population (âge, sexe, milieux sociaux...). Son mandat est de définir une série de mesures et de projets de lois, dans l’objectif d’accélérer la transition écologique et d’atteindre une baisse d’au moins 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 (par rapport à 1990) "dans un esprit de justice sociale".

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) est chargé de l’organisation de la Convention Citoyenne pour le Climat. Les travaux sont pilotés par un "comité de gouvernance" de 15 membres (9 hommes et 6 femmes, scientifiques, experts de la démocratie participative, acteurs du champ économique et social, personnalités désignées par le ministre de la Transition écologique et solidaire).Composition

"La Convention s’installera les 4, 5 et 6 octobre 2019 et se réunira à six reprises au Le Conseil économique, social et environnemental. Elle remettra ses conclusions fin janvier 2020. Le Gouvernement répondra publiquement aux propositions et publiera un calendrier prévisionnel de mise en œuvre de ces propositions, à la suite de quoi les citoyens pourront formuler une réaction commune et publique aux réponses du Gouvernement".

Les séances sont retransmises sur le site web (ci-dessous). Une consultation plus large sera également possible ultérieurement via le site.

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) du 17 août 2015 fixe l’objectif d’une réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre de la France d’ici 2030 par rapport à 1990 et confirme l’engagement précédent de diviser par quatre les émissions entre 1990 et 2050. La loi crée une Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) et des programmations pluriannuelles de l’énergie (PPE) qui détaillent les actions à mettre en oeuvre. Un Haut Conseil pour le climat a été institué en mai 2019, chargé "d’émettre des avis et recommandations sur la mise en oeuvre des politiques et mesures publiques pour réduire les émissions de GES de la France".

Pour certaines organisations de la société civile, l’objectif de moins 40% d’émission de GES est d’emblée trop limité, car pour limiter la hausse des températures à 1,5°, on sait qu’il faut dans l’Union européenne une baisse de 65% des émissions d’ici 2030 et la neutralité carbone au plus tard en 2040. Parallèlement à la Convention citoyenne, des instruments stratégiques pour le climat sont en discussion, comme le projet de Loi de finances pour 2020. Enfin, le comité de pilotage de la Convention, même indépendant du gouvernement, semble avoir un rôle d’encadrement assez directif. (Cf. points de vue ci-dessous).

- Site web de la Convention citoyenne pour le climat
- Pour se mettre à niveau sur les enjeux : Document d’information "Socle d’information initial à destination des membres de la convention". Télécharger (pdf 50 p.)
- Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte
- Stratégie nationale bas carbone
- Stratégie nationale d’adaptation au changement climatique
- Haut Conseil pour le climat
- Recommandations du rapport 2019 du Haut Conseil pour le climat. Télécharger (pdf 16 p.)
- Union européenne : "Vision stratégique à long terme afin de parvenir à une économie prospère, moderne, compétitive et neutre pour le climat d’ici à 2050 – Une planète propre pour tous", adopté en novembre 2018.

- Divers points de vue sur la Convention citoyenne, analysés par Reporterre
- Projet de loi de finance 2019 selon le Réseau Action Climat
- Sur le bilan des entreprises du CAC40 dans Bastamag ; télécharger le rapport de l’Observatoire des multinationales (pdf 100 p.)

Les objectifs de l’Union européenne. En 2009, l’UE, qui émet moins de 10 % des GES mondiaux, s’était fixé un objectif dit "3 x 20" : 20% d’énergie renouvelable dans la consommation brute d’énergie finale ; - 20% d’émissions de CO2 par rapport au niveau de 1990 ; + 20% d’efficacité énergétique en 2020. Ce "paquet climat énergie" a été plusieurs fois revu à la hausse, avec actuellement : 32% d’énergie renouvelable, - 40% d’émissions de GES par rapport à 1990 et minimum 32,5% d’efficacité énergétique en plus. L’objectif global est la neutralité climat d’ici 2050 et une nouvelle stratégie devrait être présentée début 2020. Un enjeu est l’arrêt des prêts pour les énergies fossiles notamment de la Banque européenne d’investissement (BEI). L’UE dispose également d’une "Stratégie européenne relative à l’adaptation au changement climatique", adoptée en 2013 et dont une évaluation a été publiée fin 2018.

 Urgence climatique : alertes de scientifique, sommet climat à l’ONU

L’Accord de Paris, adopté à la COP21 en 2015, vise à limiter d’ici à 2100 le réchauffement climatique à +2°C maximum et à "poursuivre les efforts pour limiter la hausse des températures à 1,5°C". Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), publié en octobre 2018, indiquait que la stabilisation du réchauffement climatique à 1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle resterait théoriquement possible, à condition de "modifier rapidement, radicalement et de manière inédite tous les aspects de la société ". En 2019, le GIEC a alerté sur le seuil d’irréversibilité, estimé entre 2030 et 2040.

Parvenir à l’objectif de 1,5°C nécessite de mettre en oeuvre une ambition de "zéro émission de gaz à effet de serre" d’ici 2050. Or les émissions de GES sont de nouveau à la hausse, particulièrement depuis 2018 (+ 2,7% au niveau mondial), y compris pour la France qui ne tient pas ses objectifs.

La mutation de l’organisation des sociétés en dix à vingt ans impliquerait l’arrêt de la production d’électricité à base de charbon, une baisse de la consommation d’énergie globale, un changement des modes d’agriculture et d’alimentation, la restauration des sols, la reforestation, etc. et probablement différents moyens de captage et séquestration du carbone. D’ici 2050 les émissions de gaz à effet de serre devraient opérer une baisse de trois quart.

Selon un groupe de scientifiques français (CNRS, CEA, Météo France), qui ont présenté le 17 septembre 2019 plusieurs scenarios qui alimenteront le sixième rapport d’évaluation du GIEC pour 2021-2022, le réchauffement climatique serait plus rapide et grave qu’initialement prévu et pourrait atteindre 6,5 à 7°C en 2100. Au niveau international, "les principaux organismes climatologiques mondiaux ont uni leurs forces afin d’établir un rapport historique à destination du Sommet Climat, publié le 22 septembre. Ils y mettent en relief l’écart flagrant – et croissant – entre les objectifs convenus pour lutter contre le réchauffement de la planète et la réalité".

Le 25 septembre, le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) a présenté son "Rapport spécial sur le changement climatique, les océans et la cryosphère" (les parties gelées), alertant sur l’accélération du réchauffement, de la montée des eaux (de plus en plus alimentée par la fonte des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique), la dilation des océans et leur acidification. La montée des eaux serait de 40 cm à 1 mètre d’ici 2200, selon les scénarios et les actions entreprises. 28% de la population mondiale vit en zone côtière, dont 11 % à moins de 10 mètres au-dessus du niveau de la mer ; près de 680 millions de personnes pourraient être contraintes à migrer, d’autant que les ressources en poissons et crustacés diminuent et que la disparition des coraux impacte l’ensemble de la chaine alimentaire. Par ailleurs, les experts considèrent que la fonte en cours du permafrost est une "bombe climatique à retardement" du fait du pouvoir réchauffant du méthane qui se libèrera.

Dans ce contexte, le Sommet "pour l’urgence climatique" a rassemblé environ 60 chefs d’Etat et de gouvernement le 23 septembre dans le cadre de l’Assemblée générale annuelle des Nations unies à New York. L’objectif était de relancer une dynamique de mise en oeuvre de l’Accord de Paris sur le climat, avant la COP25 qui devait se tenir à Santiago du Chili du 2 au 13 décembre 2019, puis a été "relocalisée" à Madrid en Espagne. Et surtout la COP26 à Glasgow en Ecosse fin 2020, étape décisive où de nouveaux engagements des pays doivent être déposés à la hausse. Une soixantaine d’États ont annoncé leur intention d’être neutres en carbone d’ici 2050 ("Alliance pour l’ambition climatique"), dont la France, allant plus loin que l’Accord de Paris, qui n’était pas parvenu à un engagement en la matière. Mais ce surtout des pays du Sud, qui émettent peu de gaz à effet de serre... Les États-Unis, le Brésil, l’Australie, l’Arabie Saoudite ont brillé par leur absence. Une centaine de villes, des régions, 93 entreprises ont également pris l’engagement de neutralité carbone.

Lors du G7, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni avait annoncé leur décision de doubler leur contribution au Fonds Vert pour le climat (mécanisme financier de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, qui finance des projets pour les pays les plus touchés par les déséquilibres climatiques), rejoints par le Danemark et la Suède. 30 pays s’engagent à arrêter la construction de centrales au charbon à partir de 2020 (Alliance de l’énergie sans charbon). L’Alliance de propriétaires d’actifs, regroupant des fonds de pension et assureurs avec un portefeuille de 2000 milliards de dollars, s’est engagé à passer à des portefeuilles d’investissement neutres en carbone d’ici 2050. La Russie a confirmé sa promesse annoncée au G7 de ratifier l’Accord de Paris.

L’ONU a également organisé un sommet de la jeunesse pour le climat, auquel ont participé un millier de jeunes.

16 jeunes de douze pays (Argentine, Brésil, France, Allemagne, Inde, Îles Marshall, Nigeria, Palaos, Afrique du Sud, Suède, Tunisie et États-Unis) ont déposé une plainte devant le comité des Droits de l’enfant de l’ONU contre cinq Etats pollueurs (France, Allemagne, Argentine, Brésil, Turquie), pour atteinte à la convention internationale sur les droits de l’enfant au motif d’inaction climatique. Cette plainte a été déposée en vertu du 3ème Protocole facultatif se rapportant à la CIDE, mécanisme qui permet à des enfants ou à des adultes les représentant, de faire appel directement aux Nations unies si un pays qui a ratifié le Protocole ne fournit pas un recours en cas de violation des droits.

Rappelons que des associations, Notre Affaire à Tous, la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France et Oxfam France avaient lancé une campagne "L’affaire du siècle" pour attaquer l’Etat français en justice "pour qu’il respecte ses engagements climatiques et protège nos vies, nos territoires et nos droits".

Des organisations de la société civile alertent également sur les fausses solutions que sont le stockage carbone, la plantation de monocultures d’arbres et sur le fait que l’extractivisme des métaux et l’exploitation du gaz de schiste continuent, causant partout dans le monde atteintes aux droits humains et à l’environnement (cf. ci-dessous). Aucune réflexion sérieuse et coordonnée n’est engagée sur la contradiction entre les objectifs de diminution des émissions de gaz à effet de serre et le modèle fondé sur le développement du commerce international et des transports de longue distance, le productivisme agricole et alimentaire, l’incitation à consommer et gaspiller toujours plus et sur les impacts sociaux et politiques de la concentration des richesses et des profits (qui correspond également à la concentration des émissions de GES).

- Site du sommet climat du 23 septembre lors de l’Assemblée générale des Nations unies
- Site du GIEC (en anglais)
- Rapport du GIEC sur les océans
- Rapport du GIEC octobre 2018
- Site web de la COP25 de décembre 2019 (en anglais)

 Mobilisations d’organisations de la société civile autour des enjeux climatiques

Adéquations est partenaire de la campagne mondiale pour l’arrêt de la fracturation hydraulique, qui publie un courrier adressé au secrétaire général des Nations unies. La production, le commerce et l’utilisation des hydrocarbures issus de la fracturation hydraulique compromet les efforts pour le climat et génère des atteintes aux droits humains.

Le 21 septembre était aussi la Journée internationale contre la monoculture d’arbres, en solidarité avec les communautés qui luttent contre la progression des monocultures d’arbres (fausse solution pour le climat) et des plantations destinées à la production de cellulose, de bois, d’huile de palme, de caoutchouc et d’énergie. "Ces monocultures envahissent les terres fertiles, génèrent la violence — particulièrement contre les femmes — et privent les communautés de leurs territoires qui constituent leur source d’alimentation, de culture et de vie". Lettre ouverte. Résistances locales et mondiale

Adéquations soutient l’alerte de la campagne internationale HOME contre la géo-ingénierie
"Le Sommet Action Climat 2019 des Nations unies aura lieu la semaine prochaine. L’étiquette des Nations Unies est toutefois un peu trompeuse. Contrairement à d’autres rassemblements, celui-ci n’a pas de gouvernance démocratique, ni de limite à l’influence et à la participation des entreprises. En conséquence, parmi d’autres événements, nous pouvons nous attendre à une poussée majeure de la part des intérêts de la géo-ingénierie au forum. Les fausses solutions comme le captage et le stockage du carbone, les plantations de bioénergie, la fertilisation des océans, sont habillés d’un langage qui imite les mouvements sociaux ("manifeste") et présentés comme de « bonnes nouvelles sur le climat » sur des sites web de fantaisie et des événements médiatisé. Ce genre de rhétorique sera probablement à l’ordre du jour de la conférence dans le domaine de la "tarification du carbone".
- Veille citoyenne sur la géo-ingénierie : http://fr.geoengineeringmonitor.org/. Maintenant disponible en français, l’étude "La grande fraude climatique - Le cas contre la géoingénierie climatique"

L’observatoire climat-énergie fait un état des lieux de la transition énergétique et climatique en France. "Les 9 indicateurs principaux sont dans le rouge pour 2018. La France n’est pas sur la bonne trajectoire pour respecter ses propres objectifs sur le climat et la transition énergétique. Un renforcement de l’action est indispensable dans tous les domaines, en particulier dans les transports et le bâtiment pour baisser les émissions de gaz à effet de serre, et dans les économies d’énergie et le développement des énergies renouvelables pour la transition énergétique".
- Informations

 L’appel des organisations de la société civile pour le climat

De nombreuses organisations écologistes et de défense des droits sociaux ont appelé à se mobiliser massivement pour la 3ème grève mondiale dans le monde entier. Cette mobilisation, dont Adéquations fait partie, s’inscrit dans le cadre d’une semaine internationale pour le climat du 20 au 27 septembre 2019 et pour faire entendre la voix des citoyen-nes au Sommet sur l’action climatique, qui s’est tenu le 23 septembre à l’ONU.

Texte de l’appel, informations sur les mobilisations ci-dessous.

Il y a un an, le mouvement climat prenait un tournant populaire et inédit. Au moment où le monde connaissait des catastrophes naturelles et une canicule record à l’été 2018, le ministre de la transition écologique français démissionnait devant son incapacité à agir.

Depuis, des centaines de milliers de personnes ont marché mois après mois pour la justice climatique et sociale. Plus de deux millions de citoyen·ne·s ont signé l’Affaire du Siècle, la plus grande pétition de l’histoire de France, attaquant l’État en justice pour son inaction climatique. Des millions de jeunes ont fait grève ce printemps à travers le monde pour le climat, pour rappeler notre droit à un avenir décent sur une planète vivable.

Dans le même temps, les actions de désobéissance civile se sont massifiées et multipliées, rappelant la responsabilité des grandes entreprises polluantes et de nos dirigeants.

Mais nous faisons ce triste constat : malgré notre nombre, malgré une prise de conscience inédite et massive, les émissions de gaz à effet de serre stagnent voire augmentent dans le monde tandis que nous assistons à une extinction de masse de la biodiversité.

En Europe, les chefs d’État viennent de refuser d’adopter l’objectif de neutralité carbone en 2050. En France, le Haut Conseil pour le climat mis en place par notre gouvernement lui-même dénonce l’insuffisance et l’inertie des politiques mises en place, alors que rester sous la barre des +1,5°C signifie rien de moins que diminuer par trois nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030.

Pourtant le climat change lui, et vite. Les pénuries d’eau et émeutes en Inde ou les vagues de chaleur de l’été montrent que des millions de personnes à travers le monde en paient déjà le prix le plus fort.

Le 23 septembre, les chefs d’État sont convoqués par l’ONU à un sommet exceptionnel pour, peut-être, prendre de nouveaux engagements climatiques. Mais alors que les actes concrets sont sans cesse reportés, le temps des négociations et des discours est révolu.

Sans attendre, les 20 et 21 septembre, nous appelons donc à un nouveau temps de mobilisation générale pour mettre en cause ce système qui détruit la planète et l’humain, en commençant par les plus vulnérables dans les pays du sud et les personnes les plus précaires partout dans le monde. Avec les gilets jaunes mobilisés depuis des mois en France, nous réaffirmons que les mesures prises doivent être justes. Nous rappellerons l’urgence à sortir des énergies fossiles, et le décalage insupportable entre les discours de notre gouvernement et les actes nécessaires.

Le vendredi 20 septembre, à l’appel de Greta Thunberg et des jeunes du monde entier, nous ferons grève quel que soit notre âge pour mettre en pause l’espace d’une journée ce système économique.

Et nous continuerons le samedi 21 septembre, journée pendant laquelle nous appelons à un nouveau sursaut pour le climat et la justice sociale, pour battre le pavé mais aussi pour mener des actions d’envergure. Plus que jamais nous devons faire grandir la prise de conscience et montrer notre force face à ces défis qui nous concernent toutes et tous.

Notre mouvement doit monter encore d’un cran pour devenir une force et une vague inarrêtables : rendez-vous pour la rentrée climatique et sociale les 20 et 21 septembre !

Signataires

350.org ; ActionAid France ; Adéquations ; Agir pour l’environnement ; Alternatiba /ANV-COP21 ; Amis de la Terre France ; Association l’Âge de faire ; ATD Quart Monde ; Attac France ; Bizi ; Boycott Citoyen ; Collectif des Associations Citoyennes ; Cap ou pas cap ; Carre Geo&Environnement ; CCFD-Terre Solidaire ; Chrétiens Unis pour la Terre ; Citoyens Pour le Climat ; CliMates ; Colibris ; Collectif Gilets Jaunes Argenteuil ; Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT) ; Confédération paysanne ; Coordination EAU Île-de-France ; CRID ; CSP75/CISPM ; Earth Strike France ; E-Graine ; Enseignant.e.s. pour la planète ; Étudiants et Développement ; FAIR[e] un monde équitable ; Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) ; FIDL, le syndicat lycéen ; Fondation Danielle Mitterrand ; Fondation ELYX ; Fondation pour la Nature et pour l’Homme ; France Nature Environnement ; Fondation de l’écologie politique ; Gilet jaunes Rungis IDF ; Gilets Jaunes Argenteuil ; Gilets Verts ; Grands-parents pour le climat France ; Greenpeace France ; Il est encore temps ; Immigration Développement Démocratie ; Ingénieurs sans frontières ; La Mine ; Le Début des Haricots ; Ligue des droits de l’Homme ; Le Mouvement ; L214 ; Mouvement de la Paix ; Mouvement Utopia ; MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’Amitié entre les Peuples) ; Mouvement National Lycéen 75 ; Mouvement pour une alternative non-violente ; Notre Affaire À Tous ; Nous voulons des coquelicots ; ODASS ; On est prêt ; One Voice ; Oxfam ; Parents For Future France ; Parvis ; RADSI Nouvelle-Aquitaine ; REFEDD ; Réseau Action Climat ; Réseau Foi et Justice Afrique Europe ; ResiWay ; Réseau Sortir du Nucléaire ; Secours Catholique Caritas France ; Sciences Citoyennes ; Sherpa ; SOL ; Un Climat de Changement ; Union des Tunisiens pour l’Action Citoyenne (Utac) ; Union syndicale Solidaires ; Unis Pour Le Climat ; Urbamonde ; Vegan Impact ; Workers For Future France ; Webassoc ; WWF France ; YFC France ; Yes We Green ; ZEA.

 Archives Informations pratiques manifestations 20 et 21 septembre

A Paris le rendez-vous pour la manifestation du 21 septembre est 13h, Place Edmond Rostand (à côté du Jardin du Luxembourg). Informations indicatives (à vérifier sur les sites web ci-dessous).
13h00 : Rassemblement Place Edmond Rostand (entrée jardin Luxembourg)
13h30 : Prises de paroles
14h00 : Départ de la marche (elle se dirige vers Place d’Italie et va vers le Parc de Bercy)
(14h00 bis : rdv place du panthéon pour une Parade à vélo · Roulade pour la justice sociale et climatique)
16:30 (environ) : Arrivée de la marche et prises de paroles, Parc de Bercy.

Féministes pour la justice climatique  : un groupe féministe sera présent dans la manifestation du samedi 21 septembre. Banderoles et code couleur : violet. RDV à partir de 11h sur place pour se préparer.
Le 21 septembre est aussi la Journée internationale pour la Paix, avec pour slogan de l’ONU en 2019 « Action climatique, action pour la paix ».
Initiatives et convergence de la société civile pour la paix et le climat : https://www.21septembre.org/ ; https://www.21septembre.org/.

- Toutes les activités des 20 et 21 septembre prévues dans le monde : https://fr.globalclimatestrike.net/ et Citoyens pour le climat
- Facebook de l’appel : https://www.facebook.com/events/253.... Vidéo de mobilisation.
- Divers facebook sur la manifestation à Paris : https://www.facebook.com/events/374... ; https://www.facebook.com/events/820... ; https://www.facebook.com/events/124...
- Les initiatives de convergence Paix et climat
- Les Gilets jaunes ont prévu une manifestation le 21 septembre. Des appels ont été émis pour une convergence avec la manifestation climat. Appel de Gilets jaunes et climat Ensemble
- Grèves mondiales pour le climat du 20 septembre
- Grève pour le climat, le vivant et la justice sociale, le 20 septembre à Paris : 13h à Nation et rassemblement au Parc de Bercy avec village associatif et assemblées citoyennes, 14h-19h, puis soirée festive
- Grèves des jeunes, lycéen-nes et étudiant-es le 20 septembre. Carte des initiatives ; https://youthforclimate.fr/
- Appel à la mobilisation de la jeunesse et des acteurs de l’éducation par le Collectif Les enseignant.e.s pour la planète.

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires