Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Dimanche 26 mai 2019

Intranet

Accueil > Programme de Développement durable à (...) > Objectifs de développement durable (...) > Résumé du Rapport Final de la Consultation Mondiale sur (...)

Enregistrer au format PDF

Résumé du Rapport Final de la Consultation Mondiale sur la Durabilité Environnementale pour l’Après 2015

Dimanche 15 septembre 2013


La Consultation Thématique Mondiale sur la Durabilité de l’Environnement pour l’Après 2015 (www.worldwewant2015.org/sustainability) a fait partie d’un engagement mondial sans précédent dans l’élaboration du futur programme de développement. La Consultation Thématique a été établie afin de faciliter un dialogue ouvert, de stimuler une pensée créative et commencer à générer un consensus sur la manière de mieux refléter la durabilité de l’environnement dans le programme de développement pour l’après 2015. Entre novembre 2012 et mai 2013, la Consultation a réussi à engager plus de 5000 personnes venant du monde entier, notamment à travers un appel pour des Notes de Discussions, une Réunion des Dirigeants au Costa Rica et 11 discussions en ligne modérées. ‘Rompre les cloisons’ résume les résultats de ce processus.

Des réflexions préliminaires faites dans les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), spécialement concernant l’OMD-7 (assurer la durabilité de l’environnement), ont mis en avant une pauvre intégration de la durabilité de l’environnement et de la réduction de la pauvreté. Les ressources et les efforts vers l’achèvement des objectifs de réduction de la pauvreté ont souvent échoué dans l’inclusion de la dimension environnementale. De même, les mesures environnementales opéraient de manière cloisonnée, et non en lien avec les causes profondes de la pauvreté.

La concentration de la communauté internationale autour d’un programme de développement est parmi l’un des meilleurs résultats des OMD. Cependant, des défis persistent dans la réalisation d’un futur que les gens voudraient pour eux-mêmes et les générations à venir. De plus, l’accélération du rythme et de l’impact des chocs – particulièrement le changement climatique – sont mieux compris et documentés qu’il y a 15 ans. Ces facteurs nous ont éloigné de manière discutable de la réalisation du ‘monde que nous voulons’ : un monde dans lequel les inégalités sont en déclins et les sociétés ont évolué progressivement vers le développement durable et l’utilisation raisonnable des ressources naturelles de la planète. Le monde s’approche à grands pas des frontières planétaires, et les a même dans certains cas déjà dépassés.

Une action urgente est nécessaire, pourtant les réponses actuelles sont insuffisantes. Il y a maintenant des appels sans précédents pour un programme ambitieux et universel qui promeuve des approches de développement transformationnelles orientées vers la rencontre des défis d’éradication de la pauvreté et de protection des ressources de la planète.


Le thème clé qui lie le développement humain et la durabilité de l’environnement est l’idéal de solutions de développement intégrées. Ceci se matérialise dans la nécessité que les quatre principes suivant sous-tendent le programme pour l’après 2015 :

1.
Un développement intégré qui avance simultanément de multiples bénéfices à travers les trois dimensions du développement durable (sociale, environnementale et économique) et qui s’assure que l’éradication de la pauvreté et la durabilité de l’environnement vont de pair ;

2.
L’égalité en relation avec l’accès aux ressources naturelles et aux bénéfices d’un environnement sain ainsi que l’engagement dans les processus de prise de décision, est fondamentale à la fois pour la durabilité de l’environnement et le développement humain ;

3.
Une approche de la durabilité de l’environnement basée sur les droits de l’homme qui reconnaisse que la réalisation de ces derniers dépend d’un environnement sain ; et

4.
La résilience des communautés pour résister aux chocs de demain sans mettre en péril les réalisations d’aujourd’hui dans le domaine du bien-être humain, dépend du rôle vital des ressources et écosystèmes naturels.


Les participants aux consultations ont partagé l’optimisme que les exemples d’innovation et les approches intégrées suggèrent que nous disposons du savoir, des capacités et de l’ambition de rediriger notre trajectoire de développement vers des objectifs communs tout en embrassant nos diverses réalités. Nous avons besoin d’une action transformative qui intègre effectivement les dimensions environnementale, sociale et économique du développement durable. Une telle action devrait être favorisée par rapport aux réponses progressives, cloisonnées, dans lesquelles l’arbitrage favorise des gains de court terme aux dépens de la durabilité. Les participants ont été clairs sur le fait que le futur programme de développement devrait s’attaquer aux quatre domaines clés dans lesquels l’action urgente est nécessaire afin de surmonter les obstacles et de mener le changement :

1. La transformation économique :
L’actuel modèle économique mené par la croissance doit être transformé afin de répondre aux défis environnementaux et sociaux. Ceci implique de reconsidérer la manière dont nous évaluons les progrès et les valeurs du patrimoine naturel. Le secteur privé doit reconnaitre que la durabilité est un bon modèle et s’engager à renforcer sa responsabilité environnementale et sociale. Il y a eu un appel à passer à une économie verte et inclusive avec des modes de consommation et de production soutenables ;

2. Gouvernance et responsabilité :
Les gouvernements doivent créer un cadre propice qui promeuve une intégration transversale des valeurs environnementales et sociales, renforçant les institutions et assurant la transparence. La justice sociale et environnementale et l’autonomisation juridique sont nécessaires pour habiliter la société civile à tenir responsable les secteurs public et privé pour les impacts environnementaux qui affectent la survie, les modes de vie et la santé ;

3. Action locale et autonomisation :
Les communautés marginalisées et en général privé de pouvoir, notamment les groupes vulnérables tels que les femmes, les enfants et les communautés indigènes, ont besoin d’avoir accès aux outils (c’est-à-dire l’éducation, les ressources et les informations) nécessaires pour achever un changement transformationnel – changement qui reflète équitablement les réalités et besoins locaux ; et

4. Éducation :
L’éducation a été jugée comme étant l’un des outils les plus efficaces que nous ayons en main afin de mener les changements transformationnels nécessaires au développement durable, mais pour réaliser ce potentiel, les systèmes éducatifs doivent être flexibles, culturellement sensibles, pertinents et adaptés aux changements des valeurs et comportements des peuples.


Bien que les objectifs de la Consultation n’incluaient pas la définition des futurs objectifs, les résultats ont aidé à poser les bases conceptuelles de ces derniers et à fournir un aperçu des problèmes clés interconnectés, notamment :

- Les menaces croissantes du changement climatique pour le développement, que beaucoup ont vu comme une source d’instabilité qui mènera à la pénurie des ressources, à la migration de masse, au dérèglement des modes de vie et de production, nécessitent une action afin d’évoluer vers un développement à faibles émissions notamment à travers une transformation économique et éducative ;
- Les dynamiques de population notamment la migration entre les zones rurales et urbaines et l’augmentation de l’urbanisation nécessitent une concentration particulière sur des environnements urbains sains et des actions pour les bidonvilles, les transports durables, un air pur et des espaces verts ;
- L’importance d’écosystèmes sains et de la biodiversité pour le bien-être humain et la résilience (en particulier pour réduire la vulnérabilité de ceux qui vivent dans la pauvreté), nécessitent une action urgente ;
- Le défi grandissant de l’insécurité alimentaire et de l’eau, et le besoin d’une action relative à une production et consommation alimentaire durable ;
- Les droits des pauvres et des groupes vulnérables à assurer l’accès aux ressources naturelles et aux bénéfices d’un environnement sain nécessitent une justice sociale et environnementale forte, l’accès à l’information et l’autonomisation juridique ;
- Les liens entre l’environnement et la santé, notamment le besoin d’action sur la pollution, la dégradation environnementale et les investissements dans la santé humaine ; et
- La centralité de l’égalité de genres pour la durabilité de l’environnement et le besoin d’intégrer les perspectives de genres dans le processus de décision à tous les niveaux et autonomiser les femmes à travers des opportunités économiques et éducatives.


Une vision du futur que les gens veulent a été partagée à travers la Consultation et il y a un consensus sur le fait que la durabilité de l’environnement doit être pleinement intégrée au programme pour l’après 2015. Ceux qui se sont engagés dans la Consultation Thématique sur la Durabilité del’Environnement ont été explicites en déclarant leur volonté de continuer à façonner et éventuellement mettre en oeuvre un programme pour l’après 2015 transformatif et universel, tout en s’assurant que personne ne soit laissé en arrière et que tout le monde aille de l’avant.

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires