Site de l’Association Adéquations
Développement humain durable - diversité culturelle - solidarité internationale - Egalité femmes/hommes

Mardi 29 novembre 2022

Intranet

Accueil > COP climat et égalité femmes-hommes > Mobilisations féministes, prise en compte des femmes et (...)

Enregistrer au format PDF

Mobilisations féministes, prise en compte des femmes et du genre à la COP 27

Dimanche 20 novembre 2022, par Yveline Nicolas

L’impact du réchauffement climatique sur les rapports sociaux entre femmes et hommes, la participation spécifique des femmes et des organisations de femmes et féministes à des politiques de transition écologique, se sont imposés à l’agenda climat. A chaque COP, les organisations de femmes et féministes sont présentes, diffusent des recommandations, mettent en avant des "solutions genre et climat" contribuant à la justice climatique. De leur côté les Nations unies s’appuient sur leur Plan d’action genre et le bilan fait tous les ans de la participation des femmes aux processus.


 Prise en compte des femmes et du genre au niveau officiel

L’égalité de genre fait partie de l’ordre du jour des COP climat, sur la base notamment du suivi du Plan d’action genre de la Convention climat, adopté pour cinq ans à la COP 25 en 2020 et qui fait l’objet d’un document de bilan avec quelques amendements, adopté à la toute fin de la COP 27.

Ce texte n’apporte rien de bien nouveau. Il rappelle notamment l’importance de promouvoir l’intégration du genre dans les politiques publiques climatique, à tous les niveaux de gouvernance, en s’appuyant sur les expériences et pratiques des groupes et associations de femmes et en facilitant le travail des "points focaux" nationaux genre et climat que chaque pays a nommé ; en générant des données et statistiques sexuées et par âge. Dans la rubrique du Plan d’action genre sur la participation des femmes aux négociations, a été ajoutée dans la mention "incluant les jeunes femmes, les femmes autochtones et les femmes des communautés locales" en plus des "femmes déléguées". Par contre, malgré le plaidoyer des associations féministes, aucune actualisation n’a été faite en regard des actualités criantes telles que les conséquences de la crise sanitaire sur les femmes, la crise alimentaire, la guerre.

En amont de la COP, le secrétariat de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) avait produit un rapport sur l’avancée de la prise en compte de la parité et de l’égalité dans les organismes et les processus des conférences climat. Ce rapport montre que la parité est très variable selon les mécanismes : "la composition par sexe des organes constitués varie d’un organe à l’autre et d’une année sur l’autre. En 2022, le taux de représentation des femmes est compris entre 10 % (Conseil exécutif du MDP (mécanisme de développement propre) et CET (comité exécutif de la technologie) et 81 % (Comité de l’adaptation). Depuis la publication du rapport de 2021 sur la composition par sexe, la représentation des femmes a progressé dans neuf organes constitués, a reculé dans trois et est demeurée inchangée dans quatre".

Parmi les quelques acquis de la COP27, saluée par les organisations de la société civile et notamment les organisations féministes, figure la reconnaissance de la réparation des « pertes et dommages », dégâts irréversibles causés par le dérèglement climatique dans les pays les plus "vulnérables" découlant de l’exigence de "justice climatique". Un enjeu stratégique sera l’accès des femmes et communautés locales à ce nouveau fonds de financement. L’expérience montre que les initiatives des associations de femmes restent sous-financées. Point positif : un réseau "pertes et dommages" de la CCNUCC va être renforcé et des sièges prévus dans le comité consultatif pour des représentant-es des groupes "femmes", "peuples autochtones" et "jeunes".

- Texte adopté à la COP 27 sur le bilan du Plan d’action genre 19 novembre 2022 (en anglais)
- Plan d’action genre de la CCNUCC
- Télécharger le rapport du secrétaire général de l’ONU du 28 août 2022 (en français)
- Rapport CCNUCC sur "Dimensions and exemples des impacts genre différenciés, le rôle des femmes comme agentes de changements et les opportunités pour les femmes" (juin 2022). Télécharger (en anglais)
- Rubrique sur le genre de la CCNUCC
- Bilan de la COP26 de 2021 dans le domaine de l’égalité femmes-hommes

Une journée genre est également organisée à chaque COP, cette année elle s’est tenu le 14 novembre. Présentation du Gender Day

 Adéquations soutient le droit à un environnement sain

Pour la première fois et grâce aux mobilisations citoyennes, la déclaration de la COP27 fait une référence au "droit à un environnement propre, sain et durable" ("clean, healthy and sustainable") comme droit humain universel, découlant de la reconnaissance de ce droit par le Conseil des droits humains en octobre 2021 puis par une résolution de l’ONU en juin 2022. Adéquations a fait partie des 170 organisations de la société civile signataires d’une demande pour la prise en compte à la COP27 de ce droit, indissociable des autres droits économiques sociaux et culturels, civils et politiques.

En particulier, la résolution de l’ONU de 2022 reconnaissant le droit à un environnement propre, sain et durable, inclue un article sur "l’importance qu’il y a à assurer l’égalité des genres et à mener une action qui tienne compte des questions de genre pour faire face aux changements climatiques et à la dégradation de l’environnement, ainsi que de l’importance que revêtent pour la préservation de l’environnement l’avancement des femmes, le rôle mobilisateur des femmes, la prise de décision par des femmes, la participation pleine, égale et effective des femmes et des filles et le rôle que jouent les femmes en tant que gestionnaires, dirigeantes, protectrices des ressources naturelles et agentes de changement".

L’intégration de ce droit dans la déclaration de la COP 27 peut apporter de nouveaux arguments pour continuer le plaidoyer en faveur de l’égalité de genre dans les questions climatiques et écologiques.

Cette avancée intervient 30 ans après la publication de l’Agenda 21 des femmes pour une planète en paix et en bonne santé, élaboré par des féministes avant la conférence de Rio sur le développement et l’environnement et ayant conduit notamment à l’inscription de la participation des femmes et de l’égalité comme principe de développement durable.

 Mobilisations féministes dans les négociations climatiques

Les organisations de femmes et féministes sont représentées aux COP climat par le Women Gender Constituency (WGC), établi en 2009 et qui rassemble actuellement 34 organisations de la société civile agissant sur les questions de genre et environnementales.

- Communiqué du WGC à l’issue de la COP 27 (en anglais)
- Déclaration de la société civile pour la justice climatique. Document publié à la fin de la COP 27, signé par les représentant-es des peuples indigènes, des femmes, des jeunes, des travailleurs-ses et des mouvements pour l’environnement et la justice climatique. Télécharger (en anglais)

A l’occasion de la COP27, le WGC avait diffusé un texte de plaidoyer "Demandes pour un monde juste pour le genre et le climat" (COP27 : Demands for a Gender and Climate Just World)
- Présentation
- Note d’analyse du Plan d’action genre de la CCNUCC (avril 2022, en anglais)
- Téléchargement du texte complet (en anglais)
- Campagne #FeministClimateJustice !
- Le WGC soutient également le plaidoyer des femmes et filles africaines pour la COP27 (cf. ci-dessous) et lecture en ligne des revendications

Plus de 150 féministes africaines ont lancé un appel avant la COP27.
- Communiqué
- "Défendons notre pouvoir : Revendications des femmes et des filles africaines pour la COP27". Télécharger le texte en français
- Résumé des demandes sur youtube

Le Women Gender Constituency propose une synthèse des nombreux événements concernant le genre et les femmes à la COP27. Télécharger (en anglais)

Le WGC a organisé, le 14 novembre, au moment du "Gender Day" de la COP, pour la septième année consécutive, la remise des Prix décernés aux Solutions genre et justice climatique (17h à 17h40 au Climate Action Hub).

Trois lauréate-es (du Togo "Les femmes révolutionnent la filière karité", Pakistan "Climat et conditions de travail pour le cueilleuses de coton", Inde "Allier savoir ancestral et science moderne : des écoféministes aux pieds nus protègent leur environnement") ont été sélectionnées parmi les 259 candidatures reçues, de 119 pays.
- Dossier de presse
- Brochure 2022 sur les Solution genre et climat. Téléchargement (en français)
- Base de données des initiatives présentées les dernières années

WEDO (Women’s Environment & Development Organization) publie chaque année un bilan de la participation des femmes aux délégations nationales dans les négociations climatiques. Télécharger la note 2022 (en anglais). Cette participation est passée de 30% de femmes en 2009 à 38% en 2021. Dans les COP climat, il n’y avait que 10% de femmes à la tête d’une délégation nationale et 13% en 2021.

Parmi les réseaux féministes actifs sur les questions climat et présent à la COP, Women’s Earth and Climate Action Network (WECAN) a publié un rapport sur la prise en compte insuffisante du genre dans les politiques climat des pays du G20, pays responsables de près de 80% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Télécharger (pdf, en anglais). WECAN alerte également sur les impacts en termes de genre et race des industries fossiles en Amérique du Nord.

L’Assemblée des femmes pour le climat

Dans le cadre de la contre COP africaine (cf. ci-dessous), une Assemblée des femmes pour le climat s’est tenue au Nigéria à Port Harcourt et en numérique, le 19 octobre, 9h à 11h GMT (11h à 13h à Paris) ; sur le thème "Nos rêves et revendications pour une justice climatique et de la dette : Une conversation avec des militantes africaines en direct du delta du Niger", organisé par Assemblée des femmes pour le climat - WoMin et Kebetkache Women Development & Resource Centre Kebetkache.

Cette Assemblée, qui a réuni 150 représentantes de douze pays africains, "visait à renforcer et à unifier les luttes menées par les femmes contre les projets de grandes d’envergure et les fausses solutions à la crise climatique, offrur aux femmes une plateforme puissante pour proposer et avancer les solutions de développement réelles dont les femmes africaines et leurs communautés ont besoin pour survivre aujourd’hui et demain. Cela représente le début d’une assemblée permanente des femmes africaines pour la justice climatique et le développement".
- Inscriptions
- Informations, déclaration
- Bref compte-rendu

Documents joints

Haut de page
Accueil | Contact | | Mentions légales | Plan du site | Membres et partenaires