Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Mardi 12 novembre 2019

Intranet

Internet citoyen Articles de la même rubrique Internet citoyen - présentation

Accueil > Nos projets & actions en cours > Démocratie & veilles citoyennes > Leviers pour la démocratie > Internet citoyen > Internet citoyen - présentation

Enregistrer au format PDF

Internet citoyen - présentation

Sites ressources, logiciels libres, aspects légaux

2009

Ce qu’on désigne par "internet citoyen" fait l’objet de nombreux débats. Pour donner une idée de la diversité des approches et de la richesse des contenus, cette rubrique recense quelques ressources et sites parmi le foisonnement actuel des initiatives.


Vue d’ensemble de l’activité mondiale sur le Net en janvier 2009 :
une société britannique, Netcraft, estime à plus de 186 millions le nombre de sites Web, soit deux fois plus qu’en 2005. Les deux cents millions de sites devraient être dépassés en 2009. Mais les sites dits actifs, c’est-à-dire qui reçoivent des demandes de connexions, sont nettement moins nombreux : "seulement" 75 millions.
(Source : futura-sciences.com)
On estime à 200 millions par jour le nombre de recherches effectuées sur google. Une polémique existe d’ailleurs sur le bilan carbone de ces recherches : voir sur www.vnunet.fr.
Voir aussi les données fournies par l’Union internationale des télécommunications (UIT) en octobre 2009.

 Internet citoyen

D’une manière générale, l’Internet citoyen renvoie aux usages et aux outils non marchands d’internet : associatifs, coopératifs, engagés dans le secteur de l’économie sociale et/ou solidaire, internet public (services en ligne d’administrations, de collectivités territoriales)... En application du droit à l’éducation et à l’information, qui fait partie des droits économiques, sociaux et culturels, l’Internet citoyen devrait être accessible à tous-toutes.

Les productions copyleft et les logiciels libres entrent dans ce cadre, ainsi que les systèmes wiki (comme Wikipédia), les sites collaboratifs, etc. L’objectif de structures engagées dans l’Internet citoyen est aussi d’éviter ou de refuser la publicité, devenue omniprésente sur le web "en échange" de services fournis gratuitement à l’internaute vu comme un-e consommateur-trice et de refuser le fichage à des fins commerciales.

Exemples de démarches d’Internet citoyen, dans différents domaines

Confédération de Ressources pour une Démocratie Mondiale : Coredem - http://fr.coredem.info/
"RITIMO (Réseau d’informations Tiers monde) s’est engagé à côté de la FPH (Fondation pour le progrès de l’homme) à soutenir depuis quelques années la construction de sites ressources.
Ces sites se sont associés pour créer la Coredem. Le but est de favoriser une dynamique d’intelligence collective autour d’une plate-forme, incluant un moteur de recherche qui permet d’élargir les réponses de chaque site à une communauté de sites, un outil wiki pour l’élaboration collaborative des notions clé et une charte du savoir partagé."

- Le site Place Publique : consultez les définitions de l’internet citoyen

- L’association VECAM : http://www.vecam.org/
Pour VECAM, l’information, les productions culturelles et le savoir connaissent une numérisation croissante, les réseaux informatiques maillent progressivement les territoires ; toutes les forces structurant les sociétés humaines sont ou seront touchées par la combinaison de ces éléments. Le rôle de Vecam est de donner aux citoyens les moyens de s’interroger, comprendre, débattre et s’approprier ces transformations.

- Villes Internet est un réseau d’élus locaux, d’agents administratifs et d’acteurs associatifs ayant décidé de capitaliser leurs connaissances de l’Internet et des technologies de l’information pour le développement de l’internet local et citoyen.
Les collectivités qui inscrivent une politique internet dans leur mission de service public sont invitées à participer chaque année au Label national "Ville Internet".

- TheTransitioner.org réunit celles et ceux qui souhaitent étudier et développer l’intelligence collective afin de construire un monde plus juste. Réflexion, discussions projets, technologies, nouvelles monnaies...

Il s’agit d’un exemple de wiki c’est-à-dire un site public participatif construit par ses propres visiteurs.
Un extrait du site en version française explique bien la notion de Wiki :

"Si les weblogs constituent une agrégation des savoirs individuels, les wikis, eux, en sont l’intégration. Comme les blogs, ils fonctionnent via une interface partagée d’édition en ligne très simple. La différence est que les pages d’un wiki sont éditables et modifiables par toute personne souhaitant apporter sa contribution. L’accumulation des interactions sur une page conduit soit vers une "optimisation maximale" et consensuelle du savoir collectif, soit à des débats pouvant donner naissance à des contenus contradictoires mais complémentaires, sources de nouvelles branches. Chaque ancienne version d’une page wiki est gardée en mémoire, il est ainsi aisé de consulter son histoire et de la faire revenir en arrière si le contenu ajouté suscite la désapprobation. L’acte destructeur individuel y est impuissant face à la force constructrice du plus grand nombre".

- In Libro Veritas, maison d’Édition fondée en 2005, se veut une démarche de "littérature équitable". Elle propose une nouvelle vision de l’édition : chacun-e peut écrire et partager librement ses œuvres, vendre ses œuvres tout en gardant ses droits, et retrouver des milliers d’oeuvres du domaine public à télécharger gratuitement.

- IRIS (Imaginons un réseau Internet solidaire) a pour ambition d’agir sur le développement de l’internet dans le sens de plus d’égalité, de partage et de solidarité. Ses principaux axes de réflexion et d’action sont :
- d’intervenir pour le développement d’une infrastructure de service public permettant l’accès pour tous à une connectivité permanente,
- de permettre à tous la production de contenus et leur communication publique indépendamment des intermédiaires,
- de lutter pour la pérennité de secteurs non-marchands sur internet.

 Medias et sources d’information sur internet

Internet a permis un essor considérable et une diversification des medias et sources d’informations. Plusieurs encyclopédies collaboratives permettent à chacun-e d’apporter sa contribution.

- http://fr.wikipedia.org/ : projet d’encyclopédie librement distribuable que chacun peut améliorer, il comporte 500 155 articles en français, plus de 7 millions dans plus de 192 langues.

- Citizendium est un projet similaire à Wikipédia, mais faisant appel à des experts pour guider le public dans l’écriture des articles, le but étant une encyclopédie contenant le moins d’erreurs possible. Le système est d’ailleurs basé sur un wiki.

- http://fr.vikidia.org/index.php/Accueil : l’encyclopédie pour enfants (8-13 ans)

Les medias Internet

Internet permet à des medias de présenter une vision de l’information différente et/ou faire paraitre des informations qu’on trouve difficilement dans les medias dominants, en raison de la dépendance de plus en plus forte de ces derniers aux ressources publicitaires et de leur proximité avec des milieux politiques et économiques. Certains de ces medias sur Internet font appel aux internautes pour proposer des informations, photos et vidéos, en considérant que chacun-e peut être source d’informations, témoins d’événements, et que les informations peuvent être enrichies, vérifiées, etc. par les réactions et commentaires des lecteurs. Une partie de ces medias citoyens propose une critique sociale radicale.

- Indymedia est un collectif regroupant des organisations de médias indépendants et des centaines de journalistes cherchant à offrir une couverture non marchande, de et à partir de la base.

- http://www.bastamag.net/
- http://www.reporterre.net/
- http://www.bakchich.info/
- http://contreinfo.info/
- http://www.mediapart.fr/
- http://www.rue89.com/
- http://www.slate.fr/
- http://www.agoravox.fr/
- http://www.cequilfautdetruire.org/
- http://www.samizdat.net/
- http://www.betapolitique.fr/
- http://www.lesperipheriques.org/
- [http://www.lekiosqueauxcanards.fr/]

Sites ayant une veille critique sur les médias et l’information

- http://www.acrimed.org/
- http://www.capresse.org/

 Hébergeurs associatifs et logiciels libres

Une sélection de sites permettant un accès associatif ou coopératif à internet, et l’utilisation de logiciels librement téléchargeables.

Parution juin 2012 : Guide libre association, le guide d’usage des logiciels libres en milieu associatif, réalisé par l’April en partenariat avec la Fondation Crédit Coopératif. (Pdf 80 pages, 4 Mo)

Hebergeur associatifs ou coopératifs

- Globenet
Créée en 1995, Globenet est un fournisseur d’accès informatique associatif, fournisseur d’accès et d’hébergement internet ouvert au public, soucieux de la liberté d’expression et de communication.

- Ouvaton est une coopérative d’hébergement de sites internet. Chaque utilisateur en est également sociétaire, propriétaire : ses membres sont des hébergés-hébergeurs.

- http://lautre.net/ est un service d’hébergement Internet francophone non marchand géré solidairement par tous ses utilisateurs, en exploitant les possibilités offertes par Internet en matière de négociation, de décision, de communication intra-groupe et d’ubiquité.

Location de noms de domaine

- GANDI.net est un des premiers bureaux d’enregistrement de noms de domaine, avec un positionnement citoyen (pas de publicité ni de revente de ses fichiers clients, soutien à des projets innovants).

Téléchargement de logiciels ou systèmes d’exploitation libres

- Association pour le logiciel libre : http://all.asso.fr/
- Portail des logiciels libres sur wikipedia
- http://lea-linux.org
- Firefox : navigateur Web libre de la Fondation Mozilla, il résulte des efforts de milliers de bénévoles pour développer un nouveau navigateur rapide, simple et très extensible.
- http://www.framasoft.net
- http://www.gratilog.net
- http://www.april.org
- http://www.france.fsfeurope.org

GIF - 1.2 ko
Le logiciel Spip

Beaucoup d’associations (dont Adéquations), de medias, de service publics utilisent le logiciel libre SPIP, distribué sous la licence GNU/GPL. Créé au départ pour Le Monde Diplomatique, Spip est un système de publication Internet, simple d’utilisation et particulièrement adapté à un usage collectif.


GIF - 1.2 ko

 Aspects juridiques

- Le Forum des droits sur l’internet : http://www.foruminternet.org/ est un lieu de dialogue et de réflexion, créé par l’administration française, et visant au développement harmonieux des règles et usages d’Internet. Son ambition est d’associer l’ensemble des acteurs à la construction de la civilité de l’internet. Il a notamment édité un Guide pratique de l’internaute citoyen, à télécharger.

- La Commission nationale informatique et libertés
Créée par la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, la CNIL est une autorité administrative indépendante chargée de veiller à la protection des données personnelles.

A noter que les sites internet n’ont plus à être déclarés en tant que tels. Mais dans le cas d’un traitement de données utilisant un site web, il faut le déclarer par l’une des procédures de formalités ouvertes sur le site de la CNIL :
- http://www.cnil.fr/index.php?id=1946
- télécharger le guide pratique de la CNIL "Je monte un site internet" (10 p.)

Le droit de réponse sur internet

En octobre 2007 un décret relatif au droit de réponse applicable aux services de communication au public en ligne est venu préciser les modalités d’application de la Loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique. Cette loi indique que le droit de réponse est ouvert à « toute personne nommée ou désignée dans un service de communication au public en ligne ».

De nombreux spécialistes du web estiment que ce décret soulèvera des difficultés d’inprétation. Ainsi, la demande d ’exercice du droit de réponse doit être adressée au directeur de la publication en ligne, qui n’est pas toujours facile à identifier sur les sites web. A défaut on pourrait sans doute contacter l’hébergeur. D’autre part, procédure ne peut être engagée « lorsque les utilisateurs sont en mesure, du fait de la nature du service de communication au public en ligne, de formuler directement les observations qu’appelle de leur part un message qui les met en cause ».

- Consulter le décret sur Legifrance
- Consulter la Loi pour la confiance dans l’économie numérique
- Article d’explication et point de vue sur Betapolitique.fr

 Combattre les "hoax" et "cyber-rumeurs"

Un "hoax" est un canular : une information alarmiste, révoltante, généralement complètement fausse ou parfois périmée, qui circule sur le web et qui se propage parce que des internautes la renvoient à leur carnet d’adresse. Dès qu’on reçoit une pétition à signer ou une information effrayante sur un nouveau virus informatique, une maladie contagieuse, un enfant malade à sauver, des images et photos chocs qui sont des "fakes" (des faux) etc. il faut se méfier et vérifier sur les sites web qui répertorient ces "parasites du web".

- Site pionnier en la matière : http://www.hoaxbuster.com/
- Exemple de "Noëlie", triste et célèbre hoax qui pose des problèmes aux hôpitaux français depuis 2003 et que rien ne semble pouvoir arrêter...
- http://www.hoaxkiller.fr/

Des citoyen-nes ont également créé un blog qui vise à repérer et démonter les hoaxs propagés par les extrêmes droites : http://www.debunkersdehoax.org

Autres ressources : le "démonte-rumeur" sur Rue 89 ; dossier Désintox dans Libération ; blog Les Décodeurs

GIF - 1.2 ko

 Débats d’idées

Ci-dessous, une sélection de sites pour montrer à titre indicatif que l’accès à des analyses et à des propositions novatrices est rendue plus facilement accessible par Internet. En particulier, le mouvement altermondialiste, qui s’oppose à l’hégémonie actuelle du modèle de développement basé sur le capitalisme financier, doit son essor notamment à l’utilisation d’internet depuis la fin des années 80.

- Forum social mondial
voir notamment la rubrique "mémoire"

- La revue Mouvement
La revue Mouvements vient de se constituer en espace d’information critique, d’enquêtes sociales, de travaux théoriques et d’interpellation politique afin d’intensifier les échanges entre travaux de recherche, espaces de résistance et de proposition politique.

- Ars Industrialis
Créée par le philosophe Bernard Stiegler, cette association propose une réflexion originale dans les domaines de l’enseignement, de la recherche, de la science, de l’art, des médias, de l’organisation des services publics de l’audiovisuel, des industries culturelles et des industries de programmes privées, et des politiques d’aménagement du territoire.

- Le Groupe de Recherche Inter et Transdisciplinaire
Le GRIT a pour objectif d’enrichir les débats actuels sur les sciences, les technologies, les évolutions de la société, de l’économie, de l’éthique, en se concentrant sur leurs conséquences et leurs interactions. En lien avec les nombreux réseaux et initiatives issus d’une critique en profondeur des mutations contemporaines, il souhaite, par la réflexion et l’action, donner une cohérence accrue à l’ensemble de ces démarches en centrant ses travaux sur les thèmes prospectifs à moyen et long terme.

 

A consulter aussi sur le site d’Adéquations :
- Concertations institutionnelles autour du développement des TIC : le Sommet mondial de l’information, organisé par les Nations unies (Union internationale des télécommunications) entre décembre 2003 et novembre 2005.

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires