Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Mercredi 16 janvier 2019

Intranet

Accueil > Environnement > Forêts & déforestation > Agenda 21 Chapitre 11. Lutte contre le déboisement

Enregistrer au format PDF

Agenda 21 Chapitre 11. Lutte contre le déboisement

2008

"Les politiques, méthodes et mécanismes adoptés pour soutenir et développer les rôles écologique, économique, social et culturel multiples des arbres, des forêts et des terres forestières souffrent de graves insuffisances. De nombreux pays développés sont confrontés aux effets de la pollution atmosphérique et des incendies sur leurs forêts. Il faut souvent adopter au niveau national des mesures et des méthodes plus efficaces pour améliorer et harmoniser l’élaboration des politiques..."


DOMAINES D’ACTIVITE

 11A. Maintien des rôles et fonctions multiples de tous les types de forêts, terres forestières et surfaces boisées

Principes d’action

11.1.
Les politiques, méthodes et mécanismes adoptés pour soutenir et développer les rôles écologique, économique, social et culturel multiples des arbres, des forêts et des terres forestières souffrent de graves insuffisances. De nombreux pays développés sont confrontés aux effets de la pollution atmosphérique et des incendies sur leurs forêts. Il faut souvent adopter au niveau national des mesures et des méthodes plus efficaces pour améliorer et harmoniser l’élaboration des politiques, les plans et les programmes, les mesures et instruments législatifs, les modes de développement, la participation du grand public, et notamment des femmes et les populations autochtones, la participation des jeunes, le rôle du secteur privé, des organisations locales, des organisations non gouvernementales et des coopératives, le développement des compétences techniques et pluridisciplinaires et la qualité des ressources humaines ; la vulgarisation forestière et l’éducation du public, les moyens de recherche et l’appui à la recherche, les structures et mécanismes administratifs, y compris la coordination intersectorielle, la décentralisation et les systèmes de responsabilité et d’incitation, et la diffusion de l’information et les relations publiques. Cela est particulièrement important pour assurer une approche rationnelle et holistique d’un développement durable et écologiquement rationnel des forêts. La nécessité de préserver le rôle multiple des forêts et des terres forestières par un renforcement adéquat et approprié des mécanismes institutionnels a été maintes fois soulignée dans un grand nombre de rapports, décisions et recommandations de la FAO, de l’OIBT, du PNUE, de la Banque mondiale, de l’UICN et d’autres organisations.

Objectifs

11.2.
Les objectifs de ce domaine d’activité sont les suivants :

a) Renforcer les institutions forestières nationales pour accroître la portée et l’efficacité des activités relatives à la gestion, à la conservation et au développement durable des forêts et pour assurer l’utilisation et la production durables de biens et services forestiers, tant dans les pays développés que dans les pays en développement. D’ici à l’an 2000, renforcer les capacités et les moyens des institutions nationales pour leur permettre d’acquérir les connaissances nécessaires à la protection et à la conservation des forêts, et d’élargir la portée des programmes et activités de gestion et de mise en valeur des forêts, tout en améliorant leur efficacité ;

b) Renforcer et améliorer les compétences humaines, techniques et professionnelles, ainsi que les connaissances et capacités nécessaires pour élaborer et appliquer efficacement des politiques, des plans, des programmes, des recherches et des projets de gestion, de conservation et de développement durable de tous les types de forêts et de ressources provenant des forêts, ainsi que des terres forestières, secteurs d’où l’on peut tirer les mêmes profits.

Activités

A) Activités liées à la gestion

11.3.
Les gouvernements, intervenant à un niveau suffisamment élevé et agissant, le cas échéant, avec le soutien des organisations sous- régionales, régionales et internationales, devraient renforcer les moyens institutionnels de promouvoir les rôles et fonctions multiples de tous les types de forêts et de végétation, y compris les ressources connexes provenant des terres et des forêts, en vue du développement durable et de la protection de l’environnement dans tous les secteurs. Il faudrait le faire chaque fois que possible en renforçant si nécessaire ou en modifiant les structures et mécanismes existants et en améliorant leur coopération et la coordination de leurs rôles respectifs. Les principales activités à cet égard consistent notamment à :

a) Rationaliser et renforcer les structures et mécanismes administratifs, notamment par l’affectation d’un personnel adéquat et une bonne répartition des tâches, la décentralisation de la prise de décisions, la mise en place d’infrastructures (installations et matériels), la coordination intersectorielle et un système de communication efficace ;

b) Encourager la participation du secteur privé, des syndicats, des coopératives rurales, des communautés locales, des populations autochtones, des jeunes, des femmes, des groupes d’utilisateurs et des organisations non gouvernementales aux activités relatives aux forêts, et leur accès à l’information et aux programmes de formation dans le cadre national ;

c) Passer en revue et, au besoin, modifier les mesures et les programmes relatifs à tous les types de forêts et de végétation, et aux ressources connexes provenant des terres et des forêts, et les rattacher aux politiques et dispositions législatives concernant les autres modes d’utilisation et de mise en valeur des sols ; promouvoir des mesures législatives et autres en tant que base contre la conversion incontrôlée à d’autres types d’utilisation des sols ;

d) Elaborer et exécuter des plans et des programmes en s’attachant notamment à définir des objectifs, des programmes et des critères à l’échelon national, et au besoin régional et sous-régional, pour en assurer l’application et l’amélioration ultérieures ;

e) Créer, mettre au point et maintenir un système efficace de vulgarisation forestière et d’éducation du public pour assurer une prise de conscience plus grande et une meilleure compréhension du rôle multiple et de la valeur des arbres, des forêts et des terres forestières et obtenir une meilleure gestion ;

f) Créer ou renforcer des établissements et moyens d’enseignement et de formation dans le domaine forestier ainsi que dans celui des industries forestières en vue de former en nombre suffisant des spécialistes, des techniciens et du personnel qualifié, en s’adressant particulièrement aux jeunes et aux femmes ;

g) Créer et renforcer les capacités de recherche sur les différents aspects des forêts et des produits forestiers, y compris par exemple la recherche sur la gestion rationnelle des forêts, la diversité biologique, les effets des polluants atmosphériques, sur les utilisations traditionnelles des ressources forestières par les populations locales et les populations autochtones, et sur l’amélioration des revenus commerciaux et des autres valeurs non commerciales que procure la gestion des forêts, etc.

B) Données et information

11.4.
Les gouvernements, intervenant à un niveau suffisamment élevé et agissant, le cas échéant, avec le concours d’institutions internationales, régionales, sous-régionales et bilatérales, devraient mettre au point la base de données et les données de base nécessaires à la planification et à l’évaluation des programmes. Il s’agirait, plus précisément :

a) De recueillir, rassembler, mettre à jour périodiquement et diffuser des éléments d’information sur la classification et l’utilisation des sols, notamment des données sur la couverture forestière, les zones qui pourraient faire l’objet d’un premier boisement, les espèces menacées d’extinction, les valeurs écologiques, les modes d’utilisation des sols traditionnels/autochtones, la biomasse et la productivité, en corrélant les données démographiques, socio- économiques et les données sur les ressources forestières aux micro et macroniveaux et en analysant périodiquement les programmes forestiers ;

b) D’établir des liens avec les autres systèmes et sources de données utiles pour appuyer la gestion, la conservation et le développement des forêts, tout en développant ou en renforçant les systèmes d’information géographique, selon que de besoin ;

c) De créer un mécanisme qui garantisse que le public ait accès à cette information.

C) Coopération et coordination internationales et régionales

11.5.
Les gouvernements, intervenant à un niveau suffisamment élevé, et les institutions devraient conjuguer leur action pour fournir des services d’experts et d’autres éléments d’appui, promouvoir les travaux de recherche au niveau international, notamment pour faciliter les transferts de techniques et promouvoir une formation spécialisée, et assurer l’accès aux données d’expérience et aux résultats de la recherche. Il est nécessaire de renforcer la coordination et d’améliorer les résultats des organisations internationales s’occupant des forêts quant à l’assistance technique apportée aux pays intéressés en vue de la gestion des forêts, de leur préservation et de leur mise en valeur de manière durable.

Moyens d’exécution

A) Financement et évaluation des coûts

11.6.
Le secrétariat de la Conférence a estimé que le montant total des dépenses afférentes à la mise en oeuvre des activités relevant du présent domaine pour la période 1993-2000 se chiffrerait en moyenne à environ 2,5 milliards de dollars par an, y compris un montant de 860 millions de dollars environ qui serait financé par la communauté internationale sous forme de dons ou à des conditions concessionnelles. Il ne s’agit que d’estimations approximatives données à titre indicatif, qui n’ont pas été examinées par les gouvernements. Les dépenses effectives et les conditions financières, y compris les conditions non concessionnelles, dépendront notamment des stratégies et programmes spécifiques que les gouvernements décideront de mettre en oeuvre.

B) Moyens scientifiques et techniques

11.7.
Les activités de planification, de recherche et de formation qui sont spécifiées constitueront les moyens scientifiques et techniques d’exécution du programme, ainsi que le produit de celui-ci. Les systèmes, méthodes et savoir-faire engendrés par le programme contribueront à améliorer l’efficacité. A cette fin, il convient notamment :

a) D’analyser les réalisations, les contraintes et les questions sociales pour appuyer l’élaboration et la mise en oeuvre des programmes ;

b) D’analyser les problèmes de recherche et les besoins en la matière, d’organiser les travaux de recherche et d’exécuter des projets de recherche déterminés ;

c) D’évaluer les besoins en ressources humaines, en personnel qualifié et en moyens de formation ;

d) D’élaborer, de mettre à l’essai et d’appliquer des méthodes/ approches appropriées pour la mise en oeuvre des programmes et plans concernant les forêts.

C) Mise en valeur des ressources humaines

11.8.
Certains éléments de la formation et de l’enseignement forestiers contribueront efficacement à la mise en valeur des ressources humaines. Cela implique notamment :

a) Le lancement de programmes préparant à des diplômes universitaires et postuniversitaires, et de programmes de spécialisation et de recherche ;

b) Le renforcement des programmes de formation avant l’emploi et en cours d’emploi et des programmes de vulgarisation aux niveaux technique et professionnel, y compris la formation de moniteurs/ d’enseignants et la mise au point des programmes, du matériel et des méthodes d’enseignement ;

c) Une formation spéciale du personnel des organismes forestiers nationaux dans des domaines tels que l’élaboration et l’évaluation des projets et le contrôle périodique de leur exécution.

d) Renforcement des capacités

11.9.
Il s’agit plus particulièrement de renforcer les capacités dans le secteur forestier, résultat auquel doivent concourir toutes les activités inscrites à ce programme. Pour la création de capacités nouvelles et plus solides, il conviendrait de tirer pleinement parti des systèmes existants et de l’expérience acquise.

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires