Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Dimanche 19 mai 2019

Intranet

Accueil > Nos projets & actions en cours > Les politiques de transition écologique > Les conférences environnementales > Seconde conférence environnementale, (...) > Réactions et analyses suite à la Conférence

Enregistrer au format PDF

Réactions et analyses suite à la Conférence

Mardi 24 septembre 2013


 Présentation

La seconde Conférence environnementale s’est tenue les 20 et 21 septembre 2013 au Conseil économique, social et environnemental (CESE). Ouverte par le président de la République et conclue par le premier ministre, elle a réuni treize ministres et 500 participant-es : représentants des ONG environnementales, des associations, des organisations syndicales, des employeurs, des collectivités, des parlementaires.

La conférence a traité de cinq grands thèmes : l’économie circulaire ; les emplois et la transition écologique ; la politique de l’eau ; la biodiversité marine, la mer et les océans ; l’éducation à l’environnement et au développement durable.

Le président de la République s’est également s’exprimé en introduction sur la synthèse du débat sur la transition énergétique qui lui a été remis le 18 septembre, sachant que le projet de loi sur la transition énergétique initialement prévu à la rentrée 2013 a été reporté... à fin 2014.

- Site du Ministère : le Programme de la conférence environnementale ; le détail des Tables rondes

 La santé environnementale et ses lanceurs d’alertes, "oubliés" des débats ?

Avant même l’ouverture des débats, un premier problème s’est posé concernant les acteurs admis à y participer. En effet le Rassemblement pour la planète n’a pas été invité. Il se définit lui-même comme « le seul groupement d’associations spécialisées sur les questions de santé-environnement (Ecologie Sans Frontière et Respire – pollution de l’air ; Générations Futures et le Réseau Environnement Santé – pesticides et produits chimiques ; Robin des Toits – Ondes électromagnétiques ; Sea Shepherd – biodiversité marine etc.) ». Mais il ne fait pas partie du Conseil national de la transition écologique (CNTE), nouvellement installé le... 11 septembre 2013 en remplacement du Comité national du développement durable et du Grenelle environnement (CNDDGE), et dont seuls les membres pourront participer aux tables rondes de la Conférence environnementale. La liste des membres du CNTE a été publiée le 6 septembre seulement.

Le ministère de l’écologie explique cette situation par les critères objectifs qu’une association doit satisfaire pour intégrer le CNTE, notamment le nombre d’adhérents, la date de création, la couverture nationale etc. Le Rassemblement pour la planète quant à lui s’estime victime d’une éviction - et avec lui, la cause de la santé environnementale - et envisage un recours en justice si n’est pas organisée rapidement « une table ronde sur l’environnement et la santé avec les ONG et les ministères concernés ».

L’ONG Surf Rider, à qui est attribuée la place qu’occupait le Rassemblement pour la planète à la première Conférence environnementale, a par ailleurs publié un communiqué.

- Le Communiqué du rassemblement pour la planète
- Des précisions sur Le CNTE sur le site du Ministère ; la composition du CNTE

 Réactions d’ONG et associations

Transition énergétique

Transition énergétique : une conférence environnementale en demi-teinte

Un an après le lancement du débat national sur la transition énergétique, le Président de la république et le Premier ministre ont rappelé le cap fixé et annoncé quelques mesures qui vont dans le bon sens. Mais ils ont également laissé de nombreuses questions en suspens (...)

Le site transitionenergetique.org a été créé par un ensemble d’associations ayant participé officiellement, ou non, au débat national sur la transition énergétique en 2012 / 2013. Il relaye les analyses et prises de positions émanant soit de ce groupe informel dans son ensemble, soit de certains de ses membres en leurs noms.
- Lire le communiqué complet

Greenpeace

Conférence environnementale : la condition sine qua non de la transition énergétique toujours absente

Paris, le 20 septembre 2013 – Dans son discours d’ouverture François Hollande a, comme l’année dernière, fait des promesses, fixé des caps, comme il le fait depuis sa campagne. Mais au fond, il n’a donné que très peu de concret sur la transition énergétique. Le président de la République a même conditionné sa promesse d’atteindre 50% de nucléaire dans le mix électrique français au développement hypothétique des énergies renouvelables sans annoncer un chemin précis pour aider à ce développement. Sur la question de la réduction du nucléaire, il a bien évoqué le fait que le politique devait pouvoir prendre les décisions qui s’imposent. Mais il a aussi parlé du « plafonnement de la capacité nucléaire » sans apporter aucune précision. François Hollande parle donc maintenant de ne pas augmenter la part du nucléaire plutôt que de la réduire (...)

« Dire qu’on pourra faire "un peu de tout" , des économies d’énergie, les énergies renouvelables tout en maintenant le nucléaire, c’est mentir aux Français. Un choix clair doit être fait. » conclut Sébastien Blavier [chargé de campagne nucléaire].

- Communiqué complet

France Nature Environnement

Discours du président de la République à la conférence environnementale : encore des mots, toujours des mots

Le président de la République a prononcé ce matin le discours d’ouverture de la conférence environnementale. Suite au climat tendu des dernières semaines, FNE attendait d’être rassurée, que François Hollande prouve que la transition écologique annoncée l’année dernière n’était pas une vaine promesse ne visant qu’à apaiser les écologistes de toute nature. Si la parole est belle, elle n’a engagé à rien de nouveau ni de concret. Décevant (...)

- Communiqué complet

Fondation Nicolas Hulot

2e conférence environnementale : Réussite ou échec ? La réponse est entre les mains du gouvernement.

Vendredi 20 septembre, lors du discours d’ouverture de la conférence environnementale, François Hollande a tracé la voie de la politique énergétique de la France. A l’inverse, les deux jours de travail se sont achevés par une intervention décevante du Premier Ministre, qui n’a pas acté de mesures fortes sur les autres champs de la transition écologique (...)

- Communiqué complet

 Presse et blogs

Un tournant majeur : la France veut réduire de moitié sa consommation d’énergie

Retour de la Chronique Ecologie, comme tous les samedis. Elle se réjouit d’un pas majeur franchi, eh oui, durant la Conférence environnementale.

Il faut, tout simplement, lire ce qui a été dit. Le vendredi 20 septembre 2013, voilà ce qu’a dit le président de la République française, François Hollande :

« Si nous voulons atteindre le fameux ’facteur 4’, c’est l’objectif fixé, nous devons inscrire comme perspective de réduire de 50 % notre consommation d’énergie finale à l’horizon 2050.

50 %, on me dira le pari est audacieux, et puis en 2050 qui ira vérifier ? La question c’est : est-ce qu’il est hors de portée, est-ce que c’est possible de diminuer de 50 % - sur 35 ans - notre consommation d’énergie ? En tout cas, cela doit être un objectif mobilisateur. »

Reporterre avait indiqué avant-hier que cet objectif était le coeur du débat politique actuel sur l’environnement, bien plus que la question des taxes. On pouvait douter que M. Hollande serait aussi net sur ce point. Mais il franchi le pas (...)

- Article complet d’Hervé Kempf sur le site www.reporterre.net

Dossier Conférence environnementale sur novethic.fr

- Patronat qui rit, ONG qui pleurent, par Béatrice Héraud
Lors de la deuxième édition de la Conférence environnementale les 20 et 21 septembre, il aura été question de transition énergétique beaucoup, d’environnement, beaucoup moins. De quoi séduire le patronat, beaucoup moins les ONG (...)

- Renover le bâtiment pour lancer la transition énergétique, par Béatrice Héraud
« J’éco-rénove j’économise », le slogan du plan de rénovation thermique des bâtiments dévoilé par Jean-Marc Ayrault la veille de la conférence environnementale, aurait pu être celui du week-end de travail des acteurs environnementaux. Cela a été le sujet phare des discours des Chefs de l’Etat et du gouvernement. Il a aussi été évoqué lors des tables rondes sur l’Emploi et l’Education (...)

- Pêche profonde : le gouvernement change de cap, par Thibault Lescuyer
Elle n’était pas au menu de la conférence environnementale, mais grâce au forcing des ONG, l’interdiction du chalutage en eaux profondes a été l’un des sujets « chauds » de l’événement. Au point d’être implicitement reprise dans le discours de clôture du Premier ministre (...)

- François Hollande donne des orientations sur la transition énergétique, par Béatrice Héraud
En ouverture de la Conférence environnementale, le Président de la République a détaillé les grandes orientations de son gouvernement sur l’énergie. Elles seront traduites dans une loi de programmation qui sera examinée avant l’été 2014 au Parlement. Les participants de la conférence l’ont majoritairement trouvé pragmatique (...)

- L’économie circulaire risque de tourner en rond, par Thibault Lescuyer
L’économie circulaire avait suscité de nombreuses propositions de la part des ONG et des réseaux du développement durable. Malgré son contenu et une riche affluence , son traitement à la table ronde a déçu de nombreux participants de la conférence environnementale (...)

- Santé environnementale : la grande oubliée, par Béatrice Héraud
Peu avant la conférence environnementale, le Rassemblement pour la planète, qui regroupe plusieurs associations sur le thème de la santé environnementale, a appris son éviction à la fois de l’évènement, mais aussi du comité de suivi de la transition écologique, le CNTE. Un mauvais signal sur la prise en compte de cette thématique par le gouvernement, alors même qu’elle était l’un des 5 thèmes phares de la première édition de la Conférence. Pour Novethic, François Veillerette, Président de Générations futures et membre du collectif, livre son analyse de la situation (...)

Adresse désolée aux grandes ONG environnementales

Franck Laval, d’Ecologie sans frontières, est un des initiateurs du Grenelle de l’environnement. Il stigmatise les grandes ONG qui ont accepté que les associations d’environnement et santé aient été exclues de la Conférence environnementale. " Trop occupées à la cogestion avec l’Etat, vous avez définitivement délégué la parole écologique à un parti vert rabougri "

- Une tribune de Franck Laval sur le site www.reporterre.net

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires