Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Dimanche 24 mars 2019

Intranet

Accueil > Droits humains > Santé > Agenda 21 chapitre 6. Promotion de la santé

Enregistrer au format PDF

Agenda 21 chapitre 6. Promotion de la santé

2008

La santé et le développement sont étroitement liés. Un développement insuffisant débouchant sur la pauvreté tout comme un développement inadéquat entraînant une consommation excessive allant de pair avec l’expansion de la population mondiale peuvent se traduire par de graves problèmes d’hygiène de l’environnement tant dans les pays en développement que dans les pays développés. Les programmes d’activité prévus dans le cadre d’Action 21 doivent traiter des besoins sanitaires de base de la population mondiale, car la satisfaction de ces besoins fait partie intégrante de la réalisation des objectifs que sont le développement durable et le souci primaire de l’environnement...


 Introduction

6.1
La santé et le développement sont étroitement liés. Un développement insuffisant débouchant sur la pauvreté tout comme un développement inadéquat entraînant une consommation excessive allant de pair avec l’expansion de la population mondiale peuvent se traduire par de graves problèmes d’hygiène de l’environnement tant dans les pays en développement que dans les pays développés. Les programmes d’activité prévus dans le cadre d’Action 21 doivent traiter des besoins sanitaires de base de la population mondiale, car la satisfaction de ces besoins fait partie intégrante de la réalisation des objectifs que sont le développement durable et le souci primaire de l’environnement. Les liens qui existent entre la santé, l’environnement et l’amélioration de la situation socio-économique nécessitent des efforts intersectoriels. De tels efforts, qui reposent sur l’éducation, le logement, les travaux publics et les groupes communautaires, notamment les milieux d’affaires, les écoles et universités et les organisations religieuses, civiques et culturelles, visent à permettre à la population des différentes collectivités d’assurer un développement durable. Il importe tout particulièrement de mettre en place des programmes préventifs plutôt que de se contenter de mesures correctives et curatives. Les pays devraient élaborer des plans d’action prioritaires s’inspirant des domaines d’activité dont il est question dans le présent chapitre, et reposant sur la planification concertée aux divers niveaux des pouvoirs publics, des organisations non gouvernementales (ONG) et des collectivités locales. Une organisation internationale appropriée, telle que l’OMS, devrait coordonner ces activités.

6.2 Le présent chapitre porte sur les domaines d’activité ci-après :

- a) Satisfaction des besoins en matière de soins de santé primaires, en particulier dans les zones rurales ;
- b) Lutte contre les maladies transmissibles
- c) Protection des groupes vulnérables ;
- d) Santé des populations urbaines ;
- e) Réduction des risques pour la santé dus à la pollution et aux menaces écologiques.


DOMAINES D’ACTIVITE


 6A. Satisfaction des besoins en matière de soins de santé primaires, en particulier dans les zones rurales

Principes d’action

6.3
La santé dépend, en dernière analyse, de la capacité de gérer, de façon satisfaisante, l’interaction entre le cadre de vie et l’environnement spirituel, biologique, économique et social. Il n’est pas de développement viable sans une population saine ; pourtant, la plupart des activités de développement pèsent d’une manière ou d’une autre sur l’environnement, lequel, à son tour, aggrave les problèmes de santé ou en crée de nombreux autres. Inversement, c’est l’absence même de développement qui a des effets nocifs sur la santé de nombreuses personnes, que seul le développement peut permettre d’atténuer. Le secteur de la santé ne peut, à lui seul, satisfaire des besoins et objectifs fondamentaux : il est tributaire du développement social, économique et spirituel auquel, par ailleurs, il contribue directement. Il dépend également d’un environnement sain, et notamment de l’approvisionnement en eau salubre, de l’assainissement et de la promotion d’une alimentation saine et d’une nutrition appropriée. Il faudrait accorder une attention particulière à la sécurité alimentaire en donnant la priorité aux éléments ci-après : élimination de la contamination des produits alimentaires ; instauration de politiques globales et durables de gestion de l’eau visant à assurer la fourniture d’une eau potable salubre et de bonnes conditions d’hygiène de manière à prévenir la contamination d’origine microbienne et chimique ; et promotion de l’éducation sanitaire, de l’immunisation et de la fourniture de médicaments essentiels. Une action d’éducation et la prestation de services appropriés concernant la planification responsable de la dimension de la famille, qui s’accordent avec les impératifs culturels, religieux et sociaux, les exigences de la liberté et de la dignité, les valeurs individuelles et des aspects éthiques, contribueraient également à la bonne exécution de ces activités intersectorielles.

Objectifs

6.4
Il faudrait, dans le cadre de la stratégie globale de la santé pour tous d’ici à l’an 2000, pourvoir aux besoins de santé de base des populations rurales, périurbaines et urbaines ; fournir les services spécialisés d’hygiène du milieu nécessaires ; et coordonner la participation des particuliers, du secteur de la santé, des secteurs connexes et des secteurs non sanitaires appropriés (milieux d’affaires et institutions sociales, éducatives et religieuses) à la solution des problèmes de santé. Il faudrait en priorité assurer la couverture sanitaire des groupes de population les plus déshérités, en particulier de ceux qui vivent dans les zones rurales.

Activités

6.5 Compte tenu de la situation et des besoins spécifiques de chaque pays, les gouvernements et les collectivités locales devraient, avec l’appui des organisations non gouvernementales et organisations internationales compétentes, renforcer leurs programmes dans le secteur de la santé, compte particulièrement tenu des besoins des zones rurales, de façon à :

a) Mettre en place des infrastructures sanitaires et des mécanismes de surveillance et de planification de la santé :

- i) Offrir et renforcer des systèmes de soins de santé primaires qui soient pratiques, organisés à l’échelon des collectivités, scientifiquement valides, socialement acceptables, adaptés à leurs besoins et permettant de répondre aux besoins en matière de santé de base sous forme d’eau propre, d’aliments salubres et de conditions d’hygiène satisfaisantes ;
- ii) Encourager l’utilisation et le renforcement de mécanismes de nature à améliorer la coordination entre le secteur de la santé et les secteurs connexes à tous les niveaux appropriés du gouvernement, à l’échelon des collectivités et au sein des organisations compétentes ;
- iii) Elaborer et appliquer les principes de rationalité et d’accessibilité de prix lors de la création et de l’entretien des installations sanitaires ;
- iv) Assurer et, selon les besoins, renforcer l’appui aux services sociaux ;
- v) Elaborer des stratégies et des indicateurs de santé fiables pour suivre l’évolution des programmes de santé et en évaluer l’efficacité ;
- vi) Examiner les moyens d’assurer le financement du système sanitaire, en se fondant sur l’évaluation des ressources nécessaires, et définir les différentes possibilités de financement ;
- vii) Promouvoir l’éducation sanitaire à l’école, l’échange de renseignements, l’appui technique et la formation ;
- viii) Appuyer les initiatives d’autogestion de services prises par les groupes vulnérables ;
- ix) Intégrer les connaissances et expériences traditionnelles dans les systèmes sanitaires nationaux, selon que de besoin ;
- x) Encourager la mise sur pied des dispositifs logistiques nécessaires aux activités d’approche, en particulier dans les zones rurales ;
- xi) Encourager et renforcer les activités de réadaptation des personnes handicapées à l’échelon des collectivités rurales ;

b) Appuyer la recherche et l’élaboration d’une méthodologie :

- i) Mettre en place des mécanismes de participation soutenue des collectivités aux activités de promotion de l’hygiène du milieu et, notamment, utiliser au mieux les ressources financières et humaines des communautés ;
- ii) Mener des travaux de recherche sur l’hygiène du milieu et, notamment, étudier les comportements et les moyens d’élargir la portée des services et d’en faire bénéficier davantage les populations marginales, insuffisamment desservies ou vulnérables, de manière à promouvoir des services de prévention et des soins de santé de qualité ;
- iii) Mener des travaux de recherche sur la connaissance traditionnelle des pratiques sanitaires préventives et curatives.

Moyens d’exécution

A) Financement et évaluation des coûts

6.6
Le secrétariat de la Conférence a estimé que le montant total des dépenses afférentes à la mise en oeuvre des activités relevant du présent domaine pour la période 1993-2000 se chiffrerait en moyenne à environ 40 milliards de dollars par an, y compris un montant d’environ 5 milliards de dollars qui serait financé par la communauté internationale sous forme de dons ou à des conditions concessionnelles. Il ne s’agit que d’estimations approximatives données à titre indicatif, qui n’ont pas été examinées par les gouvernements. Les dépenses effectives et les conditions financières, y compris les conditions non concessionnelles, dépendront notamment des stratégies et programmes spécifiques que les gouvernements décideront de mettre en oeuvre.

B) Moyens scientifiques et techniques

6.7
Il faudrait mettre à l’essai de nouvelles méthodes de planification et de gestion des systèmes et installations de soins de santé et encourager la recherche sur les moyens d’intégrer des techniques appropriées aux infrastructures de santé. La mise au point de techniques sanitaires viables sur le plan technique devrait rendre les mécanismes plus adaptables aux besoins des communautés et plus faciles à entretenir au moyen des ressources locales, et notamment simplifier l’entretien et la réparation du matériel sanitaire utilisé. Il faudrait élaborer des programmes visant à simplifier le transfert et la mise en commun des données et des compétences, et notamment les méthodes de communication et les matériaux pédagogiques.

C) Mise en valeur des ressources humaines

6.8
Il faudrait modifier la formation des agents de santé dans une optique intersectorielle afin que ce personnel soit adapté aux impératifs de la stratégie de la "Santé pour tous". Il faudrait épauler les efforts destinés à renforcer les compétences en matière de gestion au niveau des districts dans l’optique d’un développement constant et d’une exploitation efficace du système de santé de base. Il faudrait élaborer des programmes de formation intensifs, de brève durée et à vocation pratique mettant l’accent sur les techniques de communication, l’organisation communautaire et le changement des comportements afin de préparer le personnel local participant au développement social dans tous les secteurs à s’acquitter du rôle qui lui est dévolu. En coopération avec le secteur de l’enseignement, il faudrait mettre au point des programmes d’éducation sanitaire spéciaux mettant l’accent sur le rôle des femmes dans les soins de santé.

D) Renforcement des capacités

6.9
Les gouvernements devraient envisager d’adopter des stratégies d’appui et de facilitation pour encourager les collectivités à subvenir à leurs propres besoins tout en contribuant directement à la prestation des services sanitaires. Ils devraient s’efforcer, notamment, de préparer le personnel sanitaire et parasanitaire des collectivités à participer à l’éducation en matière de santé au niveau des communautés en mettant l’accent sur le travail d’équipe, la mobilisation sociale et l’appui des autres agents du développement. Les programmes nationaux devraient porter sur les systèmes sanitaires de district dans les zones urbaines, périurbaines et rurales ; l’exécution de programmes sanitaires au niveau des districts ; et la mise en place de services d’orientation vers des établissements spécialisés et l’appui à ces services.

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires