Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Jeudi 17 janvier 2019

Intranet

Accueil > Nos projets & actions en cours > Egalité & genre > Formations et outils Genre, développement > Fiches pédagogiques "Genre et développeme > Fiche 7. Intégrer le genre dans l’éducation au développement

Enregistrer au format PDF

Fiche 7. Intégrer le genre dans l’éducation au développement et à la solidarité internationale

novembre 2009

Les outils pédagogiques et les campagnes d’éducation au développement et à la solidarité internationale (EAD-SI) présentent souvent les populations et les groupes des pays du Sud dont ils veulent valoriser l’action, de façon indistincte, sans informer sur les situations, statuts, rôles, et pouvoirs différents des hommes et des femmes.

Par exemple, ces outils mentionnent souvent les "paysans du Sud" comme un ensemble homogène sans aborder de façon précise les grandes différences de statuts, d’accès à la formation, à la terre et aux droits de propriété, de temps de travail dans la production agricole et alimentaire, etc. entre les hommes et les femmes - ainsi qu’entre les générations et les catégories sociales.


Beaucoup d’outils parlent des pauvres, des personnes vivant sous le seuil
de pauvreté
sans mentionner, par exemple, que les femmes forment 70 % des personnes en situation de grande pauvreté dans le monde et que les inégalités économiques, sociales, culturelles, environnementales touchent différemment les femmes et les hommes. L’approche Nord/Sud, souvent axée sur l’analyse de rapports de domination à l’échelle internationale, tend à prendre les populations du Sud comme un tout, oubliant les rapports de domination et les inégalités initiales entre hommes et femmes, qui traversent toutes les sociétés, au Sud comme au Nord.

Or l’approche de genre s’applique aussi aux actions d’éducation, de sensibilisation, de communication. Elle peut enrichir considérablement la compréhension que les publics concernés, adultes ou scolaires, pourront acquérir des réalités des pays, des rapports de pouvoir, des évolutions vers l’égalité…

 Créer des référentiels sensibles au genre

En Belgique, le référentiel ACODEV qui fait consensus parmi les ONG mentionne promouvoir l’approche genre (égalité homme-femme) comme un des objectifs de l’éducation au développement. L’ONG Le Monde selon les femmes propose de mieux y intégrer le genre (www.mondefemmes.org, consulter notamment les outils et recherches sur genre et éducation au développement) :

1. C’est un processus de sensibilisation sociale et de formation des citoyens capable de :


Education au développement…sensible au genre
déconstruire les stéréotypes Nord-Sud et les stéréotypes de genre
défendre les droits humains en intégrant les questions spécifiques des femmes dans les droits humains (par exemple, mariage forcé, code de la famille, etc)
impulser un développement humain et durable intégrant une approche genre du développement
stimuler la solidarité et la participation sociale en veillant à l’empowerment des femmes
combattre la xénophobie et le racisme en intégrant que le féminisme et la lutte contre le racisme vont de pair parce que les deux déconstruisent l’argument de nature sur lequel se fondent les discriminations
lutter contre la violence et la guerre En faisant appliquer les conventions qui protègent les femmes dans les conflits armés et en refusant l’impunité pour les auteurs de violences sexuelles dans le cadre de liste la Résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU sur les femmes, la paix et la sécurité
promouvoir l’approche genre (égalité hommes-femmes). Positif : l’approche genre est inscrite dans la stratégie de sensibilisation.

2. C’est un acte pédagogique qui implique la construction de situations d’apprentissage permettant à des publics diversifiés de comprendre, de dialoguer et d’agir. Il favorise :


Education au développement…sensible au genre
des démarches participatives, actives et interactives et des formations spécifiques genre et développementen éducation au développement dans la gestion de projets (vu l’obligation légale d’intégrer le genre – Loi sur la coopération internationale de 1999)
des approches facilitant l’analyse de la complexité du développement ajouter « et des rapports sociaux de sexe »
l’émergence des représentations mentales des publics visés (avec un travail spécifique sur les images et préjugés face à l’autre différent) travail sur les représentations sexistes analyse féministe des messages (screening de la communication des acteurs de coopération au développement)
une pédagogie adaptée à la diversité des publics
des méthodes d’évaluation formatives et participatives l’approche genre repose sur une démarche bottom-up
des apprentissages en termes de savoir, de savoir-faire et de savoir être. favorisant l’empowerment des femmes.


La concrétisation de ces principes pédagogiques se réalise à travers une multitude d’actions qui peuvent se regrouper autour de cinq grands pôles :


Education au développement…sensible au genre
des actions de sensibilisation

des actions de conscientisation

permettant la prise de conscience des impacts différenciés d’une action sur les femmes et sur les hommes
des actions de lobby ou plaidoyer relayant les revendications des femmes, des femmes migrantes ainsi que le plaidoyer genre des ONG
des actions de mobilisation en lien avec les associations de femmes
des actions de recherche-action. et la recherche féministe.

3. C’est un acte politique


Education au développement…sensible au genre
qui constitue une composante essentielle de l’éducation à la citoyenneté. Il se décline, notamment, en favorisant un travail de synergies et d’alliances avec des groupes, associations, collectifs, réseaux diversifiés tant au Nord qu’au Sud. et qui associe les associations de femmes et de migrantes

et mesure l’approfondissement de la démocratie en intégrant les progrès de l’égalité entre les femmes et les hommes (intégrés dans l’IDH notamment. l’Indicateur du Développement Humain intègre les disparités sexo-spécifiques (ISDH) dans trois domaines : espérance de vie, éducation et revenu ainsi que la participation des femmes (IPF) dans les domaines économiques et politiques).


 Guide de questions pour analyser des documents au regard du genre

Ces questions données à titre indicatif sont adaptées de la formation Genre et éducation au développement du cycle F3E (Juin 2009, Association Femmes et Développement, Enda, Association pour la Formation dans le Développement Humain. Consulter les outils pratiques sur le site http://f3e.asso.fr/). Elles peuvent servir à analyser des medias ou des documents d’éducation au développement ou tout autre document d’information, de communication et de plaidoyer. Les questions peuvent s’appliquer aux contenus comme aux illustrations, qui ne sont jamais neutres.

1/ Le matériel représente-t-il les femmes et les hommes ?

- Dans quelle proportion ?
Exemple : nombre de photos représentant des hommes et nombre de photos représentant des femmes

2/ Quelle est la représentation de ce que font et disent

- Les femmes et les hommes ?
- Les femmes et les hommes du Nord ?
- Les femmes et les hommes du Sud ?

3/ Comment agissent les femmes ? Comment agissent les hommes ?

- Sont-ils et elles présenté-es comme actif-ves ? passif-ves ?
- Ayant un rôle d’acteurs ou d’actrices ?
- Ayant un rôle de victimes ?
- Quelles sont les inter-actions entre les femmes et les hommes ?
- Les faits ou évènements représentés sont-ils ordinaires ou exceptionnels ?

4/ Qu’est-ce qui est mentionné et associé aux femmes et aux hommes ?

- Qualités
- Actions, activités, occupations
- Difficultés
- Réussites
- Atouts

5/ Le féminin est-il nommé et représenté ?

- A quelle place ?
- Avec quelles qualités ?
- Comment parle-t-on des femmes ?
- La représentation est-elle générique (groupe de personnes) ou individualisée ?

6/ Les personnages féminins sont-ils stéréotypés ? les personnages masculins sont-ils stéréotypés ?

- Quels sont les stéréotypes associés aux femmes ?
- Quels sont les stéréotypes associés aux hommes ?

7/ Les femmes sont-elles présentées comme un groupe homogène ?

- Parle-t-on de LA femme ou des femmes ?
- Les hommes sont-ils présentés comme un groupe homogène ?

8/ La question de l’égalité femmes-hommes et des droits est-elle mentionnée ?

- Avec quelle importance, de quelle façon ? qui en parle ?

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires