Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - Egalité femmes/hommes

Mercredi 8 décembre 2021

Intranet

Accueil > Environnement > Eau > Agenda 21 chapitre 18. Protection des ressources en eau (...)

Enregistrer au format PDF

Agenda 21 chapitre 18. Protection des ressources en eau douce et de leur qualité : application d’approches intégrées de la mise en valeur, de la gestion et de l’utilisation des ressources en eau

2008

L’eau est nécessaire à tous les aspects de la vie. L’objectif général est de veiller à ce que l’ensemble de la population de la planète dispose en permanence d’approvisionnements suffisants en eau de bonne qualité tout en préservant les fonctions hydrologiques, biologiques et chimiques des écosystèmes, en adaptant les activités humaines à la capacité limite de la nature et en luttant contre les vecteurs des maladies liées à l’eau.


 18G. Impacts des changements climatiques sur les ressources hydriques

Principes d’action

18.82
Les prévisions relatives aux changements climatiques sont incertaines au plan mondial, et le sont encore bien davantage aux niveaux régional, national et local. Or, c’est à l’échelle des pays que les décisions les plus importantes devraient être prises. Un relèvement des températures ou une réduction des précipitations entraînerait une diminution de l’approvisionnement en eau et un accroissement de la demande, avec le risque concomitant d’une dégradation de la qualité des masses d’eau douce qui, dans de nombreux pays, compromettrait l’équilibre déjà ténu de l’offre et de la demande. Quand bien même les précipitations augmenteraient, on n’a guère l’assurance que cela se produirait à une époque de l’année où l’on pourrait en tirer parti et l’on risque en outre une amplification des crues. Toute élévation du niveau de la mer provoque l’intrusion de l’eau salée dans les estuaires, les petites îles et les aquifères côtiers ainsi que l’inondation des zones côtières de faible élévation, exposant les basses terres à un risque considérable.

18.83
Selon la Déclaration ministérielle formulée à la deuxième Conférence mondiale sur le climat, "les conséquences potentielles de tels changements climatiques pourraient représenter pour l’environnement une menace d’une gravité sans précédent, et risqueraient même de compromettre la survie dans certains Etats insulaires et dans les zones côtières de faible élévation ainsi que dans les zones arides et semi-arides" 3/. La Conférence a constaté qu’au nombre des impacts majeurs des changements climatiques, il fallait citer leurs effets sur le cycle hydrologique et les systèmes de gestion de l’eau et, partant, sur les systèmes socio-économiques. L’incidence accrue de situations extrêmes, telles que les inondations et la sécheresse, entraînerait des catastrophes plus fréquentes et plus graves. Aussi la Conférence a-t-elle appelé au renforcement des programmes de recherche et de surveillance continue nécessaires et à l’intensification des échanges de données et renseignements appropriés, ces mesures devant être entreprises aux plans national, régional et international.

Objectifs

18.84
La nature même de la question implique en premier lieu que l’on étudie de plus près et essaie de mieux comprendre la menace présentée. Cette question peut se traduire par les objectifs ci-après, conformément à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques :

a) Comprendre et quantifier la menace que constitue l’impact des changements climatiques sur les ressources en eau douce ;

b) Favoriser la mise en oeuvre par les pays de contre-mesures efficaces chaque fois que l’on estimera que la menace est suffisamment confirmée pour justifier une telle action ;

c) Etudier l’impact potentiel des changements climatiques dans les zones sujettes aux sécheresses et aux inondations.

Activités

18.85
En fonction de leurs capacités et des ressources dont ils disposent et en recourant, le cas échéant, à la coopération bilatérale ou multilatérale, notamment avec des organismes des Nations Unies et autres organisations compétentes, tous les Etats pourraient exécuter les activités suivantes :

a) Surveiller le régime hydrologique, y compris l’humidité du sol, l’équilibre des nappes souterraines, les fluctuations de la qualité de l’eau du fait des infiltrations et de l’évaporation, et les facteurs climatiques connexes, notamment dans les régions et pays les plus exposés aux effets négatifs des changements climatiques et où les localités les plus vulnérables devraient être précisées ;

b) Elaborer et appliquer des méthodes et techniques d’évaluation - en fonction des modifications affectant les températures et les précipitations, ainsi que de l’élévation du niveau de la mer - des effets négatifs potentiels des changements climatiques sur les ressources en eau douce et le risque d’inondations ;

c) Entreprendre des études spécifiques pour déterminer s’il existe un lien entre les changements climatiques et les sécheresses ou les inondations constatées actuellement dans certaines régions ;

d) Déterminer les incidences sociales, économiques et environnementales que cela implique ;

e) Elaborer et commencer à appliquer des stratégies nécessaires pour contrer les effets défavorables ainsi déterminés, y compris la modification du niveau des nappes phréatiques et l’atténuation des effets des intrusions salines dans les aquifères ;

f) Développer des activités agricoles qui font appel aux eaux saumâtres ;

g) Contribuer aux activités de recherche dans le cadre des programmes internationaux en cours.

Moyens d’exécution

A) Financement et évaluation des coûts

18.86
Le secrétariat de la Conférence a estimé que le montant total des dépenses afférentes à la mise en oeuvre des activités relevant du présent domaine pour la période 1993-2000 se chiffrerait en moyenne à environ 100 millions de dollars par an, montant qui serait financé à hauteur de 40 millions de dollars environ par la communauté internationale sous forme de dons ou à des conditions concessionnelles. Il ne s’agit que d’estimations approximatives données à titre indicatif, qui n’ont pas été examinées par les gouvernements. Les dépenses effectives et les conditions financières, y compris les conditions non concessionnelles, dépendront notamment des stratégies et programmes spécifiques que les gouvernements décideront de mettre en oeuvre.

B) Moyens scientifiques et techniques

18.87
La surveillance continue des changements climatiques et de leur impact sur les masses d’eau douce devra faire l’objet d’une intégration étroite avec les programmes nationaux et internationaux d’observation de l’environnement et notamment ceux qui concernent l’atmosphère, comme on l’a vu sous d’autres rubriques d’Action 21, ou l’hydrosphère, ainsi qu’il ressort du point B ci-dessus. L’analyse des données qui permettent de déceler les changements climatiques en vue d’élaborer des mesures correctives est une tâche complexe. Il est indispensable de procéder à des recherches approfondies et de tenir dûment compte des travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), du Programme climatologique mondial, du Programme international concernant la géosphère et la biosphère (PIGB), et d’autres programmes internationaux pertinents.

18.88
L’élaboration et la mise en oeuvre de stratégies en réaction aux changements climatiques exigent un recours ingénieux à des solu Consultation mondiale sur l’eau salubre et l’assainissemen systèmes d’alerte aux crues et aux sécheresses et la construction de projets d’exploitation de ressources hydriques nouvelles (barrages, aqueducs, champs de forage, usines de traitement des eaux usées, installations de dessalage, digues, berges et fossés de drainage, etc.). Il est également indispensable de mettre en place des réseaux de recherche coordonnés tels que le Système d’analyse de recherche et de formation concernant le changement mondial du PIGB.

C) Mise en valeur des ressources humaines

18.89
Le succès des activités de développement et des innovations est tributaire de la présence d’un personnel bien formé et motivé. Si les programmes internationaux peuvent utilement inventorier les options possibles, il appartient à chaque pays de prendre les dispositions voulues et de les appliquer, de développer ses propres compétences afin d’être à la hauteur des tâches scientifiques et techniques qui l’attendent, et de se doter d’un noyau de personnes dévouées capables d’élucider au bénéfice des décideurs les questions complexes dont il s’agit ici. Ces effectifs spécialisés devront être formés, engagés et maintenus en poste au service de leur pays.

D) Renforcement des capacités

18.90
Il faut cependant aussi établir au plan national une capacité aux fins de l’élaboration, de la révision et de la mise en oeuvre de stratégies appropriées. La construction d’importants ouvrages d’art et l’installation de systèmes d’alerte nécessitera un renforcement notable des organismes responsables, qu’il s’agisse du secteur public ou du secteur privé. L’exigence d’un mécanisme socio-économique apte à procéder à un examen critique des impacts des changements climatiques et des stratégies viables en réaction à ces phénomènes, de formuler les jugements voulus et des décisions en conséquence est tout à fait essentielle.


Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires