Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Dimanche 20 octobre 2019

Intranet

Accueil > G7 2019 > Contre sommet G7 "Le féminisme pour changer de (...)

Enregistrer au format PDF

Contre sommet G7 "Le féminisme pour changer de cap"

Samedi 24 août 2019, par Yveline Nicolas

Au contre sommet G7 à Hendaye / Irun, des associations féministes ont organisé une journée ouverte le 22 août. Grand succès, avec la participation de plus de 150 personnes, militantes féministes, représentantes d’associations, syndicats, groupes et réseaux, du niveau territorial au niveau international.
Communiqué ci-dessous et téléchargeable en pdf en bas de l’article


 Le féminisme pour changer de cap, un débat très suivi au contre-sommet G7

Au contre-sommet G7, à Irun - Hendaye, s’est tenue le 22 août la journée féministe « Le féminisme pour changer de cap », animée par ActionAid Peuples Solidaires, Adéquations et Attac, en partenariat avec plusieurs associations des pays basques Sud et Nord et françaises. L’événement a rencontré un très grand succès, rassemblant plus de 150 personnes, militantes féministes, représentantes d’associations, syndicats, groupes et réseaux, du niveau territorial au niveau international.

La matinée a été consacrée au travail des femmes (rémunéré, gratuit, formel, informel), avec des témoignages de syndicalistes, militante gilet jaune et membres d’associations. Ici, les inégalités territoriales et la disparition de services publics qui touchent plus durement les nombreuses femmes dans des situations de précarité ; en Afrique, la prédominance des travailleuses informelles (comme les vendeuses dans la rue) qui jouent un rôle important dans l’économie et sont particulièrement vulnérables aux harcèlements. La dénonciation des conditions de travail et de santé de femmes de ménage dans l’hôtellerie et leur opiniâtreté pour faire valoir leurs droits a impressionné. Sur le plan institutionnel, l’attention a été portée sur la mise en œuvre de la nouvelle convention internationale de l’OIT sur les violences et le harcèlement au travail et sa nécessaire prise en compte par les entreprises françaises à l’étranger. La reconnaissance du travail lié aux soins (care) comme étant une richesse, l’éducation non sexiste dès l’enfance, le partage égalitaire des tâches domestiques, un congé de paternité (ou de coparent) de même durée ou encore la nécessité de forger des alliances entre syndicalisme et féminisme ont été présentés comme des outils pour lutter en amont contre les inégalités.

L’après-midi a insisté sur les articulations à promouvoir entre les aspects économiques, sociaux et écologiques et l’apport des analyses et pratiques féministes sur ces questions. Malgré la diversité des approches de l’égalité femmes-hommes et des situations des femmes, il existe des constantes. Les participant·es s’accordent sur le fait que le modèle capitaliste néolibéral ne permet pas l’égalité femmes-hommes ; il épuise à la fois la planète et les personnes précarisées. Un exemple a illustré la convergence entre revendications sociales, féministes et écologistes, concernant le besoin de services publics pour répondre aux tâches jusqu’à présent assumées par les femmes (soins aux enfants et aux personnes dépendantes) : seule une conception collective et publique permet d’optimiser l’organisation de ces services sur un territoire, avec des circuits courts, des transports et des dépenses d’énergie réduites. Il a été noté que l’organisation du G7 coûte 36 millions d’euros, tandis que le budget annuel du secrétariat d’Etat à l’égalité femmes-hommes est de l’ordre de 30 millions. Le témoignage de féministes d’Amérique Latine critiquant la récupération de l’égalité femmes-hommes par le G20 en Argentine a enfin montré que ces mobilisations sont formatrices et permettent aussi de sensibiliser les autres acteurs des mouvements sociaux.

La fin de journée a porté sur des échanges de pratiques et de recommandations sur l’organisation des grèves féministes, à partir des expériences en France, Belgique, Pays Basque Sud et Nord, Espagne et plus largement de mobilisations internationales et marches des femmes et ce, en vue de 2020. Le processus de préparation de grèves féministes est en soi une occasion de partage et d’inclusion de nouvelles personnes, notamment les jeunes ; la grève est un outil de sensibilisation et de revendication qui peut s’adapter à de nombreux contextes, au travail, dans la sphère domestique. Ce peut être un puissant symbole politique.

Tous ces échanges ont témoigné de la vivacité des mobilisations féministes pour faire advenir une société égalitaire, solidaire, permettant de faire face à la crise écologique.

Programme, organisations intervenantes, contacts ci-dessous.

 Programme féministe 22 août 2019

Dans le contexte de la tenue en France du G7, les associations porteuses du texte « Contribution pour une transition écologique sociale féministe » (collectif informel d’associations féministes sur les enjeux internationaux animé par Adéquations, commission genre d’ATTAC, Réseau féministe Ruptures) et l’ONG ActionAid Peuples Solidaires ont établi un partenariat pour organiser ensemble un événement féministe, en lien avec des associations féministes françaises et des pays basques Sud et Nord. Parmi les partenaires : Bilgune Feminista, Bizi ! (groupe ekofeminismoa), Emazteek Diote, Lurralde Askea, Osez le Féminisme, Marche Mondiale des Femmes, Nous Toutes, PAF (Pour une Alternative Féministe), Planning Familial 64-Pays Basque, ZUTIK (Emazteen aurkako bortizkeriaren kontrako kolektibo feminista)...

La journée féministe du 22 août, qui s’inscrit dans la thématique du contre G7 « Pour un monde radicalement féministe, à bas le patriarcat », sera découpée en trois parties complémentaires, de 10h à 19h30 :

1/ Rencontre-débat 10h-12h : Femmes en lutte contre les inégalités sociales et économiques

Cette table ronde discutera des femmes au travail, de leur assignation aux activités de « care », sous-payées et précarisées et de leurs luttes sur le terrain en faveur de la justice sociale. Face aux politiques d’austérité qui délocalisent les productions, démantèlent la protection sociale et fragilisent les services publics à la base de l’autonomisation des femmes, des travailleuses et syndicalistes notamment de France, d’Espagne et du Kenya témoignent et analysent leurs difficultés et leurs victoires.

Avec notamment Wangari Kinoti de ActionAid International, Nara Cladera, Gilet jaune et de Union syndicale Solidaires, Alix Bayle du collectif PAF (Pour une parentalité féministe),, Mercedes Nortem Mohamed, de Las Kellys (Collectif de femmes de ménage en Espagne), Maddi Arrieta Laca, syndicat LAB

2/ Rencontre-débat 15h-17h : Le féminisme en réponse à la crise écologique et sociale

Le G7affirme être « féministe » et viser à la fois l’égalité femmes-hommes et la lutte contre le changement climatique. Mais le féminisme est-il compatible avec le néolibéralisme ? Quels positionnements des organisations de la société civile ? Que peut apporter l’écoféminisme ? Des propositions seront discutées pour une transition à la fois écologique, sociale et féministe. 14h à 16h.

Avec notamment Luciana Ghiotto de Argentina mejor sin TLC, Foro feminista, Yveline Nicolas de Adéquations, Huayra Llanque d’ATTAC...

3/Atelier 17h30 - 19h30 : La grève féministe, outil de combat

En fonction des organisations présentes et des pays représentés, cet atelier participatif échangera sur le processus de grève féministe et les mobilisations du 8 mars dans différents contextes. A partir des expériences de grève féministe, quelle stratégie en vue du 8 mars 2020 ?

Animé par Huayra Llanque d’ATTAC et Valentine Pignon de ActionAid France ; avec Irene Hermoso, On arrête toutes !, Murielle Guilbert du Syndicat Solidaires, Marie-Thérèse Martinelli de la Marche Mondiale des Femmes, Collectif 8 mars du Pays basque Nord et Sud, Collectif 8 mars de Liège et coordination nationale Belgique...

 Informations pratiques

La journée féministe du 22 août aura lieu au centre de congrès Ficoba à Irun (côté Pays Basque Espagne) en face de Hendaye. Salle 3
Cf. cartes d’accès aux sites en bas de cet article.

Des traductions seront disponibles : français, basque, espagnol, anglais.

Cf. fiches de présentation téléchargeables ci-dessous en français, espagnol, basque. Et Facebook de la journée du 22 août

Entrée libre, sans inscription

Pour plus d’information, pour signaler votre participation : contact(at)adequations.org. Tel. : 33 - 06 68 88 42 05

Autres événements féministes dans le cadre du contre Sommet G7
Centre scolaire Jean-Jaurès, centre d’Hendaye.
- Atelier 23 août, 9h30 à 11h30, Ecole salle 1 (en français) : "S’attaquer au service public, c’est s’attaquer frontalement aux droits des femmes", organisé par SUD PTT
- Atelier 23 août, 15h - 17h, Ecole salle 2 (basque, anglais) : "Comprendre les luttes kurdes ; la transformation mise en place par les femmes Kurdes"
- Conférence 23 août, 17h30 - 19h30 Ficoba salle 3 (basque, espagnol) : "Regard sur les migrations depuis la perspective féministe : causes, transit et accès aux droits"
- Exposition photo "Femmes et inégalités : travail, migrations, changements climatiques" Oxfam (devant le Ficoba)
Cf. cartes d’accès aux sites en bas de cet article.

Prévention des violences sexistes à l’occasion des fêtes et rassemblements : kit d’information de l’association basque Pour une Alternative Féministe.. Téléphone référente violences : 06 18 45 85 33
Rappel des téléphones d’urgence (numéros nationaux) : Stop Violences faites aux femmes 3919 ; SAMU 15 ; Hébergement urgence 115 ; Police 17, 112. Numéros locaux : AEFH64-CIDFF 06 37 95 78 22 ; Planning Familial : 09 83 86 73 06.

 Programme du Sommet contre G7

De nombreuses organisations, syndicats, associations et ONG nationales et internationales a se sont regroupées au sein d’une plateforme des alternatives face au G7. Elles organisent un ensemble d’événements, du 19 au 25 août 2019. Inscription non obligatoire, mais on peut se signaler ici. Navettes prévues du 21 au 23 août entre le lieu de vie et les sites des activités du contre-sommet.

- 19 et 20 août : montage du village d’accueil et des lieux d’activités à Hendaye et Irún. Informations.
Adresse du camp du contre Sommet (jusqu’au 25/8) : à côté du centre Pierre et Vacances, Domaine de Bordaberry – route de La Corniche, lieu Dit Bordaberry, 64122 Urrugne. Repas végétariens et produits locaux prévus, bars et concerts en soirée.
- 21 à 24 août : village des alternatives à Urrugne (camp, adresse ci-dessus) ; Hendaye (groupe scolaire Jean Jaurès, Cinéma Les Variétés) ; Irun au Ficoba. Conférences et animations du contre Sommet : 21, 22, 23 août.
- 24 août : manifestation
- 25 août : rassemblements pacifiques dans 7 places du Pays Basque pour la liberté de manifester

- Plateforme nationale : https://alternativesg7.org
- Plateforme basque : https://g7ez.eus/fr
- En espagnol : La Plataforma G7-EZ ; en anglais French Platform Defending Alternatives Against the G7 ; en basque Alternatives G7 Plataforma
- Appel à mobilisation pour défendre nos initiatives face au G7
- Liste des organisations de la Plateforme
- Programme des conférences et activités
- Toutes les informations pratiques et logistique pour participer
- Communication facebook ; Twitter

- Suites du G8 2001 en Italie : Comité de soutien à Vincenzo Vecci, menacé d’extradition

 Des cartes d’accès aux sites pour s’y retrouver...

Cliquer sur les cartes pour les agrandir

- Pour arriver au centre des congrès Ficoba depuis la gare (dix minutes à pied) :

PNG

- Pour arriver au centre scolaire Jean-Jaurès :

PNG

- Pour arriver au Cinéma (10 minutes à pied) :

PNG
- Bilan du G7 et du contre G7 en général et sur l’égalité femmes-hommes

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires