Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Lundi 25 mars 2019

Intranet

Accueil > Forum social mondial > FSM : événements, principes, déclarations > Altermondialisme : le Forum social

Enregistrer au format PDF

Altermondialisme : le Forum social

Mardi 26 mars 2013

Le Forum social mondial a eu lieu du 26 au 30 mars 2013 à Tunis, en Tunisie. Site officiel de l’événement : www.fsm2013.org/fr
Des rencontres régionales ou thématiques avaient précédé le FSM, notamment un Forum Social Urbain à Naples, en Italie, du 3 au 7 septembre 2012 et un Forum social thématique "La Méditerranée débarrassée des armes nucléaires" le 9 mars à Marseille, organisé par ICAN France (Campagne Internationale pour l’Abolition des armes nucléaires).
D’autres forums thématiques ont eu lieu à Tunis même, comme le Forum Mondial Sciences et Démocratie (FMSD) du 23 au 25 mars 2013 (voir le programme ici). Le 3ème Forum Mondial des Médias Libres (FMML) quant à lui, du 24 au 30 mars, a accompagné le Forum social mondial dont il a couvert les activités, tout en développant ses problématiques propres.
Enfin, la modalité "Forum étendu" permettait d’organiser des activités concrètes ailleurs qu’à Tunis et / ou de suivre ou participer au FSM via Internet.



 Introduction aux Forums sociaux mondiaux

Genèse du FSM

Héritière du tiers-mondisme, de mouvements chrétiens, notamment latino-américains, des rassemblements de la société civile lors de conférences internationales (ainsi le Forum des ONG lors de la Conférence de Rio sur l’environnement et le développement en 1992), la mouvance dite « anti » puis « alter-mondialiste » rassemble des ONG, mouvements sociaux, syndicats… Son slogan, « un autre monde est possible » ou « d’autres mondes sont possibles » répond au « TINA » (there is no alternative) du capitalisme. Le mouvement s’étend maintenant dans les différents continents et les forums sociaux nationaux ou continentaux se multiplient.

Le Forum social mondial est l’un des moyens d’expression de la mouvance altermondialiste. Après la mobilisation de la société civile contre l’OMC en 1999 à Seattle, exprimant le refus de l’ordre économique néo-libéral porté par les institutions financières internationales, le FSM est une initiative d’associations, de mouvements et syndicats brésiliens. Il est né à Porto Alegre en 2001, où le premier FSM rassemble 20 000 participant-es, en contre-point au forum économique de Davos.

Mode d’organisation

La charte du Forum social en fait un espace réservé à la société civile (associations, mouvements sociaux, syndicats, organisations de femmes, de paysans, universitaires, medias alternatifs...), sans gouvernements ni partis politiques, basé sur des valeurs de diversité, de créativité, de non-hiérarchie.

Article 1 de la charte : « Le Forum Social mondial est un espace de rencontre ouvert visant à approfondir la réflexion, le débat d’idées démocratique, la formulation de propositions, l’échange en toute liberté d’expériences, et l’articulation en vue d’actions efficaces ».

Réunissant plus de cent organisations, un Conseil international définit les orientations générales. Il n’y a ni porte-parole, ni déclaration finale. Les milliers de séminaires et d’activités des forums sociaux sont proposés et auto-gérés par les participant-es.

Le conseil international du FSM comporte environ 150 organisations. Il n’est pas habilité à parler au nom du FSM ni à prendre des décisions politiques. Il a été traversé il y a quelques années par un débat entre ceux qui veulent garder la vocation de forum de rencontre, débat, élaboration d’alliances, et d’autres qui estiment urgent que le FSM devienne un acteur politique, avec un programme.

Un comité d’organisation est chargé de la logistique du Forum, du respect des principes, de la méthodologie, de la consultation et de la mobilisation de l’ensemble des acteurs. Il comporte différentes commissions : communication, mobilisation, finances, méthodologie, sécurité, santé, diasporas, genre (égalité femmes-hommes), jeunesse, culture.

Forums régionaux, forums thématiques, forums sociaux d’acteurs...

Le FSM essaime en forums sociaux continentaux (Forum social européen, Forum social de l’Arc Atlantique en Afrique, Forum social des Amériques...), nationaux, régionaux (Forum social européen, américain, africain, maghrébin..), locaux, thématiques (Forum Sciences et démocratie, Forum mondial sur théologie et libération), Forum social urbain, forum social de l’éducation, de la souveraineté alimentaire, et forum sociaux d’acteurs (forum des autorités locales pour l’inclusion sociale, forum ou assemblée mondiale des migrants…).

Le mouvement altermondialiste et le forum social, pour se développer, utilisent pleinement les technologies de l’information et de la communication : ainsi le site du "forum social étendu"" permet de recenser toutes les activités qui se déroulent dans le monde en même temps que le Forum social, avec des temps d’interconnexion par voie de vidéo ou audioconférence, tchat, etc.

L’organisation du FSM est soutenue financièrement notamment par des Fondations d’Europe du Nord et par des ONG. Lire l’article d’’analyse du financement du FSM sur Bastamag

 La chronologie des Forums sociaux mondiaux

Le Forum social mondial prend de l’ampleur et s’enracine dans tous les continents : après Porto Alegre en 2001, 2002, 2003, il se tient en Inde à Mumbai en 2004, puis se déconcentre simultanément à Bamako (Mali), Karachi (Pakistan) et Caracas (Vénézuela) en 2006, pour se recentrer à Nairobi en 2007. En janvier 2008, le forum social mondial s’est tenu pendant le Forum économique de Davos (24 à 28 janvier 2008). Il a eu pour particularité de se dérouler sous forme d’événements organisés librement partout dans le monde, avec une journée particulière de mobilisation le 26 janvier. En 2009, le FSM s’est tenu à Belem, au Brésil dans l’Etat de Pará, du 27 janvier au 1er février.
En 2010, pour les dix ans du FSM, c’était de nouveau un forum simultané sur les différents continents et des actions dans le monde durant toute l’année, précédées par une Assemblée des mouvements sociaux (AMS) à Sao Paulo au Brésil du 21 au 23 janvier.
En 2011 le Forum social mondial a eu lieu sur le continent africain, à Dakar au Sénégal, du 6 au 11 février.
Le prochain Forum social mondial aura lieu à Tunis, du 26 au 30 mars 2013, conformément à la décision du Conseil International à Paris et confirmée à Monastir (Tunisie) en juillet 2012.

 Forum social mondial à Tunis, du 26 au 30 mars 2013

Le Secrétariat Tunisien du Forum Social Mondial 2013 est constitué de l’UGTT, du FTDES, de la LTDH, de l’ATFD, de Raid-Attac, de l’Union des Diplômés chômeurs, de l’AFTURD, du CNLT et le barreau de Tunisie. Le Secrétariat Tunisien du FSM 2013 a mis en place des commissions et présenté le planning :
- 15 octobre 2012 : lancement du site du FSM 2013 et du processus d’enregistrement des organisations et d’ouverture des propositions d’activités
- 1er décembre 2012 : clôture de la phase de propositions d’activités et publication des propositions avec les coordonnées des contacts
- 2 au 15 décembre 2012 : phase de regroupement des activités
- 16 janvier à 31 janvier 2013 : enregistrement des demandes d’assemblées de convergence et affectation des espaces
- 1er février à 28 février : élaboration du programme final, traduction dans les langues véhiculaires du FSM,
- 1er mars au 20 mars 2013 : mise en place logistique, impression du
- 26 à 30 mars : déroulement du FSM 2013
- 30 mars 2013 : manifestation de clôture
- 31 mars au 1er avril 2013 : réunion du Conseil International du FSM à Tunis.

- Enregistrement au FSM 2013

Axes thématiques du FSM 2013

1- Pour un approfondissement radical des processus révolutionnaires et de décolonisation au sud et au nord par l’épanouissement de nouvelles expressions sociales contre les dictatures politiques et celles des marchés, et pour le rétablissement des droits des peuples à disposer d’eux mêmes et de leur souveraineté sur leurs ressources et leur destinée.

2- Pour un monde débarrassé de toute hégémonie et de toute domination impérialiste exercée par le biais de la dette et du libre échange comme outil d’appauvrissement, d’appropriation des richesses et de soumissions des peuples, des sociétés transnationales et du capital financier, de l’oppression patriarcale et des inégalités systémiques, et par des politiques sociales néolibérales comme machines de guerre contre les peuples.

3- Pour la construction de nouveaux universalismes - comme réponse à la crise civilisationnelle et à la marchandisation de la vie -, fondée sur la justice environnementale et l’accès universel et durable de l’humanité aux biens communs, la préservation de la planète comme source de vie, en particulier de la terre, de l’eau, des forêts, des sources d’énergie renouvelable et de la biodiversité, le respect des droits des peuples indigènes, natifs, originaux, autochtones, et des diasporas, de leurs cultures, identités, territoires, langages et savoirs.

4- Pour une société humaine fondée sur les principes et les valeurs de dignité, de diversité, de justice, d’égalité entre tous les êtres humains, indépendamment des genres, des cultures, de l’âge, des incapacités, des croyances religieuses et sur le respect des droits individuels et collectifs, civils et politiques, économiques, sociaux, culturels et environnementaux ; et pour l’élimination de toutes les formes d’oppression et de discrimination basées sur le racisme, la xénophobie, les systèmes de castes, l’orientation sexuelle et autres.

5- Pour la liberté de circulation et d’établissement de toutes et de tous, plus particulièrement des migrants et des chercheurs d’asile, des personnes victimes du trafic humain, des réfugiés, des peuples indigènes, originaires, autochtones, traditionnels et natifs, des minorités, des peuples sous occupation, des peuples en situation de guerre et conflits et pour le respect de leurs droits civils, politiques, économiques, sociaux, culturels et environnementaux.

6- Pour la justice cognitive  : Pour le droit inaliénable des peuples au patrimoine culturel de l’humanité, pour la décolonisation de la pensée et la démocratisation des savoirs, des cultures, de la communication et des technologies ; et pour la fin des savoirs hégémoniques et de la privatisation des savoirs et des technologies, et pour un changement fondamental du système des droits de la propriété intellectuelle et de la recherche scientifique.

7- Pour la construction de processus démocratique d’intégration et d’unions entre les peuples pour la réalisation de leur aspirations à la dignité et au mieux-être, et qui soient des réponses aux stratégies de division et d’hégémonie, et pour la généralisation des pratiques et des formes de solidarité qui renforcent la coopération entre les peuples.

8- Pour un monde en paix débarrassé de la guerre comme instrument de domination économique, politique et culturelle, des bases militaires et des armes nucléaires, et respectant les droits des peuples à disposer d’eux-mêmes et de leurs ressources, et protégeant les peuples vivant sur des territoires occupés, sans états ou en situation de conflit.

9- Pour un monde démocratique garantissant, sans discrimination aucune, la participation de toutes et de tous à la vie et aux décisions politiques et économiques à tous les niveaux, local, national et international, dans le cadre d’institutions et de modèle de gouvernance réellement démocratiques, y compris du système des Nations Unies et des institutions financières internationales

10- Pour la construction d’alternatives au capitalisme et à la mondialisation néolibérale régulées sur la base des principes de coopération, de justice fiscale et de redistribution internationale des richesses, centrées sur les besoins fondamentaux des peuples, mettant en avant de nouvelles manières de produire, de consommer et d’échanger, utilisant des énergies non nucléaires renouvelables, et interdisant les paradis fiscaux

11- L’avenir du Forum : pour une réflexion collective sur les mouvements sociaux, le sens des nouvelles luttes ainsi que sur le processus du Forum Social Mondial lui même, les perspectives et stratégies pour l’avenir, afin de garantir la réalisation effective d’un autre monde possible et urgent pour tous et toutes.




Les FSM des années précédentes


 Forum social mondial à Dakar, université Cheikh Anta Diop, du 6 au 11 février 2011

Plus de 50 000 personnes ont participé au Forum social mondial 2011 du 6 au 11 février à Dakar. Les mouvements de femmes africaines et d’ailleurs y ont massivement participé. Parmi les textes adoptés :
- La déclaration du forum des luttes féministes africaines à Kaolack le 4 février
- La charte mondiale des migrants, le 4 février à Gorée
- La déclaration de l’Assemblée des mouvements sociaux, le 10 février
- L’appel contre les accaparements de terres

Suite à une consultation internet pour le programme du Forum social mondial de février 2011 à Dakar, 12 axes ont été définis pour le FSM.

Le Conseil International du Forum Social Mondial, le Forum Social Africain et le Comité d’organisation Sénégalais ont procédé à une consultation publique, jusqu’au 10 septembre 2010, pour finaliser les 12 axes thématiques de l’édition centrale du FSM 2011, articulés autour de cinq axes stratégiques :
- la critique du capitalisme – crise systémique
- le renforcement des luttes
- la construction des alternatives
- la dimension Sud - Sud
- l’accent sur les diasporas

Cette méthodologie a été conçue après le FSM de Mumbai en Inde, 5 ans auparavant. Ses principaux objectifs sont de donner une structure à l’espace physique du FSM, en lien avec la répartition des activités auto-organisées, et de contribuer à améliorer la communication entre les organisations, les réseaux, les mouvements, les groupes et les campagnes qui prennent part au processus du FSM, pour parvenir à leur meilleure convergence et articulation. L’inscription des activités auto-organisées a démarré après la consultation.

Pour renforcer les synergies et l’efficacité des initiatives et des luttes sociales et écologiques, le FSM 2011 a insisté sur "les convergences" avec deux jours finaux consacrés à plus de 40 "assemblées de convergence pour l’action".

- Plus d’informations sur le site du FSM 2011 : http://www.dakar2011.org/
- Articles du réseau IPAM
- Interview de Gus Massiah à l’occasion des dix ans du Forum social mondial (janvier 2010)

Agenda du FSM de Dakar 2011

dimanche 6 février : marche d’ouverture ; voir la vidéo en ligne
lundi 7 février : journée africaine (avec notamment le thème des migrations)
mardi 8 et mercredi 9 février : activités auto-organisées
jeudi 10 février : convergences thématiques ; adoption de la déclaration des mouvements sociaux
vendredi 11 février : convergence globale, nouvelles coalitions et luttes partagées.

Divers événements autour du FSM

- Le Forum des luttes féministes africaines a rassemblé 600 personnes à Kaolack le 4 février ; Lire en ligne le compte-rendu sur le site du CADTM ; la déclaration
- L’assemblée mondiale des migrants s’est rassemblée sur l’Ile de Gorée, les 3 et 4 février, pour finaliser une charte mondiale des migrants, issue d’un processus d’écriture collective depuis 2006 ayant impliqué entre 8000 et 10 000 personnes. La charte a été proclamée le 4 février.
- Adoption d’une déclaration contre les accaparements de terres
- Le forum social sciences et démocratie s’est tenu les 4 et 5 février. Les initiateurs du FMSD proposent deux voies pour développer ce forum pour aider et soutenir les scientifiques et les acteurs sociaux à dialoguer autour d’ "intérêts" communs, de questionnements et de pratiques ; et un processus, qui pourrait mener à la constitution d’un réseau, pour faciliter et mettre en lumière des actions, des dynamiques, des initiatives collectives sur les thèmes "Sciences et démocratie" et "Sciences et société".
- La 4°édition du Forum Mondial sur Théologie et Libération a eu lieu du 5 au 11 Février. Le FMTL comptera un groupe de quatre-vingt théologiens de différents traditions et régions du monde, qui s’efforceront de réfléchir à la relation entre spiritualité et éthique dans le contexte du dialogue entre traditions religieuses et pratiques sociales.
- La 9ème Assemblée mondiale du Forum des autorités locales pour l’inclusion sociale et la démocratie participative a eu lieu le 8 février.

Suivre le FSM 2011 en ligne

- Suivi du FSM sur le site du Forum social
- Suivi du forum social mondial de Dakar sur un portail d’organisations et medias français
- Le FSM suivi par les africains
- Partout dans le monde : le "Forum social étendu"

Mediatiser le FSM en Afrique : l’initiative Flamme d’Afrique

Depuis 2003, l’Institut Panos Afrique de l’Ouest assure la couverture du FSM par le journal événementiel Flamme d’Afrique produit par une équipe de journalistes africains, distribué sur le site du Forum, et internationalement dans sa version électronique via une liste de diffusion. La création de Flamme d’Afrique par l’IPAO est partie du constat d’une très pauvre couverture africaine du FSM en tant qu’évènement.
Suivre le FSM sur Flamme d’Afrique

Pour son édition 2011, en plus du quotidien distribué pendant toute la durée du Forum sur les lieux du FSM mais aussi dans tout le pays, Flamme d’Afrique utilisera toutes les potentialités des nouvelles technologies en créant une plateforme multimédia qui accueillera des émissions radio, des vidéos, des articles et des photos.
l’IPAO organise une formation (en coopération avec d’autres organisations d’appui aux médias comme IPS, AMARC et ENDA) au CESTI (école de journalistes de Dakar située près de l’Université) les 3 et 4 février.

Focus : Forum social de Dakar et mouvements de femmes

Parmi les douze axes thématique du FSM 2011 à Dakar, les questions de genre étaient mentionnées à différents endroits : "Pour une société humaine fondée sur des principes et des valeurs communs de dignité, de diversité, de justice, d’égalité entre tous les êtres humains, indépendamment des genres (...)" (axe 1) ; "Pour un monde débarrassé des principes et des structures du capitalisme, de l’oppression patriarcale, de toute forme de domination des puissances financières" (axe 6). L’axe 12, d’une formulation plutôt alambiquée, reflète les débats sur l’intersectionnalité et l’attitude post-coloniale : "Pour un inter-apprentissage des paradigmes alternatifs à la crise de civilisation hégémonique de la modernité/colonialité eurocentrique, a travers la "dé-colonialité" et la socialisation du pouvoir, en particulier dans les relations Etat / Marché / Société ; les droits collectifs des peuples ; le refus de la marchandisation de la vie et du "développement" ; et l’apparition de subjectivités et d’épistémologies opposées au racisme, l’eurocentrisme, le patriarcat et l’anthropocentrisme".

Habituellement, l’Assemblée des femmes adopte une déclaration à la fin du FSM. Le FSM 2011 a été marqué par un conflit suscité par des représentantes du Maroc, qui se sont opposées à toute mention de solidarité avec les femmes sahraouies dans cette déclaration. C’est pourquoi cette année il n’y a pas de déclaration unitaire, mais une "lettre de solidarité aux luttes des femmes du monde », élaborée par une commission de travail composée par des femmes de différentes organisations à partir des débats réalisés au long du FSM. Cette lettre est signée de certaines organisations Lire en ligne
A consulter également, la déclaration des femmes au précédent FSM, à Belem en 2009

Le Forum des luttes féministes africaines a rassemblé 600 personnes à Kaolack le 4 février ; Lire en ligne le compte-rendu sur le site du CADTM ; la déclaration.

Le réseau Genre en Action a ouvert un forum en ligne où des contributions peuvent être adressées y compris après le FSM.

 Le Forum social mondial de 2009 à Belem au Brésil

En 2009, le Forum social mondial s’était tenu à Belem, au Brésil dans l’Etat de Pará, du 27 janvier au 1er février, à l’Université Fédérale du Para (UFPA) et à l’Université Fédérale Rurale d’Amazonie (UFRA).
Il a rassemblé plus de 130 000 personnes de 140 pays. Près de 6 000 organisations et réseaux y ont organisé 1800 ateliers. 90 % des participant-es étaient des brésilien-nes dont beaucoup de jeunes. Le choix de Belém, ville à l’embouchure du fleuve Amazone au Nord du Brésil témoignait de la volonté d’accentuer la préoccupation des organisations mobilisées sur la préservation de la nature et le respect des peuples amazoniens. Une journée thématique rassemblant les organisations des neufs pays et territoires de la zone amazonienne s’est ainsi tenue le 28 janvier 2009. Pour la première fois s’est tenu également un Forum mondial Sciences et Démocratie.

 Ressources documentaires

- http://www.forumsocialmundial.org
- Des infos sur le site du Centre de Recherche et d’Information sur le Développement
- "Se préparer au Forum social mondial"
- Le site du "Centre Tricontinental"
- Blog du CRID FSM 2009
- lire en ligne l’appel du FSM 2008

Bibliographie

- Une stratégie altermondialiste, Gustave Massiah, Editions La Découverte, Collection Cahiers libres, janvier 2011
- Clés de lecture de l’altermondialisme, François Polet ; Couleur Livres / CETRI, 2008
- La Planète altermondialiste, Guide critique de la pensée des auteurs altermondialistes, Chiara Bonfiglioli, La Discorde, Textuel
- L’Altermondialisme en France Agrikoliansky Eric Fillieule Olivier, Mayer Nonna, Flammarion 2005
- Antiproductivisme, altermondialisme, décroissance, Dir. Hervé Guibert et Serge Latouche ; Parangon, 2006
- Dictionnaire de l’altermondialisme, Eric Fougier ; Ellipses, 2006
- Radiographie du mouvement altermondialiste, Eric Agrikoliansky et Isabelle Sommier (dir.), La Dispute, 2005
- Eloge du mondialisme par un "anti" présumé, René Passet ; Fayard, 2001


L’Alliance des éditeurs indépendants, soutenue par la Fondation pour le Progrès de l’Homme a publié en 2006 un ouvrage : 100 propositions du FSM, 2006. Lors du FSM de 2005 à Porto Allegre, onze rédacteurs et rédactrices originaires d’Amérique latine, d’Europe, du monde arabe et du monde anglo-saxon ont assisté aux débats et recueilli les propositions des onze espaces thématiques proposés (droits de l’Homme, construction de la paix, économie solidaire, etc.).
- Télécharger cet ouvrage (pdf, 176 pages)

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires