Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Jeudi 21 mars 2019

Intranet

Accueil > Actualités > Actualité > Deux ONG publient une BD pédagogique sur les risques (...)

Enregistrer au format PDF

D’après des communiqués de l’Alliance Santé Environnement (HEAL) et du Mouvement pour les droits et le respect des générations futures (MDRGF)

Deux ONG publient une BD pédagogique sur les risques liés aux produits chimiques, et lancent une campagne "Pesticides et cancers"

Mardi 9 décembre 2008


 La bande dessinée "Choisir notre avenir"

Health and Environment Alliance (HEAL) et le Mouvement pour les Droits et le Respect des Générations Futures (MDRGF) publient une bande dessinée en anglais et en français sur le thème "produits chimiques et santé". La BD, intitulée Choisir notre Avenir , est gratuitement disponible en pdf (voir ci-dessous en téléchargement). Des exemplaires en format papier seront disponibles auprès du MDRGF prochainement.

La Bande Dessinée met en scène avec humour le danger, maintenant prouvé scientifiquement, que fait courir à la santé humaine l’utilisation généralisée de certaines substances chimiques.

Le dessinateur français de la BD, David Ratte, a créé des histoires mettant en perspective nos inquiétudes quant aux problèmes de santé (cancers, retards de développement du cerveau, asthme, allergies, déficiences immunitaires et baisse de la fertilité masculine) que peuvent causer la présence de substances chimiques dans notre corps.

Les faits présentés au travers des dialogues sont expliqués et basés sur des informations scientifiques et / ou des sources gouvernementales.

L’objectif est aussi de fournir au grand public des exemples d’actions individuelles et d’initiatives politiques pouvant être menées au sein de l’Union Européenne en vue d’améliorer notre avenir.

 La campagne "Pesticides et cancers" : contexte et enjeux

L’Alliance santé environnement (HEAL) basée à Bruxelles et le Mouvement pour les droits et le respect des générations futures (MDRGF) basé à Paris pensent qu’une réglementation stricte sur l’utilisation d’herbicides, de fongicides et d’insecticides peut avoir un impact significatif sur la santé en Europe.

“Pesticide” est un terme générique utilisé pour les substances chimiques qui ont la propriété de tuer les organismes dits nuisibles. Cela inclut essentiellement les herbicides pour tuer les plantes, les insecticides pour tuer les insectes et les fongicides pour tuer les champignons.

“En Europe, chaque année, au minimum un cancer diagnostiqué sur cent peut être directement imputable à l’exposition aux pesticide, mais beaucoup plus si l’on regarde seulement certains types de cancer comme ceux du sein, de la prostate, des testicules, les leucémies et les lymphomes ;” indique Monica Guarinoni, Deputy Director de HEAL. “En prenant les mesures adéquates pour prévenir l’apparition de ces cancers, ce sont des milliers de personnes qui peuvent être épargnées de l’angoisse d’être diagnostiquées pour cette maladie. ”

Cette estimation de l’incidence des pesticides sur les cancers est reprise d’un rapport commandité récemment par le Parlement Européen (The benefits of strict cut-off criteria on human health in relation to the proposal for a Regulation concerning plant protection products).

Ce rapport, en se basant sur une analyse nord-américaine, indique qu’en Europe les cancers dus à l’exposition aux substances contenues dans les pesticides pourraient représenter au minimum 30 000 cas sur les 3 millions de cancers diagnostiqués chaque année.

La campagne Pesticides et Cancer démarre en France, pays le plus gros consommateur de pesticides en Europe. La France est aussi un pays où les craintes concernant l’exposition aux substances chimiques synthétiques agricoles sont élevées. Un sondage commandité récemment par le MDRGF indique que 95% des français veulent que l’utilisation des pesticides soit réduite de 50%.

Les autorités françaises commencent à s’emparer du sujet. Très récemment, l’institut national de recherche médicale, l’INSERM, a classé les pesticides comme facteur environnemental dans l’étiologie de certains cancers (Cancers et environnement - Une expertise collective de l’Inserm).

“Cette reconnaissance est basée sur plusieurs études récentes qui confirment le besoin d’une extrême précaution vis à vis de l’utilisation des pesticides, surtout lorsqu’il s’agit de protéger les populations les plus vulnérables.” dit Aurèle Clémencin, coordonnateur de la campagne en France. “Nous souhaitons par cette campagne accroître l’information du public sur les liens entre pesticides et cancers et mobiliser les citoyens. Nous souhaitons aussi que les plans nationaux de santé publique prennent en compte les facteurs environnementaux notamment l’exposition aux pesticides à leur juste mesure pour permettre la protection adéquate des enfants, des femmes enceintes et des personnes travaillant dans le secteur agricole et ainsi d’empêcher l’apparition des cancers. "

Le Docteur Jean-Michel Calut, vice-président de la Coordination nationale médicale santé environnement (CNMSE), qui représente 3 500 professionnels en France, analyse : "Il n’y a pas de santé durable sans développement durable. Sur le principe du rapport parlementaire, l’interdiction des pesticides classés cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction (CMR) doit aller au-delà du respect du principe de précaution mais se situe bien dans le respect de la vie. S’agissant d’un problème majeur de santé publique, une prise de conscience concernant l’impact des substances CMR et des perturbateurs endocriniens sur la santé doit nécessairement faire interdire, sans dérogation, leur rejet dans l’environnement.”

La CNMSE est une des organisations qui ont déjà souhaité soutenir cette campagne, parmis lesquelles certaines, comme l’Association Santé environnement France (ASEF), sont très actives sur la thématique santé et pesticides. HEAL et le MDRGF souhaitent mettre les analyses et les connaissances scientifiques à disposition d’organisations et de citoyens pour faire évoluer les politiques publiques de santé et celles qui régissent l’utilisation des pesticides à l’échelle Européenne, nationale et locale.

 Les objectifs de la campagne


- L’interdiction des pesticides qui sont reconnus ou suspectés d’être néfastes.

- La réduction de l’utilisation des pesticides pour éliminer et réduire l’exposition.

- une réglementation stricte pour abandonner l’utilisation de pesticides dans les zones où les enfants peuvent être exposés.

- Des stratégies de santé publique et des plans cancer nationaux où la réduction de l’exposition aux pesticides serait une mesure de prévention primaire.

- Un réseau informel d’acteurs individuels ou d’associations sensibilisés et prêt à agir pour réduire les impacts des pesticides sur l’incidence des cancers.

 Initiateurs et soutiens de la campagne ; contacts

Sites de la campagne

- http://www.pesticidescancer.eu
- http://www.facebook.com/pages/Sick-of-Pesticides/38411248553

Personnes contacts

- Monica Guarinoni, Deputy Director, Health and environment alliance (HEAL), 28 Boulevard Charlemagne, B-1000 Brussels ; http://www.env-health.org ; monica env-health.org
- Aurèle Clémencin, coordinateur de la campagne, HEAL/MDRGF, 40, rue de Malte, F-75011 Paris ; aurele env-health.org
- Diana Smith, Communication, Health and environment alliance ; Diana gsmith.com.fr
- CNMSE : Dr CALUT, famillecalut wanadoo.fr

Inititeurs de la campagne

- Health and environment alliance (HEAL) a pour objectif de sensibiliser le public sur les bénéfices sanitaires de la protection environnementale. Pour cela elle facilite la représentation citoyenne et l’expertise scientifique dans le processus de décision au niveau des politiques européennes environnementales et de santé.

Depuis sa création, les organisations qui se sont affiliées à HEAL n’ont fait que croître pour former un réseau diversifié de plus de 50 entités européennes de citoyens, de “patients”, de femmes, de professionnels de la santé, et d’environnementalistes qui ont toutes montré leur efficacité pour accroitre la participation du public et l’expertise dans le cadre de débats ou des processus de prise de décision au niveau européen.

- C’est le principe de responsabilité, tel qu’inscrit dans l’Article 2 de la Charte française de l’environnement, qui pousse le Mouvement pour les droits et le respect des générations futures (MDRGF) depuis plus de 15 ans à s’investir dans un combat pour une agriculture sans pesticides et sans OGM, afin de préserver l’environnement et de prévenir toute pollution. Son action contre les pesticides est en ce sens une action citoyenne et, par définition, responsable. Le MDRGF est à l’origine de la « Semaine sans pesticides » qui aura lieu du 20 au 30 mars 2009.

les organisations de soutien sont à présent :

- Coordination nationale médicale santé environnement (CNMSE)
- Association pour la recherche thérapeutique anti-cancéreuse (ARTAC)
- Woomen in Europe for a common future - France (WECF France)
- Association santé environnement France (ASEF)
- Association des médecins indépendants pour l’environnement et la santé publique (AMIES)
- Association santé solidarité
- Carole entraide cancer

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires