Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - égalité femmes/hommes

Jeudi 23 mai 2019

Intranet

Accueil > Environnement > La question nucléaire > Nucléaire. Eclairages particuliers, événements marquants

Enregistrer au format PDF

La question nucléaire

Nucléaire. Eclairages particuliers, événements marquants

Mardi 26 mars 2013


5 articles dans ce dossier :
- Nucléaire versus développement humain durable : >>>>
- La catastrophe au japon, le nucléaire dans le monde, faits et points de vue : revue de presse : >>>>
- Nucléaire. Rapports officiels, en France, en Europe et dans le monde : >>>>
- Nucléaire. Analyses, plaidoyers, initiatives d’acteurs associatifs : >>>>
- Nucléaire. Eclairages particuliers, événements marquants

 A voir, à consulter, à méditer...

Fukushima, deux ans après, retour à l’anormal

A l’approche du deuxième "anniversaire" de la catastrophe, une synthèse aussi complète que déprimante de la situation à Fukushima et dans les régions contaminées aux alentours. Par l’ACRO, qui propose une veille et suivi au quotidien, depuis mars 2011.
→ Publié le 23 février 2013. A lire ici.

Un point de vue de Thierry Ribault, chercheur au CNRS, en poste à Tokyo

La Lettre de l’INSHS de novembre 2012 (Institut des sciences humaines et sociales, qui fait partie du CNRS) publie deux articles consacrés aux travaux de chercheurs en sciences sociales qui étudient notamment la situation des populations de Fukushima.
Voici un extrait de l’interview de Thierry Ribault, économiste à la Maison franco-japonaise, UMIFRE19 CNRS-MAEE, Tokyo : « L’administration du désastre de Fukushima n’échappant pas au constat établi en son temps au sujet de Tchernobyl, selon lequel tous les risques sont acceptables quand on fait en sorte de ne pas laisser à ceux qui les prennent l’occasion de les refuser, ma conviction est que la responsabilité des sciences humaines et sociales consiste à rendre compte de l’injustice fondamentale que constitue le fait de faire courir des risques vitaux à une partie de la population, et à remonter aux causes des désastres. L’ignorance ne peut pas fonder la justice. Comprendre comment les sciences, y compris les sciences sociales, lorsqu’elles se mettent, comme dirait Ulrich Beck, en "concubinage durable" avec l’économie, la politique et l’éthique, contribuent à escamoter les problèmes réels liés aux risques de la modernité technologique et industrielle ; mettre au jour le rôle des expertises se revendiquant des sciences humaines et sociales, dans la gestion pré et post-accidentelle des catastrophes nucléaires, tout comme leur contribution à l’"acceptabilité du risque", qui n’est rien d’autre que l’art de faire admettre que l’imprévisible du désastre nucléaire soit de l’ordre du concevable ; questionner le rôle thérapeutique des sciences sociales positivistes et empiristes, un tel trop de soin permettant d’éviter de changer le monde, voilà autant de champs fertiles que les sciences humaines et sociales peuvent investir. Je pense que les sciences humaines et sociales ne doivent pas se contenter de dresser des inventaires après décès. »
- Télécharger la revue complète : ici

Vidéo. "Fukushima, après son retour du Japon". Entretien avec Dr Michel Fernex

Vidéo. « Dr. Michel Fernex, professeur honoraire de la faculté de médecine à l’université de Bâle résume et analyse sur la situation de Fukushima en terme de la santé, de l’irradiation, de ce qu’on doit faire face à l’irradiation dans les régions contaminées, après sa tournée de conférences au Japon, de Hiroshima à Fukushima en passant par Kyoto, Saitama, Kooriyama etTokyo en mai 2012 »
- Publié sur YouTube, chaîne EchoEchanges le 31 août 2012. Durée 37 minutes 30. Vidéo à visionner ici.

Une (longue) interview de Janick Magne, citoyenne écologiste française impliquée au Japon, 10 juillet 2012

Le point sur la situation concrète que vivent actuellement les Japonais, et des informations et analyses d’un grand intérêt sur le nucléaire et la problématique écologique dans le monde, notamment en France...
« Janick Magne est une citoyenne française expatriée au Japon depuis 33 ans. Depuis mars 2011 et les tragiques évènements qui se sont déroulés au Japon, elle décide de militer pour une sortie du nucléaire au Japon. Kibô-Promesse l’a interviewée afin d’avoir son point de vu sur la crise de Fukushima et son évolution depuis 1 an et demi. Cet échange nous permet aussi de recueillir le témoignage de son vécu sur place. Habitant à Tokyo, l’ex candidate d’ Europe Ecologie Les Verts (EELV) aux legislatives pour l’Asie l’Oceanie et le Japon nous parle de son implication politique et citoyenne : elle a eu le courage de se rendre à Fukushima, de parler aux habitants, de rencontrer les mères des jeunes enfants (...) »
- Interview à lire sur le site kibo-promesse.org : http://kibo-promesse.org/2012/07/interview-de-janick-magne/

Janick Magne animera une conférence débat "Fukushima Daichi, 2 ans après" le 22 mars 2013 à partir de 20h30 à Golbey (88), salle Barbelouze (en face de la mairie), à l’invitation de Vosges alternatives au nucléaire.

Théâtre : Avenir Radieux, une fission française

JPEG « Le nouveau spectacle de Nicolas Lambert s’attaque à l’instauration du nucléaire en France. Cette fois, il remonte, en interprétant magistralement une étonnante galerie de personnages sortis de notre histoire contemporaine, le fil de l’histoire du nucléaire français, ses ors républicains, ses non-dits étouffants. Face aux discours verrouillés d’E.D.F. et de l’industrie nucléaire française en général, il met en lumière aux yeux des citoyens que nous sommes, nous permettant ainsi de la comprendre et de nous la réapproprier, cette histoire, trop souvent étouffée sous les termes factices "d’indépendance énergétique", de la "grandeur de la France" (...) »
(Source : site du théâtre Le Grand Parquet, à Paris, qui a programmé le spectacle fin 2011)
→ Présentation du thème par l’auteur, Nicolas Lambert : >>>>>
→ Le calendrier des représentations 2012 sur le site de Compagnie Un Pas de Côté : >>>>>.

Le blog de Fukushima

JPEG Adéquations vous recommande particulièrement un site : Le blog de Fukushima, « consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde » (donc au contexte français aussi…). Ce blog, tenu par Pierre Fetet, professeur des écoles en Lorraine, regorge d’informations présentées très clairement, et de plus il tient à jour une liste aussi complète que possible des « veilleurs de Fukushima » : des sites et des blogs, en français ou en anglais, tenus par des personnes ou des organisations, qui maintiennent une veille et proposent des analyses sur un sujet dont les grands médias parlent de moins en moins - et pas toujours de manière très indépendante...
Parmi les derniers articles parus sur le blog : 3 janvier 2013, Surtout ne pas banaliser la catastrophe de Fukushima, un petit résumé « pour ceux qui n’auraient pas suivi » de ce qui s’est vraiment passé le 11 mars 2011 et de la situation et des enjeux actuels.

Nucléaire : secrets et territoires interdits

JPEG Dans le cadre de la Rencontre Femmes exceptionnELLES à Genève, organisées par DiversCités, où Adéquations intervenait le 2 avril sur les femmes et le développement durable, la réalisatrice Mylène Sauloy a présenté son reportage sur le premier accident nucléaire grave du monde, l’explosion d’une cuve de déchets en 1957 en URSS.
Ce documentaire, très intéressant, traite d’une réalité dont on parle peu, les villes closes en Russie, où vivent encore deux millions de personnes, ici Ozersk et son complexe Mayak. Une femme remarquable devenue juriste, Nadiejda Kutepova, a créé une association qui porte inlassablement les réclamations de la population devant la Cour européenne de justice. Beaucoup sont morts dans les années qui ont suivi l’accident. Beaucoup sont malades – y compris des enfants nés handicapés – qui n’ont toujours pas obtenu réparation. D’autres sont irradiés en permanence par les usines de retraitement.
Cela témoigne d’un des aspects les plus problématiques de cette industrie : l’indifférence avec laquelle elle tend à traiter ses victimes.
A visionner ici
- Lire en ligne notre interview de Mylène Sauloy et le témoignage de Nadieja Kutepova.

Prix Nobel de la Paix : le nucléaire ou la paix ?

Lors de cette même rencontre Femmes exceptionnELLES, a été présenté le documentaire 1000 women and a dream, de Gabriela Neuhaus et Angelo Scudeletti, qui retrace l’histoire du projet de proposer au Prix Nobel de la paix 2005, un prix global attribué à 1000 femmes oeuvrant pour la paix dans les pays du monde. Suspense dans les minutes précédant l’attribution : le projet est en bonne place, les medias en parlent. Déception ! Cette année là, c’est... le directeur de l’Agence internationale à l’énergie atomique qui reçoit le prix Nobel de la paix... Qu’importe... Un réseau de femmes continue à travailler pour la paix.
www.1000peacewomen.org
www.1000womenfilm.ch.

 Moments clés, événements à retenir

- A venir : le débat public organisé par la Commission nationale du débat public sur le "Projet de création d’un centre de stockage réversible profond de déchets radioactifs en Meuse / Haute-Marne (projet CIGEO)" aura lieu du 15 mai au 31 juillet 2013 et du 1er septembre au 15 octobre 2013 (décision du 06/02/2013).

En Cours.
« L’Autorité de sûreté nucléaire ASN ouvre une consultation du public sur son projet de décision relative à la maîtrise des nuisances et de l’impact sur la santé et l’environnement des installations nucléaires de base
Du 15 MARS au 15 AVRIL 2013, le public est invité à consulter le projet de décision de l’ASN relative à la maîtrise des nuisances et de l’impact sur la santé et sur l’environnement des installations nucléaires de base sur www.asn.fr, et à livrer ses observations sur le contenu de ce projet.
Ce projet de décision de l’ASN désigne en particulier les thèmes suivants en ce qui concerne les obligations des exploitants des installations nucléaires de base :
→ les modalités des prélèvements d’eau et des rejets liquides ou gazeux, chimiques ou radioactifs effectués par les exploitants des installations nucléaires ;
→ les mesures des prélèvements d’eau et des rejets qu’ils doivent réaliser ;
→ la surveillance de l’environnement ;
→ la prévention des nuisances ;
→ l’information, par l’exploitant, de l’autorité de contrôle et du public (...) »
- Participer à la procédure : >>>>>


- 9 MARS 2013 à Paris : grande Chaîne humaine pour l’arrêt du nucléaire civil et militaire,
organisée par le Réseau sortir du nucléaire.
→ « Reprenons en main notre avenir énergétique, formons une grande chaîne humaine pour encercler les lieux de pouvoir !
Lors d’une chaîne humaine, les participants font la jonction d’un point géographique à un autre en se donnant la main. Il s’agit d’un événement non violent, auquel vous pouvez tout-te-s participer, quels que soient votre âge et vos capacités physiques ainsi que la raison pour laquelle vous voulez la sortie du nucléaire.
Cette année à Paris, notre objectif est d’encercler par des chaînes humaines les différents lieux de pouvoir où se prennent les décisions concernant le nucléaire : Areva, EDF, les ministères,
l’Autorité de Sûreté du Nucléaire, etc (...) »

- Un Forum social thématique "La Méditerranée débarrassée des armes nucléaires" a eu lieu le 9 MARS 2013 à Marseille. Organisé par ICAN France (Campagne Internationale pour l’Abolition des armes nucléaires), il s’inscrivait dans la perspective du Forum Social Mondial à Tunis en mars 2013.

- 13 OCTOBRE 2012 : Journée nationale d’action Changeons d’ère, sortons du nucléaire ! coodonnée par le Réseau sortir du nucléaire.
« Refusons la construction du réacteur EPR de Flamanville et de sa ligne THT. Exigeons l’arrêt immédiat des nombreux réacteurs qui ont dépassé 30 ans de fonctionnement, durée pour laquelle ils ont été conçus. Soutenons la Révolution des Hortensias des Japonais qui, plus que jamais, se mobilisent. Ensemble, agissons pour un monde sans nucléaire ! »

- 14 SEPTEMBRE 2012, dépêche AFP : Le Japon annonce l’arrêt progressif de sa production nucléaire
- « Le gouvernement japonais a annoncé vendredi l’arrêt progressif de la production nucléaire sur 30 ans. Cette annonce intervient dix-huit mois après l’accident de Fukushima qui a provoqué une catastrophe sans précédent dans le monde depuis Tchernobyl, il y a 25 ans.
Le Japon devient ainsi le troisième pays, après l’Allemagne et la Suisse, à faire part de son intention de stopper ses réacteurs depuis l’accident du 11 mars 2011 à Fukushima Daiichi (220 km au nord-est de Tokyo).
Cette décision marque un virage à 180 degrés par rapport à la politique établie avant la catastrophe de Fukushima, provoquée par le séisme et le tsunami de mars 2011. Les objectifs établis en 2010 prévoyaient de porter la part de l’atome à plus de 50% de l’électricité produite d’ici 2030.
Toutefois, le gouvernement du Premier ministre Yoshohiko Noda a également proposé vendredi que les réacteurs considérés comme sûrs par la nouvelle autorité de régulation en cours de création soient remis en service pour assurer une production d’électricité fiable dans l’intervalle
. »
→ Toutefois la situation reste indécise : depuis cette annonce, plusieurs responsables gouvernementaux japonais ont fait des déclarations ambigües et contradictoires, et le chantier d’une centrale en cours de construction a été autorisé à reprendre... Voir par exemple article de presse ici.

29 AOUT, Journée internationale contre les essais nucléaires
- « Le 2 décembre 2009, à sa soixante-quatrième session, l’Assemblée générale a proclamé le 29 août Journée internationale contre les essais nucléaires en adoptant à l’unanimité la résolution 64/35. Cette résolution appelle à éduquer le public et à le sensibiliser "aux effets des explosions expérimentales d’armes nucléaires et autres explosions nucléaires et à la nécessité d’y mettre fin, en tant que moyen parmi d’autres de parvenir à l’objectif d’un monde sans armes nucléaires" (...)
L’instrument international visant à mettre un terme à toutes les formes d’essais nucléaires est le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE), qui n’est toutefois pas encore entré en vigueur (...)
L’espoir de l’Organisation des Nations Unies est qu’un jour toutes les armes nucléaires seront éliminées. En attendant, l’observation de la Journée internationale contre les armes nucléaires est indispensable à la promotion de la paix et de la sécurité partout dans le monde. »
- Par ailleurs, des participants de différents pays aux colloques internationaux d’Alger de 2007 et 2010 sur les conséquences sanitaires et environnementales des essais nucléaires dans le monde défendent depuis 2011 un Appel au Secrétaire général de l’ONU pour l’organisation d’une conférence internationale pour la prise en charge des conséquences humaines et environnementales des essais nucléaires.

- Du 5 AOUT au 9 SEPTEMBRE 2012, une Caravane des indignés du nucléaire traverse la France, de Plogoff à Fessenheim-Wyhl, pour « 1) réveiller le souvenir des résistances victorieuses à la déraison nucléaire (...) // 2) exiger une date très prochaine pour le débat sur l’énergie promis par le candidat Hollande (...) // 3) réclamer un dorlotement exceptionnel de tous les salariés des centrales nucléaires (...) // 4) fixer la date de fermeture de la centrale de Fessenheim (...) »

- Du 18 au 25 AOUT 2012, une Marche pour la Vie, pour l’arrêt immédiat du nucléaire a emprunté les routes "du Vaucluse, du Gard, des Bouches-du-Rhône et de la Drôme, au coeur du triangle de la mort nucléaire Cadarache-Marcoule-Tricastin", à l’appel du Collectif antinucléaire de Vaucluse (CAN84).

- JUILLET 2012 : la série complète de photos prises par Antonio Pagnotta dans la "zone interdite" autour de Fukushima, publiée par Médiapart.

- Lancement le 5 JUILLET 2012 sur le site Avaaz d’un Appel urgent pour éviter une nouvelle catastrophe nucléaire mondiale
Cet appel, qui est aussi une pétition ouverte à la signature de tous, s’adresse au secrétaire général de l’ONU et lui demande d’organiser une prise en charge internationale des graves dangers que présente la centrale de Fukushima et surtout la piscine de stockage de l’ex réacteur N° 4.

- 1er JUILLET 2012 : procédure de redémarrage d’un réacteur de la centrale nucléaire d’Ohi au Japon. C’est la première installation nucléaire remise en service depuis le 5 mai, où le dernier réacteur encore en activité avait été mis à l’arrêt. Cela, en dépit des nombreuses manifestations, de la grande pétition (voir ci-dessous) etc...

- 29 JUIN 2012 : immense manifestation nucléaire au Japon, contre le redémarrage des centrales et pour l’abandon du nucléaire.

- 22 JUIN 2012 : la grande pétition pour le démantèlement nucléaire et pour une société centrée sur les énergies naturelles : "au revoir le nucléaire" a recueilli plus de 7 millions de signatures.

- Un important "Forum Scientifique et Citoyen sur la Radioprotection : de Tchernobyl à Fukushima" s’est tenu à Genève les 12 et 13 MAI 2012, organisé par le Collectif "IndependentWHO".
- Voir ici la synthèse des débats et le communiqué final.

- Le 5 MAI 2012 : suite à l’arrêt pour maintenance du dernier réacteur encore en activité, le Japon se retrouve à 0 % d’électricité d’origine nucléaire (et ne sombre pas pour autant !). De grandes manifestations ont eu lieu dans le pays pour fêter cet événement, et exiger qu’aucun réacteur ne redémarre à l’avenir... Voir par exemple ici : >>>>>

- Le 11 MARS 2012 a eu lieu une journée mondiale d’action pour "l’anniversaire" de la catastrophe de Fukushima.
En France, une "chaîne humaine pour sortir du nucléaire" s’est tenue entre Lyon et Avignon. (Organisation : Sortir du nucléaire Drôme - Ardèche et Sortir du nucléaire - national)
→ « Le 11 mars 2011 débutait la terrible catastrophe nucléaire de Fukushima. À ce jour, les réacteurs éventrés continuent d’exposer des millions de Japonais à la radioactivité et de contaminer le pays pour des milliers d’années. Un an plus tard jour pour jour, le 11 mars 2012, réagissons pour dénoncer le risque de catastrophe nucléaire en France et pour affirmer, tous ensemble : "sortir du nucléaire, c’est possible !". D’autres pays européens le font, pourquoi pas nous ? Réagissons pour manifester notre solidarité avec le peuple japonais et ses générations futures sacrifiées. Formons une grande chaîne humaine de Lyon à Avignon dans la région la plus nucléarisée d’Europe (...) »
→ La Journée mondiale d’action Fukushima : voir ici le calendrier international des événements ou encore ici une sélection d’événements en France.

- Un jury populaire traitant des conséquences de l’accident de Fukushima s’est tenu à Hibiya, Tokyo le 26 FEVRIER 2012 : >>>>>

- "Pétition pour le démantèlement nucléaire et pour une société centrée sur les énergies naturelles"
Une coordination japonaise née après la catastrophe de Fukushima, "Citizens’ Committee for the 10 Million People’s Petition to say Goodbye to Nuclear Power Plants", a lancé cette pétition internationale dont le but, comme l’indique son nom en anglais, est de recueillir dix millions de signatures pour réclamer une sortie du nucléaire au Japon : >>>>>

- Pétition "Pour un tribunal Russell contre les crimes du nucléaire civil en 2012 !" : voir le texte de la pétition ici, le texte de l’Appel international Hiroshima, Tchernobyl, Fukushima : des crimes contre l’humanité ici et une interview d’un des initiateurs de l’appel, Paul Ariès, sur le site Bastamag


5 articles dans ce dossier :
- Nucléaire versus développement humain durable : >>>>
- La catastrophe au japon, le nucléaire dans le monde, faits et points de vue : revue de presse : >>>>
- Nucléaire. Rapports officiels, en France, en Europe et dans le monde : >>>>
- Nucléaire. Analyses, plaidoyers, initiatives d’acteurs associatifs : >>>>
- Nucléaire. Eclairages particuliers, événements marquants

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires